Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 17:03

Mercredi 20 avril 2011

 

Impossible de vous traduire ce que nous ressentons tous en ce jour… nous avons la chance et l'honneur de côtoyer, tout au long de nos randonnées, deux fidèles marcheurs, mais aussi merveilleux papys… d'un même petit garçon et depuis peu, d'une même jolie petite fille prénommée MAELYNE.

 

ligsdorf-1-copie-1.jpg

Nous ne voulions, en aucun cas, manquer cela !!

 

Départ, 9 heures à Ligsdorf charmant village niché dans le Sundgau.Le Sundgau... c'est le sud de l'Alsace et c'est presque le bout du monde… On appelle cette région le Jura Alsacien, et elle le lui rend bien avec ses collines, ses falaises, ses gorges encaissées, ses magnifiques forêts de hêtres et de sapins sans oublier une multitude d'étangs, réservoirs de vie sauvage. Les carpes attirent les grenouilles qui attirent les oiseaux, les fauvettes et les martins-pêcheurs… les maisons y sont particulières avec leur colombage caractéristique.

 

Nées dans le Jura, à moins de 5 kilomètres l'une de l'autre, les deux principales rivières du pays, l'Ill et la Largue forment en coulant vers le nord, les deux principales vallées du Sundgau.


l'Illtal et le Largtal


Tout au long de leurscours qui se rejoignent à Illfurth s'égrènent, à flanc de collines ou en bordure de belles et grandes forêts, de charmants et pittoresques villages et, comme des étoiles, les eaux bleues et vertes des innombrables étangs offrent un paysage féerique à cette belle région. Très peu d'étangs sont naturels, mais tous sont peuplés du poisson fétiche du Sundgau : la carpe qui figure même sur les armoiries du pays...

 

Sundgau veut dire Comté du Sud en dialecte germanique


ligsdorf-2.gif

 

Voilà pourquoi on ne peut parler du Sundgau sans évoquer ce poisson, la carpe frite si connue et appréciée dans cette région. Il existe une route des carpes frites comme il existe une route du vin dans le vignoble…

 

En 1123, les moines Cisterciens de l'abbaye de Lucelle se mirent à défricher, exploiter, christianiser et réformer le pays et ses habitants, toujours avec zèle et même parfois à l'excès… Il fallait notamment faire respecter les pratiques religieuses pour maintenir tous ces fils de Dieu dans le bon chemin… le nombre de jours maigres (Carême, mercredi, vendredi et samedi) interdisait la consommation de viande. On pouvait par contre consommer du poisson, or la carpe est un animal facile à reproduire et très résistant, d'autant plus que le sol du pays se prête admirablement à la création d'étangs.

 

Sous l'impulsion des Cisterciens, sans doute influencés par leurs confrères du pays des Dombes, pays de la carpe par excellence, le pays se couvre d'étangs et la carpe devient en quelque sorte le plat du jour régional... Et si aujourd'hui les moines ont disparu et que Lucelle n'est plus ce qu'elle était, la carpe est devenue le plat gastronomique du Sundgau, au point, comme dit ci-dessus qu'une route lui est consacrée, et que les restaurants rivalisent pour l'afficher en tête de leurs menus…


ligsdorf-3.jpg


Nous passons une première fois au col de Neuneich où une aire de repos avec abri est à la disposition des randonneurs sur le site d'une ancienne ferme dont les vestiges du puits sont encore visibles. Le nom de << Neuneich » fait référence à l'alignement de neuf chênes qui se trouvait autrefois près de la ferme, cette dernière, jugée non rentable fut rasée et remplacée par une forêt.

 

Un peu d'histoire : avant la Révolution, la forêt de Saint Pierre appartenait à la célèbre abbaye de Lucelle, fondée en 1123 par Saint Bernard, l'illustre moine cistercien de Clairvaux. Àla Révolution en 1789, les moines durent s'enfuir et les biens de l'abbaye furent confisqués par l'État, la forêt de Saint Pierre qui ne comprenait alors que quelques 340 ha devint domaniale.

 

Les fermes du Grand et Petit Kohlberg furent réunies à la forêt entre 1889 et 1903, mais en raison de leur vocation agricole manifeste, elles ne furent pas boisées, elles seront détachées de la forêt en 1956. La ferme du Neuneich, également appelée Neuhof comprenait, en 1857, une maison d'habitation avec puits, grange, écurie, jardin potager et verger, prés, champs et pâturages, le tout d'un seul tenant sur une surface de 62 ha. On y trouvait sans doute aussi un alignement de neuf chênes, ce qui constitue un élément paysager caractéristique dans la région. Plusieurs familles se sont succédées sur la métairie et quelques personnes y sont même nées... l'acte de baptême le plus ancien remonte à 1696.


ligsdorf-4.jpg

le bétail du Steinerhof


Direction Blochmont sur les hauteurs du Hornihof où nous comptions rencontrer les troupeaux de lamas sur de magnifiques pâtures , déception… ils ont déserté pour d'autres prés. Le château du Blochmont doit son nom à sa situation sur un des points culminants du Blauenberg (Blaumont, Blochmont).

 

Ce château occupait une croupe rocheuse sur le sommet de la montagne, à proximité d'une voie importante qui, venant de Ferrette, passait par le col du Blochmont pour descendre dans la vallée de la Lucelle. Les Romains y avaient établi un castellum comme l'atteste les monnaies trouvées dans les environs. Le château est mentionné une première fois en 1271. Comme bon nombre d'autres castels, le Blochmont est sérieusement endommagé par le tremblement de terre qui dévasta la région en octobre 1356.

 

De nos jours, il ne subsiste que de maigres vestiges du Blochmont se résumant à un pan de mur... ce qui rend la lisibilité du plan du château très difficile. Le site, à 680 m d'altitude est entouré par un profond fossé taillé dans la roche. Par la suite le château servit de carrière de pierres pour la construction de la ferme du même nom située en contre-bas.


ligsdorf-5.jpg

Toujours pas de lamas à l'horizon… mais nous sommes éblouis par les prés en fleurs…

 

Nous revenons une nouvelle fois au col du Neuneich, mais cette fois c'est pour fêter l'arrivée d'une jolie poupée tant attendue dans le foyer du couple que nous félicitons de tout cœur.


ligsdorf-6.jpg


MAELYNE fait le bonheur de ses parents, son grand frère et de ses grands parents , car si j'ai cité ses deux merveilleux papys je ne voudrais pas oublier ses deux formidables mamys !!

 

Après un copieux apéro dont nous remercions les deux heureux papys nous revenons à Ligsdorf par Winkel en traversant la magnifique allée des Hêtres.

 

L'allée des Hêtres est un véritable enchantement… située sur le banc communal de Ligsdorf en forêt domaniale de Saint Pierre Lucelle. Elle est constituée d'un alignement régulier remarquable avec de nombreux arbres de plus de 150 ans avec pour certains 28 m de haut et 3 m de circonférence.

 

Intérêt paysager et historique du site, sans doute aussi l'une des plus belles vues du Jura alsacien sur le Jura suisse voisin. Surplombant la ferme du Grand Kohlberg, ainsi nommé car on y produisait jadis du charbon de bois.


ligsdorf-7.jpg

Les joyeux compagnons dans l'allée des hêtres

 

Le Bildstœckle, lieu-dit, dénommé aussi plateau de l'Oratoire (722m), est une aire de repos avec un abri, lieu de départ du sentier des Marocains. L'oratoire en bois sculpté au milieu des tilleuls, représente dans sa partie supérieure la Sainte Famille accompagnée de la Sainte Trinité et en-dessous, une statuette de Saint Antoine.

 

Vint le tour de Winkel… et la source de l'Ill. Dugermanique Winchil ce joli village fleuri nous accueille. Le territoire de la commune conserve des traces d'occupation humaine au néolithique. Peut-être fondation de l'abbaye de Lucelle, la localité est connue sous le nom de Winchelein en 1146 et de Winchele en 1156. Elle fait partie de la mairie de Moernach et de la seigneurie de Ferrette. Depuis le XII ème siècle, l'abbaye de Lucelle y possède une grange ou domaine agricole et des caves à vin. Une famille de petite noblesse porte le nom du village au XIII ème siècle, la tradition locale rapporte que Rodolphe von Warth, noble suisse, y possédait un château.

 

L'activité du village est marquée par la verrerie de Glashütte et les mines de fer, fournisseur de la fonderie de Lucelle qui contribuent à son peuplement au XIX ème siècle.

 

Au départ un petit ru sort de terre, se faufile à travers les prairies, disparaît et reparaît avant de devenir, quelques dizaines de kilomètres plus loin, une agréable petite rivière ombragée où l'on trouve la truite fario... L'Ill coule sur 223 km, elle sort de terre à Winkel avec une résurgence à Ligsdorf, elle contourne Ferrette. La Largue, autre rivière sundgauvienne se jette dans l'Ill à Illfurth, elle bifurque vers le nord et se jette dans le Rhin en aval de Strasbourg après la chute de Gambsheim.


ligsdorf-8.jpg


Sous l'imposant massif du Glaserberg se niche Winkel (Haut-Rhin) et la petite source de l'Ill sort de terre... Là, Anne Rochette, artiste-plasticienne, a conçu et réalisé le nouveau site de la source de l'Ill. Dans cet aménagement paysager, qui est l'articulation d'un ensemble de pierres taillées et d'un travail paysager, elle a cherché à établir une relation de complicité et d'échange entre l'oeuvre sculptée, le site et les usagers avec les 10 pierres blanches symbolisant des gouttes d'eau avec la source... Ce travail a été conduit avec Dominique Szulc...


ligsdorf-9.jpg


Depuis peu, les environs de la source sont aménagés et je félicite vivement la commune pour ce travail considérable réalisé.

 

À quelques pas, une chapelle…


ligsdorf-10.jpgLa chapelle de Warth à Winkel

 

L'historique de ce sanctuaire du XIV ème siècle, taillé en partie dans le roc et entouré de légende est lié à la fin tragique du chevalier Rodolphe de Warth complice du parricide Jean de Souabe qui, le 1er mai 1308, avec des comparses assassina Albert Ier de Habsbourg. Rodolphe de Warth fut condamné à mort pour son crime et subi le supplice de la roue et son château fut rasé en représailles. Son agonie dura 3 jours et 3 nuits. Son épouse Adelhaïde de Sargans le veilla lui prodiguant les soins les plus tendres et le préparant à une mort chrétienne. Ce ne fut qu'après lui avoir fermé les yeux qu'elle consentit à le quitter. Consumée de douleurs elle mourut quelques années plus tard dans la fleur de l'âge. Elle avait 3 fils dont 2 s'étaient voués à l'état ecclésiastique. Probablement c'était eux qui, par la suite ont fait ériger cette chapelle en face du château paternel rasé sur ordre de la reine. Restaurée en 1956, la chapelle est dédiée depuis cette date à Marie, Reine du Monde.

 

Après cette belle aventure nous revenons à Ligsdorf, tout à une fin, mais nous revenons mercredi prochain... promis.

 

Marthe

Partager cet article

Repost 0
Published by Marthala - dans Alsace-Lorraine
commenter cet article

commentaires

yves 01/05/2011 07:42


salut Marthale,
d'abord je souhaite féliciter mes deux potes pour le bonheur qui vient de remplir leur famille. Merci à eux deux pour l'apéro. et leurs joies qu'ils nous ont faient partager. Bravo à toi Marthala
pour les commentaires vraiment une superbe journée
schmoutz à tous
yves