Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 17:13

Mercredi 10 février 2010

 

Départ à Soultzbach les Bains au prestigieux passé thermal... il a neigé, les marcheurs sont au rendez-vous sauf les sundgauviens, paralysés par le manteau blanc. Le village a conservé son aspect médiéval, le charme des ses rues étroites et de ses vieilles maisons.

On retrouve les premières traces écrites de l'existence du village dans les archives dès 1211. Durant tout le Moyen-Âge, la basse vallée de Munster est l'enjeu de puissantes rivalités entre les grandes familles nobles de la région (les Girsberg, les Hattstatt et les Ribeaupierre) ainsi que les Ducs de Lorraine qui possédaient la moitié de Soultzbach. Le village est également au centre du conflit opposant, au XIIIème siècle, les princes évêques de Strasbourg à la famille impériale des Hohenstaufen. La dynastie prédominante à Soultzbach est celle de Hattstatt dont le château d'origine, le Haut Hattstatt est situé dans la montagne entre Soultzbach et Gueberscwhihr à 797 m d'altitude, que l'on rejoint depuis le lieu-dit Bildstoeckle sur les hauteurs du col de Marbach. Dès 1250 ils s'assurent des biens de l'abbaye de Marbach située à proximité et font entourer le village d'une enceinte fortifiée en 1275. En 1504, Jacques de Hattstatt s'installe à Soultzmatt avec son épouse Marguerite de Rathsamhausen. En 1505, il promulgue des décrets et un sévère règlement de police qui entraînent une révolte des habitants en 1514. L'affaire portée devant l'empereur et un accord sera finalement trouvé, imposant des concessions aux deux parties. Nicolas de Hattstatt, illustre guerrier, séjourna souvent à Soultzbach entre deux campagnes militaires. Il mourut sans descendance en 1585 et avec lui s'achève la lignée.

soultzbach-1.jpg

 

Pour nous rappeler son passé historique, Soultzbach a reconstitué un château... nostalgie...

 

Une légende attribue à Blaeschen, la génisse du jeune Frantz, la découverte de la principale source thermale en 1603. Les seigneurs de Soultzbach développent l'activité thermale en faisant construire des bains et en logeant les curistes au château. Appréciée par d'illustres visiteurs comme : l'archiduc Léopold d'Autriche, le comte Eberhard de Ribeaupierre, l'accusateur public révolutionnaire Euloge Schneider (en 1792) et le célèbre séducteur italien Casanova (en 1782) ainsi que la haute société de Bâle et de Colmar.

 

(Juste un mot sur Johann Georg Schneider, dit Euloge Schneider, né à Wipfeld en Bavière le 20 octobre 1756 et mort guillotiné à Paris le 1er avril 1794, était un moine franciscain, renvoyé pour ses prêches peu orthodoxes, devenu accusateur auprès du tribunal criminel de Strasbourg pendant la Révolution Française...)

De tous temps, la position géographique de Soultzbach a étroitement mêlé le village aux faits militaires de la région. En 1275, la cité est entourée de remparts et de fossés remplis par l'eau du Krebsbach, ce qui permettra au village de se défendre contre ses assaillants. En 1603, les barons de Schauenbourg prirent la succession des Hattstatt en héritant du village, du château et de la source. En 1844, la moitié du village est détruite par un incendie. Pendant la Première Guerre Mondiale, la commune sert de base arrière pour les troupes allemandes et devient le point de départ d'un téléphérique. À la fin du conflit, la commune ajoute au nom du village de Soultzbach « les Bains » pour immortaliser son prestigieux passé thermal. Malheureusement, l’exploitation de la source d’eau minérale s’est arrêtée depuis.

La première partie de la rando grimpe au Herrenwald plus exactement aux ruines du château du Haneck.

soultzbach-2.jpg

Une grimpette sportive... dans la neige...

 

Au-dessus de la vallée du Krebsbach, les ruines du château du Haneck occupent le même éperon en bout de crête que Burgthalschloss et Schrankenfels à 790 m d'altitude. Les faibles restes de ses murs construits non appareillés et liés avec un épais mortier ne se prêtent guère à une analyse monumentale. Mais on remarque tout de même que le château avait des dimensions extrêmement modestes. L'histoire du Haneck est probablement liée à celle de son proche voisin le Schrankenfels et doit peut-être sa création à un partage familial. Le château s'élève sur les terres de l'abbaye de Munster dont les chevaliers de Schrankenfels sont au XIIIème siècle vassaux ou avoués. Ce petit castel passera successivement de la tutelle des chevaliers de Schrankenfels aux Hattstatt puis finalement aux Schauenbourg. Le Haneck sera détruit pendant la guerre de Trente Ans pour ne jamais être reconstruit. Cinq minutes plus tard, le château de Schrankenfels... s'élève, toujours sur le même éperon...

Il a laissé derrière lui la place pour deux autres châteaux comme dit ci-dessus. C'est une des réalisations les plus intéressantes de la première moitié du XIIIème siècle. Le principe du plan n'est pas nouveau en 1241, date de la première mention de Schrankenfels. Une tour orientée du côté de l'attaque protège les logis dont les gouttereaux se confondent avec le rempart. On voit aussi dans ce château les plus anciennes fentes de tir que l'on connaisse en Alsace. Il ne s'agit pas encore de meurtrières à niche pour lesquelles il faut attendre Ortenbourg et Schwartzenbourg vers 1260.

soultzbach-3.jpg

ruines du château de Schrankenfels

 

Entre les deux ruines, le Burgthalschloss, une tour isolée entre deux profonds fossés la séparant d'un côté du Schrankenfels, de l'autre du Haneck. L'architecture de cette tour, date d'une époque assez tardive (XIVème ??) son histoire est liée à celle de ses deux très proches voisins, sans doute est-elle, de même que Haneck ? ... née d'un partage du patrimoine des chevaliers de Schrankenfels. (source – dictionnaire des châteaux de l'Alsace Médiévale de Charles-Laurent Salch.)

Direction carrefour Bildstoeckle où trône une vierge sur un arbre face à une aire de pique nique. De là part la grimpette pour le château de Haut Hattstatt dont je vous parlais ci-dessus... origine de la dynastie prédominante de Soultzbach, la découverte de ces ruines sera pour une autre fois, il est temps de dégringoler au col de Marbach pour rejoindre l'abri de la Stauffenmatt... et casser une croûte bien méritée.

L'abri de la Stauffenmatt niché au pied du Stauffen (sommet 898 m) que nous connaissons tous pour nous y arrêter régulièrement.

soultzbach-4.jpg

L'abri de la Stauffenmatt alt. 722 m

 

La croupe du Stauffen est un endroit retiré. Il n'est pas rare d'y rencontrer des sangliers, c'est le royaume du sanglier du Stauffen.

soultzbach-5.jpg

Au pied du Stauffen

 

Il faut penser à repartir... une photo souvenir, puis s'en vont... les joyeux compagnons du mercredi,

soultzbach-6.jpg

 

pour regagner le charment village de Soultzbach les Bains... après une bien belle sortie dans la neige et le froid !

Marthe et les compagnons ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Marthala - dans Alsace-Lorraine
commenter cet article

commentaires