Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 20:28

Mercredi 24 août 2011

 

steinberg-1.jpgau Steinberg

 

Départ Vallon du Hilsen plus précisément, le hameau d'Obersengern. Le coquet village de Linthal est dispersé dans un joli vallon, jusque sur les hauteurs du Petit Ballon, le long d'un ruisseau qui descend du Hilsenfirst. La première mention de Linthal apparaît dans les archives sous la dénomination de «Lindtal» en 1154 époque à laquelle il appartenait partiellement à la prévôté de Lautenbach. Les chanoines de Lautenbach en devinrent les véritables propriétaires en 1363. Il est gouverné par le chapitre ecclésiastique de Lautenbach, propriétaires des terres de cette vallée encaissée et entourée de montagnes jusqu'à la Révolution. À l'origine, le village était occupé par une petite communauté de paysans vivant du bétail et de la transhumance. En 1251, les habitants de Linthal voulurent construire un moulin sans l'accord du prieur du chapitre, ils furent violemment réprimandés et durent démolir le moulin qu'ils venaient d'installer. Les charrons furent, par contre, autorisés à couper du bois dans la forêt appartenant au chapitre.

 

Entre les hameaux du Hilsen et de Remspach se trouvent de nombreuses fermes, jadis toutes exploitées avec leurs prés de fauche délimités de haies et d'arbres et quelques lopins de terre cultivés en potager ou plantés de seigle et de pommes de terres, entourés de murets de pierres sèches.

 

Les hameaux traversés portent des noms significatifs … Obersengern qui vient de «sengen» (éroder), appelé Seneberg en 1494 avant de passer à «auf Sengeren» en 1671. Rimbuhl désigné sous Reinbuh (colline pure) et Rindbuhl (colline aux bovins). Puis le Hilsen du latin «ilex» (houx) plante pionnière après les défrichements (Hilsach en 1499). Actuellement les cultures sont abandonnées et les endroits colonisés par les bouleaux, les érables, les sorbiers, les alisiers.

 

mullermatt-2.jpg

strohberg-3.jpg

Ferme isolée Mullermatt FA Strohberg

 

Nous nous dirigeons vers le Strohberg, sous les sommets s'étendent les pâturages communaux, prairie, pelouse, chaume où poussent la myrtille, la bruyère qui est magnifique à cette époque, la gentiane jaune, la fougère ainsi que des bouquets d'églantier, de genévrier et d'aubépine.

 

Entre le Strohberg et le Buchwald il reste les vestiges de la station intermédiaire du téléphérique allemand Wasserbourg – Petit Ballon 1915-1918.

 

vestiges-4.jpg

vestiges de la station intermédiaire du téléphérique


plaque-5.jpg

Une plaque en rappelle l'histoire en ces termes :

 

« Au cours de l'année 1915, l'armée allemande a transformé le Petit Ballon en véritable forteresse avec 4 étages de casemates souterraines. Elle s'attendait à une offensive française qui n'a jamais eu lieu. Pour desservir les installations du Petit Ballon, la Festungeisenbahn-Bau-Kompagnie F.E.B.K., la compagnie de construction de chemins de fer de forteresse a construit un téléphérique qui partait de Wasserbourg à côté de l'église et qui avait sa station intermédiaire ici. La station terminale se trouvait plus haut sur la pente sud du Petit Ballon. C'est un des plus importants vestiges qui subsiste de la Première Guerre Mondiale dans les Hautes Vosges. Un autre téléphérique allait de Soultzbach les Bains à l'Ilienkopf en passant par le Ried ».

 

buchwald-6.jpg

la ferme auberge Buchwald toujours joliment fleurie …

 

Nous arrivons sur les chaumes du KahlenWasen où bovins et équidés cohabitent. L'exploitation de ces chaumes se pratique de façon extensive : troupeaux gardés par des clôtures électriques. Le panorama est superbe, à perte de vue, le vert intense des prairies, ravivé par les dernières pluies, rappelle les paysages de cartes postales.

 

chevaux-7.jpg

Les chevaux dans les alpages

 

Nous dépassons la ferme auberge du Petit Ballon, appelée aussi Kahlenwasen pour le carrefour du Kegelritz et monter au Steinberg par la face du Grothkopf afin de profiter au maximum du bain vibratoire cosmo-tellurique en traversant de part en part la crête du Steinberg.

 

Montée peu classique au sommet du panoramique Steinberg pour déambuler dans un chaos granitique à l'allure de menhirs …

 

steinberg-8.jpg steinberg-9.jpg
  le Steinberg

 

Un cousin du Taennchel que nous arpentons régulièrement, sauf que le Steinberg est complètement dépourvu de forêt … Le Steinberg, (la montagne de pierres) est considéré comme un haut-lieu vibratoire … des pierres dressées laissent penser à un ancien lieu de culte divinatoire de la période celtique. C'est dans ce chaos de roches, entre les menhirs naturels de granit qui ornent la crête et les parterres de pensées sauvages que nous posons nos sacs à dos. Repos bien mérité après la dernière grimpette … diront mes compagnons !

 

steinberg-10.jpg

la joyeuse troupe vous envoie des ondes positives ...

 

Retour par le Bockwasen, nous traversons une énorme réserve de genévriers, à perte de vue une forêt d'arbustes à baies bleu violacé aux feuilles épineuses au lieu-dit Steinmauer et bien au-delà. La taille des genévriers peut varier de 4 à 10 mètres de hauteur. Le genévrier commun (Juniperus communis) est le seul avec le genévrier cade (Juniperus oxycedrus) à être comestible. Le fruit appelé genièvre ou baie de genévrier se développe sur deux ans. On appelle également genièvre une eau-de-vie (appelée peket en wallon), les baies parfument la choucroute et les pâtés. Les airelles également dévoilent leurs baies rouges sur notre passage.


genevrier-11.jpg pensees12.jpg
 Genévrier

pensées sauvages au Steinberg

 

Traverser la Steinmauer (1 232 m) la muraille de pierres où les éboulis de roches rappellent l'activité volcanique du carbonifère, il y a 360 millions d'années qui a secoué le vieux massif hercynien et fait naître les ballons, est un moment unique.

 

Plus bas, le col du Hilsenfirst est un endroit propice à la nidification des oiseaux, une centaine d'espèces niche ici, c'est également un lieu de passage migratoire connu des ornithologues.

 

Superbe randonnée, heureux, nous arrivons au terme de notre balade, le cœur léger, des souvenirs plein la tête.

 

À bientôt …

Marthe

 

PS: cliquer sur les photos pour les agrandir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Marthala - dans Alsace-Lorraine
commenter cet article

commentaires