Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 21:35

 

Mardi le 27 avril 2010

 

Le Pays Welche, au coeur des Vosges alsaciennes où qualité de vie rime avec nature, montagnes, prairies, lacs, ski et randonnées …...

 

La vallée n'apparaît vraiment à la lumière de l'histoire qu'avec la grande révolution économique du XIIème siècle. En effet, déjà connue comme une petite communauté de bûcherons ou de paysans, Orbey allait prendre toute son importance après la fondation, en 1138 par le comte d'Eguisheim, de l'abbaye de Pairis. Après une période de prospérité, l'abbaye eut au cours des siècles à subir bien des épreuves, elle fut réduite à une telle pauvreté, que la maison mère de Lucelle céda Pairis, en 1453, à l'abbaye de Maulbronn qui la réduisit en prieuré. Sous la tutelle des moines, la région d'Orbey se développa et se transforma du tout au tout. Les forêts reculèrent, les prairies apparurent et l'élévage s'établit, avec la fabrication du fromage qui allait devenir la gloire et la richesse de la région. La Révolution va sonner le glas de l'abbaye de Pairis qui fut vendue comme bien national.

orbey 1

Une magnifique journée s'annonce sous nos yeux, le printemps nous dévoile ses premières fleurs !

 

Orbey, petite ville située à proximité des deux axes transvosgiens, blottie dans un bassin à 550 m d'altitude à l'écart des circulations de transit. Au creux d'un bassin de plusieurs vallons, Orbey est entourée et protégée des vents par la montagne qui l'entoure, au nord la Tête des Faux et le Grand Faudé, au sud les Hautes Huttes et le Linge, à l'est le Breu et le Hohnack et à l'ouest les Hautes Chaumes et les Immerlins. Cette dernière est la région la plus élévée avec le Gazon du Faing culminant à 1306 m, c'est aussi la plus pittoresque avec le site prestigieux des Lacs Blanc et Noir. Le Val d'Orbey est traversé par la Weiss.

Départ Orbey direction Creux d'Argent, Blancrupt, une grimpette bien agréable… entourés de superbes paysages le bonheur est parfait !

  orbey-2

Sur les hauteurs d'Orbey

Après deux heures de montée, une première récompense, devant nous, le rocher Hans qui domine le lac Blanc, le sommet de ce rocher légendaire est coiffé d'une statue de la vierge, à gauche le rocher-belvédère avec vue sur les montagnes au-delà de la vallée de la Weiss.

orbey-3

10 minutes plus tard, nous arrivons au pied du mythique Rocher Hans, devant le lac Blanc enchassé dans de hautes falaises granitiques nous jouissons d'un fascinant paysage, ce lac s'offre à nos yeux d'une beauté à couper le souffle. on ne peut parler du lac Blanc sans parler du lac Noir qui sont liés. Le nom de ces deux lacs provient probablement de la couleur de leurs eaux. Dans le patois welche, les habitants les nomment "biantsch mâ" (mer blanche) et "nor mâ" (mer noire). La couleur du premier est due aux sables granitiques, aux grains clairs de quartzite amenés par ruissellement, la teinte du second est due à son fond tourbeux.

orbey-4

Lac Blanc niché au pied des falaises

 

Une légende raconte: autrefois les eaux du lac Blanc étaient noires elles aussi !! Au sommet du piton rocheux qui domine le lac, le Felsenstein, s'élevait un château où vivait un seigneur sans foi ni loi nommé Hans ou Jean de la Roche. Un soir de banquet, à l'issue d'une partie de chasse, alors que les invités étaient ivres, une voie se fit entendre "c'est la Toussaint aujourd'hui... ". le Châtelain s'en moquait et la fête reprit de plus belle. Soudain un éclair illumina le ciel, la terre se mit à trembler et le château s'écroula sur ses occupants. Seule, resta debout l'assise, c'est l'actuel rocher du château Hans. Les eaux devirent noires et toute vie cessa aux alentours, aucun animal ne venait plus boire, aucun poisson n'y vivait plus, arbres et fleurs et mousses disparurent !! Seule le sacrifice d'un enfant pouvait lever la malédiction. Bien sûr, aucune mère n'était prête à donner son enfant. Or un jour, un aigle enleva dans ses serres le fils du méchant seigneur de Pflixbourg qui jouait dans la cour, arrivé au-dessus du lac, le rapace laissa tomber l'enfant qui s'y noya. Le sortilège fut rompu et les eaux du lac redevinrent limpides et blanches et la vie reprit.

Nous montons sur la crête par un sentier sauvage traversant de gros blocs de granit en direction du rocher Hans surmonté de la vierge. Une portion du sentier sur des éboulis est particulièrement impressionnante. Un escalier, quelques passages équipés de rampes et mains courantes demandent un peu d'adresse et nous élèvent au sommet rapidement. Comme souvent après un effort nous sommes récompensés par un panorama remarquable. Une bonne hauteur de neige nous attend sur les hauteurs.

orbey-5.jpg

Un panorama remarquable du haut du rocher Hans

 

orbey-6.jpg

 

quelques jonquilles au milieu des chaumes nous rappellent que le printemps est enfin arrivé…

 

Des étrangers nous demandent la direction du Lac du Forlet, nous les accompagnons jusqu'au carrefour suivant, après quelques explications ils continuent sur la crête pendant que nous dévalons au Lac Noir.

Le Lac Noir est situé dans un cirque glacier érodé par les glaciers, à une distance d'un kilomètre en aval du Lac Blanc. Pourvu comme son voisin d'une digue artificielle, le Lac Noir constitue avec le Lac Blanc, un double réservoir qui permet le fonctionnement de l'usine hydroélectrique implantée sur la rive nord-est, la conduite de pompage qui relie les deux lacs se rompt dans la nuit du 4 au 5 janvier 1934. Une masse d'eau s'abat sur le toit de l'usine qui s'effondre engloutissant neuf personnes.

Par miracle la digue du Lac Noir résista, une vague immense aurait déferlé dans la vallée créant ainsi une véritable catascrophe. Les paroissiens d'Orbey remercièrent alors Dieu pour sa protection et le sacré coeur de Jésus surplombant Orbey resta un lieu de respect et de dévotion.

orbey-7.jpg

Le lac Noir et son usine hydroélectrique...

 

Une forte émotion m'étreint à chaque passage en ces lieux... il y a bien des années mon père y travaillait... salut papa, si tu nous vois de là-haut protège les randonneurs.

Direction les Hautes Huttes nous prenons un repos sur la terrasse des Amis de la Nature d'Orbey. Il fait un temps magnifique et nous nous attardons volontiers... aucun de nous quatre n'ose interrompre cet instant magique. Et pourtant, faut reprendre la route direction le Col du Wettstein.

Le Col du Wettstein, un mémorial consacré au souvenir des milliers de soldats morts en 1915 au Lingekopf. Un gisant repose au pied de la Grande Croix du cimetière français du Wettstein, un chasseur tombé au champ d'honneur...

orbey-8.jpg

le Gisant au cimetière français du Wettstein

orbey-9.jpg

cimetière français du Wettstein

Direction le Vallon la source Madelon offre aux randonneurs un instant de repos avant de rejoindre les Basses Huttes. Il existerait plus de 400 sources sur le territoire de la commune d'Orbey.

orbey-10.jpg

Source de la Madelon 

Il n'est pas question de finir notre randonnée sans monter aux pierres tremblantes !!  nous ne sentons aucunement la fatigue tant cette sortie est magique. Un sentier grimpe doucement en forêt jusqu'à un ensemble rocheux de grès sur la crête séparant le vallon des Basses Huttes à l'Ouest de celui de Tannac à l'est.

orbey-11.jpg

Bien entendu nous n'oublions pas de faire un tour à la Pierre du Loup... avant de descendre à Orbey.

 

Face à nous la Tour du Faudé… toute une histoire l'accompagne. Situé sur le versant alsacien des Hautes Vosges, le massif du Faudé (haut lieu énergétique) sépare les communes d'Orbey et de Lapoutroie. En 1889, la section du club vosgien de Kaysersberg-Lapoutroie entreprend à son sommet la construction d'une tour d'observation. Inaugurée en 1891, une tour de forme carrée s'élève à 12 m de haut. En 1915, le belvédère servant d'observatoire aux Allemands ne peut résister aux obus de l'armée française. En 1934 sous l'impulsion du club vosgien du canton de Lapoutroie et grâce aux dommages de guerre obtenus, une nouvelle tour est inaugurée le 19 août.orbey-12.jpg

Elle est cette fois octogonale et s'élève à 16,50 mètres permettant aux promeneurs d'admirer tout le pays welche. En 1944, le 10 décembre sous les tirs d'obus allemands la tour s'effondre laissant un vide aux habitants des villages environnants. En 1990, un demi siècle plus tard, l'idée de reconstruire la tour germe dans la tête d'un groupe de personnes. L'association des Amis de la Tour du Faudé est créée. Elle a pour objectif de réunir des fonds afin de financer la reconstruction de la tour en organisant des manifestations de toutes sortes... les fonds récoltés ainsi que les dons, les cotisations des membres de l'association et les subventions permettent aux travaux de débuter. En 1999, après l'achat du terrain par les communes d'Orbey et de Lapoutroie, la conception des plans, l'accord du permis de construire etc.. la première pierre est posée le 15 août. Les bénévoles de l'associations surnommés les «Fadas» s'improvisent tailleurs de pierre ou maçons et entreprennent la reconstruction de la tour. Pierre après pierre, la tour renaît grâce à l'amitié, la solidarité et la convivialité des «Fadas».

 

En 2002, du haut de ses 16,50m, la tour réapparaît au sommet du Faudé. Inaugurée le 15 août elle offre aux visiteurs l'occasion d'embraser les superbes paysages du pays welche et ses environs.

Un magnifique abri est venu compléter ce cadre de verdure depuis son inauguration en 2005.

 

Orbey est mentionné pour la première fois en 1049 sous le nom d'Orbeiz, il faisait partie des possessions des Eguisheim. En 1138 est fondée l'abbaye cistercienne de Pairis au fond du vallon du Noirrupt. L'abbaye reçoit du comte d'Eguisheim un vaste domaine jusqu'aux deux lacs et entretient des rapports plus ou moins cordiaux avec les Orbelais. Il est difficile de savoir si les premiers habitants d'Orbey étaient francophones (welches) ou germaniques (alsaciens). Mais dès le XII ème siècle, on trouve le lieu de Remeymont toponyme bien francophone certainement dans le secteur de Saint Genest.

 

La langue welche, une origine lorraine : dès l'époque carolingienne, les abbayes lorraines de Saint Dié et d'Etival ont des possessions dans la vallée de la Weiss. Les comtes d'Eguisheim ont des terres de chaque côté des Vosges, ces seigneuries installent probablement des colons lorrains sur leurs terres du Val d'Orbey. Pendant plusieurs siècles, une population de langue romane vécut dans le cadre d'une administration de langue germanique, la seigneurie du Hohnack. Vivant dans des fermes isolées comme dans les Vosges lorraines, les paysans conservaient leur patois roman. Cette langue fut parlée couramment jusqu'à la Seconde Guerre Mondiale, soutenue par le monde paysan, mais le déclin de l'agriculture a entraîné le déclin de la langue.

 

Dans peu de temps nous retournerons dans le pays welche pour d'autres randonnées.

 

à bientôt

 

Marthe, Dany, Yves, Claude et Eliott

Partager cet article

Repost 0
Published by Marthala - dans Alsace-Lorraine
commenter cet article

commentaires

Anny 12/07/2010 11:21


Bonjour Marthe,
je découvre par hasard et avec beaucoup de plaisir votre exposé très complet sur les splendeurs d'Orbey. Y habitant depuis 4 ans et ne me lassant pas des magnifiques balades que l'on peut y faire,
je vais partager le lien de votre site avec mes amis et connaissances.
Amicalement, Anny


dany 06/05/2010 18:44


Quelle merveilleuse journée. Que du bonheur que ton exposé me fait revivre pleinement. Un sentiment de liberté m'a accompagné toute la journée. Merci de m'avoir permis de vivre ça.
Bises. Dany


yves 04/05/2010 17:38


Salut Marthala,
encore un superbe commentaire et quelle journée, un plaisir pour les yeux et surtout un plaisir de découvrir une région des Vosges, paysage différent etc. en un mot top! schmoutz
yves