Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 18:38

Mercredi 16 novembre 2011
                      
Le Kaiserstuhl fait face aux Vosges et culmine à une altitude nettement inférieure, 557 mètres pour le sommet du Totenkopf ou «Tête de mort ». Il y a très longtemps … (18 millions d'années) en ces lieux, un volcan cracha … Il se trouve en Allemagne dans le sud du pays de Bade directement sur la rive droite du Rhin. Il doit probablement son nom au roi Otton III, qui a présidé une journée de jugement près de Sasbach en 994, soit deux ans avant son couronnement en tant qu'empereur.


kaiserstuhl-1.jpg

 

Le Kaiserstuhl est un volcan dont l'âge remonte au Miocène, il appartient à la grande province éruptive d'Europe Centrale de l'ère tertiaire. Se promener dans le Kaiserstuhl est un vrai régal, dans tous les sens du terme … même si aujourd'hui le soleil n'est pas au rendez-vous, les couleurs automnales sont toujours présentes. Merveilleux jeu de lumière dans les feuilles dorées ou érubescentes le tout dans un endroit idyllique.

Liliental, sur l'emplacement d'un ancien domaine agricole, des forestiers Allemands ont crée un arboretum qui rassemble une impressionnante collection d'arbres d'espèces endémiques en voie de disparition ainsi que des essences venues d'Asie et d'Amérique. C'est ainsi que le promeneur va de surprise en surprise. L'un des principaux attraits du Liliental est la forêt de Séquoias géants (Mammouthbaum) dont les graines viennent directement de Californie. En 1960, ils ont été semés en pépinières avant d'être plantés au Liliental sur une superficie de 1,2 ha. En 1992 les arbres ont atteint une moyenne de 22 mètres de haut et certains spécimens ont dû être enlevés pour faire place à d'autres spécimens et ainsi nous pouvons apprécier la taille impressionnante de ces géants d'Amérique. Les forestiers ont fait un effort particulier sur la réintroduction d'espèces en voie de disparition … ce fut le cas pour l'alisier qui a été multiplié en pépinière en vue de la replantation en forêt sur tout le territoire. Au delà de l'arboretum s'étendent les prairies sèches, fortement ensoleillées où poussent des plantes spécifiques et recherchées par les botanistes, on peut y voir aussi, des variétés d'orchidées peu courantes …


kaiserstuhl-2.jpg

les séquoias

           
Le climat du Kaiserstuhl explique la présence importante d'espèces animales aimant la chaleur. Le massif est,  par exemple, l'un des sites présentant la plus grande variété d'Orchidées en Europe avec plus de 30 espèces recensées. Entre les vignes poussent des muscaris sauvages et sur les talus fleurissent des iris. Ici vivent également des lézards verts et des mantes religieuses, des espèces plutôt familières dans le bassin méditerranéen. Le chêne pubescent, également présent dans le massif, est une plante xérophyte commune en Europe du sud. Ces espèces vivent dans une aire biologique disjointe, donc séparées de leur zone de répartition normale. Celui-ci est un reliquat d'une période chaude postglaciaire durant laquelle régnait un climat nettement plus doux dans une vaste région qui englobait le Kaiserstuhl. À la fin de cette période chaude, ces espèces n'ont pu survivre dans la région que dans ce massif bénéficiant d'un microclimat.

Tout autour du Kaiserstuhl on cultive la vigne et les vins qu'on y produit bénéficient d'une grande renommée. Le vignoble appartenant soit à des caves coopératives, soit à des particuliers, recouvrent la majeure partie des surfaces dégagées du massif. Grâce au sol composé de loess, la vigne y croît bien. Le terrain du Kaiserstuhl fut modifié de tous temps par les hommes car le loess qui le recouvre est très sujet à l'érosion quand on le travaille. Des terrasses ont dû être aménagées très tôt pour permettre l'exploitation agricole de cette terre fertile. Ces terrasses bien qu'aujourd'hui majoritairement utilisées pour la culture de la vigne sont parfois utilisées pour la culture d'arbres fruitiers ou des légumes.

 

kaiserstuhl-3.jpg kaiserstuhl-4.jpg
Le Liliental en automne  la forêt de bouleaux

 

kaiserstuhl-5.jpg

un couple d'amoureux


Une petite grimpette et nous voilà au sommet, le Totenkopf, est dans le brouillard et nous sommes privés du panorama …


Non loin de là, Vieux-Brisach en allemand Breisach am Rhein ou bien Breisach tout court, une ville allemande fortifiée du pays de Bade se situe sur le Rhin. Les Français l'appellent Vieux Brisach par opposition à la ville alsacienne de Neuf-Brisach construite par Vauban au XVII ème siècle sur la rive française du Rhin. Breisach était, à l'origine une forteresse, et fut citée par Jules César comme une place-forte des Séquanes prise par Arioviste. Ville libre elle est disputée entre l'Empire et la maison d'Autriche. Occupée, au XV ème siècle, pendant quatre ans par Charles le Téméraire, elle tomba, pendant la guerre de Trente Ans, au pouvoir de Bernard de Saxe-Weimar, pour, après sa mort passer à la France à qui elle restera par la paix de Westphalie.


En 1697, les traités de Ryswick, mettent fin à la guerre de la Ligue d'Augsbourg entre Louis XIV et la Grande Alliance. La France perd la place-forte de Brisach sur la rive allemande du Rhin. Afin de combler la perte de l'ancienne place-forte de Brisach qui laisse un vide défensif entre Strasbourg et Mulhouse, Louis XIV décide la construction d'une nouvelle ville fortifiée face à Brisach afin de prévenir toute invasion d'Outre-Rhin. Il en confia l'étude à ses architectes Vauban et Jaques Tarade. Vieux-Brisach, occupée par la France à plusieurs reprises (en 1703-1714, en 1745) puis en 1796 est attribuée, par la paix de Presbourg, au grand duché de Bade.

 

Le Rhin,avait jadis de terribles colères ...tout au long de l'histoire le Rhin provoqua des crues dévastatrices se traduisant par des dégâts considérables que les hommes étaient bien incapables d'enrayer. Avant le XIX ème siècle, ce fleuve capricieux, traduisait ses colères par des inondations très étendues et un lit extrêmement mobile se déplaçant latéralement au gré des crues. En 1480, vers la Saint Jean, les riverains subirent une terrible inondation de Bâle à Cologne, qu'on nomma le déluge du Rhin. Mêlée à celle de l'Ill en Alsace, l'inondation s'étendit autour de Strasbourg sur un rayon de 30 km alors qu'en Haute Alsace on se déplaçait en barque de Rouffach à Brisach …  En décembre 1740, après une année exceptionnellement pluvieuse, le pays d'Alsace – Bade forma un lac entre Vosges et Forêt-Noire. Ces phénomènes étaient particulièrement marqués dans la plaine d'Alsace – Bade, le fleuve divaguait dans un système de chenaux inextricables et son lit majeur s'étalait sur plusieurs kilomètres de largeur. Lors des crues importantes, il recouvrait les innombrables îlots qui parsemaient son chenal, inondait forêts campagnes environnantes, puis en décrue, s'installait parfois dans un lit nouveau, créant ainsi de multiples bras morts qui se transformaient en marécages propices à l'insalubrité ...

 

kaiserstuhl-6.jpg

les mélèzes du Kaiserstuhl


kaiserstuhl-7.jpg

 

Après l'ascension du Totenkopf nous prenons la pause-repas sur la terrasse de l'abri Adlernesthütte.

 

kaiserstuhl-8.jpg kaiserstuhl-9.jpg
 Un autre abri …  Fasanenweghütte

 

Nous rencontrons, toutes sortes d'arbres … même des amandiers … puis dans une pinède l'abri dénommé Fasanenweghütte, à l'intérieur un livre ouvert … sur les murs, de nombreuses essences de bois grandissant dans l'arboretum du Liliental sont représentées. Un musée du bois en fin de compte.

 

kaiserstuhl-10.jpg

 

Le brouillard persistant n'a pas gâché le plaisir de découvrir un endroit fort intéressant que nous gardons au programme pour les premiers jours du printemps prochain.

À bientôt


Marthe

Repost 0
Published by Marthala - dans Allemagne
commenter cet article
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 20:34

27 mai 2009

 

Après une semaine de randonnées en Toscane (dont vous trouverez un résumé prochainement) nous retrouvons avec beaucoup de plaisir nos sorties du mercredi.

Derrière la Marienkirche à Todtnau s'amorce une petite grimpette qui mène sur de beaux sentiers jusqu'aux cascades de Todtnau que nous découvrons ... nous sommes fascinés par le spectacle magnifique qui nous attend ! Au coeur du Parc Naturel de la Forêt Noire du sud, les eaux du paisible ruisseau Stübenbach qui prend sa source dans le Stübenwasen à 1 379 m se précipitent dans la vallée dans un vacarme impressionnant avant de poursuivre sa route en serpentant à travers la belle vallée du Todtnauberg.

Ces cascades naturelles dévalent d'une hauteur de 97 m sont d'une rare beauté, et comptent parmi les plus beaux monuments naturels d'Allemagne. Elles attirent chaque année, environ 400 000 visiteurs et pour les rendre plus attractives encore, la ville de Todtnau et le Parc Naturel ont entrepris des travaux d'aménagement aux alentours des cascades. L'amélioration des sentiers de randonnées, points de vue, zones de repos et l'accessibilité aux fauteuils roulants et poussettes pour les familles avec des enfants ainsi qu'aux personnes âgées font de ce lieu un vrai paradis. Bravo !!

En hiver , lorsque les chutes d'eau sont gelées dans des formes bizarres le spectacle doit être tout aussi splendide peut être même plus ... à voir...

L'aménagement de ce site a valu à la commune le label «barriere frei» (sans barrières). Petits ponts et escaliers aménagés permettent d'accéder 100 m plus haut au début des chutes.

Arrivés à cette hauteur, une vue magnifique s'ouvre à nous sur les montagnes environnantes. Nous arrivons au Todtnauberg, alt 1 021 m station de cure climatique et lieu de sports d'hiver.

Sur l'autre versant une chapelle ... que nous visiterons au retour. Ayant rejoint Radschert et le Jakobus-Pilgerkreuz, la grimpette au Stübenwasen alt. 1 386 m est aisée et les paysages nous entourant sont merveilleux ... que de bonheur sur les hauteurs du Todtnauberg. Nous sommes entourés de champs de myrtilles ... Au sommet du Stübenwasen une croix, nous continuons vers la droite pour casser la croûte. Nous avons une pensée pour nos amis privés de cette sortie. Derrière les sapins, une vue imprenable sur le Feldberg.

À gauche, le sommet du Feldberg alt. 1 493 m, à droite le Seebuck alt. 1 450 m avec le Bismarckdenkmal et le Feldbergturm. De l'autre côté la vue sur la vallée est inoubliable.

Au fond, le sommet du Feldberg destination de notre prochaine sortie ...

Nous redescendons vers le Todtnauberg non sans nous arrêter à la chapelle dominant le village. J.Pierre a une bonne idée !! étant au cæur de la Forêt Noire, il nous propose une part du célèbre gâteau du même nom !! de retour au Todtnauberg nous le suivons sans nous faire prier.

Le retour à Todtnau est décidé à l'unanimité ... par les cascades bien sûr .... pour profiter une nouvelle fois de la beauté de l'endroit.

Très vite nous sommes de retour aux voitures, toutes les bonnes choses ont une fin, retour au bercail, pas pour longtemps car dimanche matin nous reprenons la route pour le Feldberg cette fois.

À bientôt

Marthe

 

 

Repost 0
Published by Marthala - dans Allemagne
commenter cet article
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 10:57

Mercredi 29 avril 2009

 

Aujourd'hui nous avons fait fort !! 31 km au compteur au retour de la randonnée...

FORÊT NOIRE – SCHWARZWALD, un mot magique, on s'imagine de suite de magnifiques forêts, les célèbres coucous (horloges en bois qui donnent l'heure imitant le chant du coucou) les maisons aux toits typiques, entourées des sapins) les chapeaux flanqués de gros pompons rouges, Freiburg, son Münster (cathédrale) et ses tours, le massif du Feldberg alt. 1 493 m et ses contreforts le Herzogenhorn alt. 1 415 m, le Belchen alt 1 414 mSchauinsland alt.1 284 m. Todtnau, une charmante ville que j'affectionne tout particulièrement pour être la ville natale de ma tante Martha et de tante Lydia (deux personnes que je porte dans mon coeur).

Todtnau où on conjugue vacances, randonnées l'été, avec sports d'hiver au Totdnauberg alt. 1 021 m. Les gourmands se rappelleront de la Schwarzwäldertorte (le plus apprécié gâteau de la Forêt Noire), les Wässerle (eaux de vie) de cerises, poires, quetsches, mirabelles et framboises etc..... j'oubliais, le délicieux Schinken (jambon de la Forêt Noire) dont vous ne connaitrez jamais la recette, transmise de génération en génération, ni la composition des épices servant à sa fabrication.

Chacun a fredonné «le Beau Danube Bleu» le second plus long cours d'eau d'Europe avec 2 850 km lui même prend sa source en Forêt Noire, oui, mais où ? Une discorde existe entre Furtwangen et Donaueschingen ! Peu importe ... il continuera à faire couler beaucoup d'encre ... et d'eau.

Le Titisee, lieu d'excursion depuis notre tendre enfance.Terre de sapins et d'épicéas on y trouve de nombreuses stations thermales. Les Celtes et les Romains apprécièrent déjà cette Région. Les premières traces de civilisation remontent à l'époque pré-chrétienne. Au Moyen Âge, des zones du sud de la Forêt Noire se trouvaient sous la domination des Habsbourg d'Autriche, qui exerçaient une grande influence sur la culture et la tradition.

le Feldberg s'est dégagé l'après-midi

 

Hinterzarten, station climatique et de sports d'hiver. Entre 1708 et 1750 apparaît le nom de Hinterzarten, certainement dû au ruisseau Zartenbach. Un tremplin recouvert de tapis permet aux sauteurs de s'entraîner toute l'année. Les immenses glaciers de la période glaciaire ont laissé des lacs et tourbières tout autour des villages.

Départ: 8 heures à Hinterzarten, nous dépassons le joli plan d'eau dans lequel, malgré le temps gris, miroitent les belles maisons du Schwarzwald.

Hinterzarten

 

La neige a quitté les tremplins vertigineux !! Au pied du tremplin le musée du jouet. Nous passons devant d'imposantes fermes isolées comme le Mathisleshof, le Zipfelhof qui possèdent leur propre chapelle sur leur domaine. Au Silberberg les fourmilières sont protégées par des grands bonnets en grillage. Le chemin monte jusqu'au Raimartihof et le Gashaus zum Feldsee à cinq minutes du Feldsee. Devant nous, un aigle, un homme, un grand tétras et une biche sculptés sur des arbres entourent une croix en bois.

le Zipfelhof

 

Nous ne sommes pas encore au Feldsee malgré l'eau qui envahit les terres. Quelques minutes plus tard nous traversons le pont du Lac. Le Feldsee, au pied du Feldberg (témoin glaciaire) formé par les glaciers du Feldberg pendant la dernière époque glaciaire, est encore gelé et tout blanc, magnifique contraste avec les sapins sombres qui l'entourent. Le sommet est dans le brouillard, dommage, nous ne verrons pas le monument Bismarck.. Un beau sentier partiellement recouvert d'une bonne couche de neige nous élève gentiment vers le sommet. La neige commence à tomber, nous fermons nos vestes et continuons notre chemin. En débouchant au pied du télésiège, la vue sur le sommet est bien bouché, les pistes de ski fermées, nous empêchent de continuer ... notre ascension se termine au Feldbergerhof...

le Feldsee sous la glace

 

Nous visitons la station, désertée par les touristes, les ouvriers sont à pied d'oeuvre pour préparer la prochaine saison. De belles résidences ornent la station, une Haus der Natur attire notre attention. À l'intérieur, nous trouvons toute la documentation nécessaire pour passer un bon séjour en Forêt Noire. Feldberg est une station de ski très renommée.

Le Feldberg est la plus haute montagne de la Forêt Noire, il dépasse de quelques mètres notre Grand Ballon. Au sommet, le climat est assez rude.

J'ai lu dernièrement que les prémices des sports de glisse ont vu le jour, lorsqu'un français, en 1891, le Dr Pilet, a ramené de son voyage en Norvège un trésor : des raquettes de randonnée. Ce fut une révolution pour les habitants des hauts sommets enneigés qui restaient cloîtrés tout l'hiver dans les fermes et le départ pour le Feldberg d'une longue mutation au fil du temps jusqu'à la station de ski actuelle !!

Un agent de la Maison de la Nature nous offre gentiment l'hospitalité pour notre repas. Bien au chaud !! nous déballons notre repas sous l'oeil du grand tétras en bois. Quel bonheur nous sommes à l'abri alors qu'il neige à l'extérieur. Merci Monsieur ...

L'itinéraire du retour fut changé, ne pouvant rejoindre le sentier vers le sommet, nous décidons de redescendre au Feldsee et rejoindre Hinterzarten par une boucle jusqu'au Titisee. Le soleil s'est levé, nous profitons enfin d'une vue dégagée sur le Feldberg. Le Titisee, le plus grand lac naturel de la Forêt Noire provient de l'eau d'une ancienne moraine du glacier du Feldberg à la fin de la période glaciaire. Il est alimenté par les eaux du Seebach suite à l'écoulement du Feldsee. Le Seebach traverse le Titisee et s'appelle Gutach en sortant. En hiver, le lac est transformé en patinoire. Un vrai paradis en toute saison dans un endroit magnifique. Une légende raconte que Titisee devrait son nom au général romain Titus. En effet, lorsque Titus traversa la Forêt Noire avec ses légionnaires, il fut tellement enthousiasmé par la beauté du lac naturel, qu'il lui donna spontanément son nom. Un peu plus sérieux sont les documents de la paroisse voisine de Saig dans lesquels le nom Dettesee et Titisee apparaissent dès 1111.

Todtnau où on conjugue vacances, randonnées l'été, avec sports d'hiver au Totdnauberg alt. 1 021 m. Les gourmands se rappelleront de la Schwarzwäldertorte (le plus apprécié gâteau de la Forêt Noire), les Wässerle (eaux de vie) de cerises, poires, quetsches, mirabelles et framboises etc..... j'oubliais, le délicieux Schinken (jambon de la Forêt Noire) dont vous ne connaitrez jamais la recette, transmise de génération en génération, ni la composition des épices servant à sa fabrication.

Chacun a fredonné «le Beau Danube Bleu» le second plus long cours d'eau d'Europe avec 2 850 km lui même prend sa source en Forêt Noire, oui, mais où ? Une discorde existe entre Furtwangen et Donaueschingen ! Peu importe ... il continuera à faire couler beaucoup d'encre ... et d'eau. Le retour à Hinterzarten se fit à travers de beaux paysages, le long du golf d'un vert à faire  pâlir les célèbres green anglais...

Nous ne pouvions nous quitter sans casser une croûte autour d'une bonne table dans un Gasthaus, faire 31 km ça crée des liens.....

Nous referons l'ascension du Feldberg, fin mai, avis aux amateurs ....

Marthe

 

Repost 0
Published by Marthala - dans Allemagne
commenter cet article
16 avril 2009 4 16 /04 /avril /2009 18:13

Vendredi le 10 avril 2009


TRIBERG et ses cascades – GUTACH et son Vogtsbauernhof (musée en plein air) FURTWANGEN et la source du Danube. Une petite virée en Forêt Noire en ce jour du vendredi saint. Départ 8 heures à Mulhouse, arrivée à Triberg à 9h30, une journée bien remplie se présente à nous.

Je vous invite à Triberg ....

 

Quand on songe à la Forêt Noire on s'imagine de suite de magnifiques forêts, les célèbres coucous mais aussi ce délicieux gâteau du même nom sans oublier le Bollenhut qui date de plus de 2000 ans, ce chapeau à gros pompons rouges.....

Le Feldberg est le point culminant du massif de la Forêt Noire avec 1 493 m alt. C'est également le sommet le plus haut du Bade-Wurtemberg. Belchen, Schauïnsland, Kandel et d'autres sont des buts de promenade très prisés dans la région.

La Forêt Noire est une grande région touristique d'Allemagne, on y compte de nombreuses stations climatiques et thermales. La cascade la plus haute d'outre Rhin se situe à Triberg et ceci près de chez nous.

Un cadre impressionnant en toutes saisons, la cascade illuminée tous les soirs, dans une ambiance et un spectacle de grande beauté en compagnie d'écureuils. L'eau écumante et mugissante de la rivière Gutach chute de 163 m. Les sentiers longeant les cascades sont équipés de passerelles afin de traverser et assister à un grandiose spectacle offert par la nature. Des panneaux donnent des explications tout au long du parcours sur la faune, la flore et les environs de ce paradis. Le porteur de coucous est un personnage célèbre dans toute la Forêt Noire, sur son dos, il porte de nombreuses horloges et va de ville en ville.

Les chutes rugissantes du Gutach à Triberg

 

Il existe trois possibilités pour profiter pleinement de ce paradis... un sentier naturel, un chemin culturel et le chemin des cascades tout près de l'eau. Le chemin culturel mène à un charmant lac de montagne et à l'église de pèlerinage «Maria in der Tanne» entourée de forêt comme son nom l'indique. Les racines du pèlerinage de Triberg remontent à 1644.

L'horloge de Schonach a été pendant longtemps le plus grand coucou du monde.

Après une promenade dans la rue commerçante de Triberg nous prenons la route pour Gutach et son musée en plein air appelé Vogtsbauernhof sur une superficie de 5 ha. Ce musée historique et culturel nous montre la vie d'antan dans toute la Forêt Noire.

La ferme Vogtsbauerhof de 1612 qui a donné son nom au musée est la seule à être restée à sa place d'origine. La plus vieille ferme du musée, le Hippenseppenhof date de 1599. Greniers, moulins, scies, granges, chapelle etc... invitent à une visite dans la diversité culturelle de la Forêt Noire.

Vogtsbauernhof musée en plein air à Gutach

 

De retour à Triberg nous rejoignons Furtwangen, la Martinskapelle et la source du Danube.

En face de la chapelle Saint Martin au Kolmenhof, un endroit discret et pourtant combien important à mes yeux, c'est là à 1078 m d'altitude que jaillit la source du Danube. D'une longueur de 2888 km, (il n'y a que la Volga qui fait mieux), le Danube traverse 8 pays de la Forêt Noire jusqu'à la Mer Noire.

Certains diront que la source du Danube se situe à Donaueschingen (il est vrai que cela fait plus chic que Martinskapelle) mais ce n'est pas tout à fait exact. Selon les géographes, le Danube nait avec les eaux sortant du massif de la Forêt Noire au-dessus de la petite ville de Furtwangen à 1100 m d'altitude sous le nom de rivière Breg.

À Daunaueschingen, dans une fontaine richement parée, l'eau de la Breg rejoint celle de la Brigach et est officialisée sous le nom de Danube ou Donau en allemand. La Breg étant plus longue que la Brigach, la source serait donc à Furtwangen .... je préfère cette version beaucoup plus romantique ...

la discrète source du Danube

 

voilà une journée récréative bien remplie.
Marthe

 

 

Repost 0
Published by Marthala - dans Allemagne
commenter cet article