Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 10:32

Dimanche 28 août 2011

 

LES LACS BLANC ET NOIR

 

Tout est légende, puis tout devient réel … laisser le tumulte de la civilisation, se retrouver dans un site de fantômes, sur un sentier pas toujours facile, dans un endroit extraordinaire, le rêve de tout randonneur. Cette sortie restera inoubliable !

 

orbey-1

 

Le Pays Welche, au cœur des Vosges alsaciennes où qualité de vie rime avec nature, montagnes, prairies, lacs, ski et randonnées …

 

La vallée n'apparaît vraiment à la lumière de l'histoire qu'avec la grande révolution économique du XIIème siècle. En effet, déjà connue comme une petite communauté de bûcherons ou de paysans, Orbey allait prendre toute son importance après la fondation, en 1138 par le comte d'Eguisheim, de l'abbaye de Pairis. Après une période de prospérité, l'abbaye eut au cours des siècles à subir bien des épreuves, elle fut réduite à une telle pauvreté, que la maison mère de Lucelle céda Pairis, en 1453, à l'abbaye de Maulbronn qui la réduisit en prieuré. Sous la tutelle des moines, la région d'Orbey se développa et se transforma du tout au tout. Les forêts reculèrent, les prairies apparurent et l'élevage s'établit, avec la fabrication du fromage qui allait devenir la gloire et la richesse de la région. La Révolution va sonner le glas de l'abbaye de Pairis qui fut vendue comme bien national.

 

Orbey, petite ville située à proximité des deux axes transvosgiens, blottie dans un bassin à 550 m d'altitude à l'écart des circulations de transit. Au creux d'un bassin de plusieurs vallons, Orbey est entourée et protégée des vents par la montagne qui l'entoure, au Nord la Tête des Faux et le Grand Faudé, au Sud les Hautes Huttes et le Linge, à l'Est le Breu et le Hohnack et à l'Ouest les Hautes Chaumes et les Immerlins. Cette dernière est la région la plus élevée avec le Gazon du Faing culminant à 1306 m, c'est aussi la plus pittoresque avec le site prestigieux des Lacs Blanc et Noir. Le Val d'Orbey est traversé par la Weiss.

 

Départ Orbey direction Creux d'Argent, Blancrupt, une grimpette bien agréable … entourés de superbes paysages, le bonheur parfait !

 

Après deux heures de montée, une première récompense, devant nous, le rocher Hans domine le lac Blanc, le sommet de ce rocher légendaire est coiffé d'une statue de la vierge, à gauche le rocher-belvédère avec vue sur les montagnes au-delà de la vallée de la Weiss.

 

lacblanc-2.jpg

Le lac Blanc

 

Le lac Blanc est à 1 054 m d'altitude. Son nom viendrait des sables de quartz qui tapissent le fond. Le lit du lac est une cuvette glaciaire. En 1858, afin d'alimenter en énergie les usines construites dans les vallées, on rehaussa le niveau par la construction d'une digue posée directement sur la moraine. On pouvait dès lors assurer un débit constant en eau pour alimenter les turbines. Il fait une superficie de 29 ha, il est donc le second lac, de par sa superficie, des Vosges alsaciennes avec 1,2 millions de m³de retenue d'eau.

 

Arrivés au lac Blanc, une montée sportive au Rocher Hans nous attend. Il s'agit d'un immense rocher de granite qui domine le lac. La forme tourmentée du roc lui donne la silhouette d'un château fantastique hérissé de tours. Le rocher est truffé de cristaux, le feldspath-orthose qui forme de curieuses paillettes. Mais c'est avant tout une légende qui hante les lieux.

 

 

« Sur ce château régnait Hans von Felsenstein . Chevalier sans foi ni loi, brutal et sans morale. Alors qu'il donnait à nouveau une fête, le jour même de la Toussaint, un bien étrange hôte s'invita. Il avait les pieds fourchus … c'était le diable ! Quand Hans cria vers le ciel que les seuls saints qu'il honorait étaient les bouteilles de sa cave, Dieu foudroya le repaire. Le château fut entièrement détruit et seul subsiste le rocher sur lequel il était assis. Les eaux du lac Blanc devinrent noires. Pour leur rendre la blancheur, disait la rumeur, il fallait sacrifier un innocent. De la famille de Hans de Felsenstein survivaient deux garçons élevés avec droiture par des fermiers. Voilà qu'un jour un aigle emporta le plus jeune, la charge étant trop lourde lâcha l'enfant juste au-dessus du lac. Le petit garçon tomba dans les eaux du lac qui, aussitôt, redevinrent blanches…».

 

rocherhans-3.jpg

montée du Rocher Hans

 

Nous grimpons sur la crête par le sentier sauvage traversant de gros blocs de granit en direction du rocher Hans surmonté de la vierge. Une portion du sentier sur des éboulis est particulièrement impressionnante. Un escalier, quelques passages équipés de rampes et mains courantes demandent un peu d'adresse et nous élèvent au sommet rapidement. Comme souvent après un effort nous sommes récompensés par un panorama remarquable.

 

lacblanc-4.jpg

Vue sur le Lac Blanc


On reprend son souffle et direction l'observatoire Belmont.


belmont-5.jpg

Observatoire Belmont ressemblant à un siège de géants

 

Une plaque commémorative rappelle le sacrifice du jeune capitaine Ferdinand Belmont du 11 ème Chasseurs Alpins mort pour la France en décembre 1915 sur ce sol d'Alsace. Une rapide descente conduit au deuxième lac, le Lac Noir. Situé au cæur du Massif Vosgien à une altitude de 955 m, le lac Noir avec les superbes panoramas qui l'entourent, propices à de formidables randonnées, une centrale électrique parfaitement intégrée dans son environnement naturel est un endroit unique. Il niche dans un site préservé du Massif Vosgien, sur le territoire de la commune d'Orbey sur une superficie de 14 ha pour une profondeur moyenne de 45 m.

 

L'aménagement du Lac Noir – Lac Blanc associe de façon originale les deux lacs naturels datant de la période glacière, dans un Système de Transfert d'Énergie par Pompage-turbinage (STEP). Construite de 1928 à 1933, par l'industriel René Koechlin inventeur de l'aménagement hydroélectrique du Rhin, elle fut la première installation française de ce type.

 

Dans un paysage de rochers et de sombres forêts qui le bordent, le lac Noir prend une allure alpine. Une usine hydroélectrique se dresse sur l'un de ses flancs. Durant les heures creuses elle pompe l'eau du lac Noir au lac Blanc qui se trouve à une altitude de 1 050 m pour assurer le retour des eaux dans le lac Noir si besoin est, lors de grande consommation. La rapidité de mise en service des groupes (environ 80 000 kw en 7 minutes pendant 6 heures si nécessaire) le lac Noir représente un maillon intéressant dans la sécurité d'alimentation électrique des consommateurs.

 

Le 4 janvier 1934, peu après 21 heures, toute la masse d'eau du lac Blanc, libérée par la rupture de la conduite forcée d'un diamètre de 4,60 m a fait 9 victimes, ingénieurs, monteurs et manœuvres. Les installations, en grande partie dévastées, le canal de trop plein, saturé, laisse s'écouler dans la vallée des tonnes d'eau en excédent. 

 

Une chapelle commémorative «aux victimes de la catastrophe du 4 janvier 1934» a été érigée sur l'initiative de Marie et Lucien Gérard, bâtisseurs et propriétaires de l'Auberge du Lac Noir.


lacnoir-6.jpg

Le lac Noir

 

Une forte émotion m'étreint à chaque passage en ces lieux … il y a bien des années mon père y travaillait ... salut papa, si tu nous vois de là-haut, toi qui aimait tant les Vosges, protège les randonneurs.

 

Direction les Hautes Huttes, nous prenons la pause repas, bien méritée je vous l'accorde sur la terrasse du refuge des Amis de la Nature. Il fait un temps magnifique et nous nous attardons volontiers … et pourtant, faut reprendre la route direction le Col du Wettstein.

 

cimetierewettstein-7.jpg

Cimetière au col du Wettstein

 

Col du Wettstein, un mémorial consacré au souvenir des milliers de soldats morts en 1915 au Lingekopf. Un gisant repose au pied de la Grande Croix du cimetière français du Wettstein, un chasseur tombé au champ d'honneur...

 

Direction le Vallon, la source Madelon offre aux randonneurs un instant de repos avant de rejoindre les Basses Huttes. Il existerait plus de 400 sources sur le territoire de la commune d'Orbey.

 

sourcemadelon-8.jpg

Source la Madelon

 

Pas question de finir la randonnée sans grimper aux pierres Tremblantes !! nous ne sentons aucunement la fatigue tant cette sortie est magique. Un sentier s'élève doucement en forêt jusqu'à un ensemble rocheux de grès sur la crête séparant le vallon des Basses Huttes à l'ouest de celui de Tannach à l'Est.

 

pierretremblante-9.jpg pierretremblante-10.jpg
 Pierres Tremblantes
 sur les Pierres Tremblantes

 

Bien entendu nous n'oublions pas de faire un tour à la Pierre du Loup ... avant de descendre à Orbey.


pierreduloup-11.jpg

Pierre du Loup

 

La langue welche, une origine lorraine : dès l'époque carolingienne, les abbayes lorraines de Saint Dié et d'Etival ont des possessions dans la vallée de la Weiss. Les comtes d'Eguisheim ont des terres de chaque côté des Vosges, ces seigneuries installent probablement des colons lorrains sur leurs terres du Val d'Orbey. Pendant plusieurs siècles, une population de langue romane vécut dans le cadre d'une administration de langue germanique, la seigneurie du Hohnack. Vivant dans des fermes dispersées, comme dans les Vosges lorraines, les paysans conservaient leur patois roman. Cette langue fut parlée couramment jusqu'à la Seconde Guerre Mondiale, soutenue par le monde paysan, mais le déclin de l'agriculture a entraîné le déclin de la langue.

 

Retour à Orbey après une merveilleuse journée dans un cadre exceptionnel.

 

Marthe

 

PS: cliquer sur les photos pour les agrandir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Marthala - dans Alsace-Lorraine
commenter cet article

commentaires

MarieNicole 11/09/2011 12:33


Quelle merveilleuse randonnée, bravo à tous ces marcheurs et surtout bravo à Marthala pour son remarquable reportage.
Bisous Colmariens
MarieNicole