Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 10:09

Dimanche le 29 août 2010

puyenvelay-1le rocher et sa chapelle – entre ciel et terre -

On a discuté longuement sur l'origine de ce débris volcanique que l'on appelle « dyke », il s'agit de la cheminée d'un ancien cratère. L'écorce a été détruite par l'érosion et il ne subsiste plus de nos jours que le culot central. L'origine géologique du rocher n'est comprise que depuis 1963, suite à l'éruption du volcan Surtsey en Islande. Il est le résultat de la création d'un volcan sous une couche d'eau.

Lieu sacré dès la plus haute époque, les vestiges d'un dolmen semblent avoir été utilisés pour les fondations. Plus tard, les Romains y ont rendu un culte à Mercure. C'est au Xème siècle que la chapelle dédiée à Saint Michel voit le jour grâce à l'encouragement de l'évêque du Puy, Gothescalk, premier pèlerin français vers Saint-Jacques de Compostelle.

Édifiée au sommet de la cheminée d'un volcan apparu il y a plus de deux millions d'années, la chapelle dédiée à Saint Michel se dresse au nord de la ville du Puy- en Velay. La réalisation de cet édifice répond à l'idée du doyen du chapitre de la Cathédrale Notre-Dame-du-Puy-Truanus qui sollicita l'évêque du Puy Gothescalk pour bâtir une chapelle en l'honneur de Saint Michel.

Si le sommet de l'Aiguilhe était resté en l'état, sans porter la chapelle de l'archange Saint Michel, le rocher serait un dyke pittoresque pour livres de géologie et revues touristiques certes déjà magnifique, mais ce serait trop court ! C'est très certainement ce que le vieux Truanus ressentait déjà en 962 avec tous les témoins de la consécration du rocher à l'Archange par les mains de Gothescalk, (premier personnage à effectuer officiellement le pèlerinage du Puy en Velay à Saint Jacques de Compostelle). Il posa la première pierre de l'oratoire primitif dédié à l'Archange Saint Michel qui n'est autre que le chœur actuel de la chapelle actuelle. Jusqu'au 12ème siècle, la chapelle connaitra des agrandissements afin d'accueillir tous les pèlerins sur la route de Compostelle jusqu'à occuper la totalité de la surface du rocher. Dominant la ville du Puy en Velay et le village d'Aiguille, la chapelle Saint Michel d'Aiguilhe est un bijou de la région d'Auvergne.

Jacquaires, croyants, visiteurs ou simples curieux éprouvent le sentiment étrange de quitter la terre en effectuant l'ascension de ce rocher. C'est monter vers la lumière, le ciel pour rejoindre la chapelle en éprouvant, comme les millions de pèlerins qui gravissent ces marches depuis dix siècles, l'arrachement à la terre...

Les uns disent, « à Saint Michel d'Aiguilhe on prie avec ses pieds », car pour accéder à la chapelle il faut gravir 268 marches ! Il existe des témoignages qu'à l'époque médiévale d'énormes foules se pressent sur le rocher. Il y a également trace de personnages célèbres comme le roi Charles VI et Louis XI.

puyenvelay-2.jpg

Tout prêt du rocher d'Aiguilhe, la chapelle Saint Clair de plan octogonal date du XIIème siècle. Dédiée à Saint Clair au XVIIème siècle et classée monument historique en 1887. Officiellement chapelle funéraire de l'ancien hôpital Saint Nicolas d'Aiguilhe fondé à la fin du XIème siècle qui accueillait les pèlerins venus à Notre Dame. Pendant longtemps, la destination de la chapelle Saint Clair fut sujette à discussions et c'est pour cette raison que l'appellation «  Temple de Diane » est encore parfois utilisée à son sujet.

Sur le plan symbolique, la présence du temple de Diane, au bas du rocher, s'explique par l'analogie cosmique. Diane, divinité incarnant la lune, est au bas du rocher dédié à une divinité solaire, comme la lune est au nadir quand le soleil est à son zénith. Pour que le sanctuaire soit complet, il faut que les deux polarités du culte soient présentes.

puyenvelay-3.jpg

À côté de la chapelle se trouve une petite place avec la fontaine adossée à un ancien mur de fortification d'Aiguilhe avec en son centre un beau Saint Michel terrassant le dragon.

LE PUY EN VELAY – VILLE SANCTUAIRE

Carrefour des chemins de grande randonnée... départ en direction du mythique pèlerinage vers Saint Jacques de Compostelle (GR 65) le Puy en Velay est le véritable rendez-vous des marcheurs. Situé au sud-est du Massif Central, le point de départ de la << Via Podiensis >> vers Saint Jacques de Compostelle en Espagne est avant tout un site exceptionnel. Préservée des atteintes du temps, la ville réserve bien des surprises... La Via Podiensis au départ du Puy en Velay est l'une des quatre grandes routes décrites dès le XIIème siècle pour rejoindre le sanctuaire de Saint Jacques en Espagne. Comme l'a dit un pèlerin: « On ne prend pas le chemin de Saint-Jacques; c'est lui qui vous prend ! ». De toute la chrétienté, les pèlerins venaient y vénérer les reliques de l'apôtre du Christ martyrisé en 44 en Palestine et dont le corps était miraculeusement parvenu sur cette terre de Galice.

Depuis la fin de l'Hispanie romaine, les Wisigoths ont dominé la péninsule Ibérique (dite période de l'Hispanie Wisigothe). Après l'invasion musulmane en 711 et la bataille de Guadalete, presque toute la péninsule tombe sous la domination maure en moins de cinq ans.

Au cours des X et XIèmes siècles, le culte de Saint Jaques, étroitement lié en Espagne à la Reconquista, commence à se répandre à la légende de Charlemagne qui mobilise la chevalerie européenne. La Reconquista (mot espagnol et portugais, en français Reconquête) correspond à la reconquête des royaumes musulmans de la péninsule Ibérique par les souverains chrétiens. Elle commence en 718 pour s'achever le 2 janvier 1492 quand Ferdinand II d'Aragon et Isabelle de Castille, (les Rois catholiques) chassent le dernier souverain musulman de la péninsule, Boabdil de Grenade, achevant l'unification de l'essentiel de l'actuelle Espagne, excepté la Navarre, incorporée en 1512... Au début du XIIIème siècle, les royaumes chrétiens unissent leurs forces. Soutenus par une croisade venue de France, ils remportent la victoire de Las Navas de Tolosa en 1212. Les musulmans sont refoulés dans le sud de la péninsule et forment le royaume de Grenade. Après un siège de plusieurs mois, Grenade tombe en janvier 1492, les musulmans sont définitivement expulsés d'Espagne.

puyenvelay-4.jpg

La statue de Saint Jacques dans la cathédrale du Puy en Velay

Mais qui est donc Saint Jacques ??? il est l'un des douze apôtres, fils de Zebedée et de Salomé et le frère de Jean. Nommé Jacques le Majeur pour le différencier de l'autre apôtre qui porte le même prénom Jacques, fils d'Alphée dit le Mineur. Revenu en Palestine il y fut décapité... Ses disciples auraient alors recueilli ses dépouilles mortelles pour les déposer dans une barque qui aborda en Galice à Padron. Le corps fut enterré dans un compostum (cimetière) telle est l'étymologie du nom de Compostelle. Il resta ignoré jusqu'au début du IXème siècle, en juillet 813, une étoile vint indiquer à un ermite du nom de Pelayo l'emplacement de la sépulture, appelé dès lors campus stellae ou champ d'étoiles ce qui aurait donné, selon d'autres étymologistes, le mot Compostelle. Le roi des Asturies, Alphonse II le Chaste, érigea une église à côté du tombeau et c'est ainsi que naquit Saint Jacques de Compostelle.

Le Puy en Velay, la renommée de la cité ponote est également liée à la dentelle à la main fabriquée des siècles durant et dont les gestes et la technique ont été préservés grâce à la création d'un atelier-conservatoire national qui perpétue une présence et une réalité. Déjà attestée en Velay au XVIème siècle, la production de dentelle périclita quelques temps au XVIIème siècle, suite à un arrêt du Parlement de Toulouse l'interdisant. Le jésuite Jean-François Régis ayant contribué à son rétablissement, il fut consacré saint patron des dentellières.

puyenvelay-5.jpgLa dentellière du Puy en Velay

La dentelle redevint florissante sous Colbert, lorsque fut fondée l'institution des demoiselles de l'instruction ou « béates » qui apprenaient notamment l'art dentellier aux jeunes filles. Après les aléas de la Révolution, la dentelle connut au XIXème siècle un nouvel essor. Vers 1860, on comptait, en Haute Loire 130 000 dentellières pour 300 000 habitants. Après 1900, la dentelle à la main décline, concurrencée par la mécanisation.

Encore une spécialité du Puy en Velay, la lentille verte du Puy (AOC) produite sur une centaine de communes du bassin du Puy en Velay, constitue un met réputé employé par les grand chefs. La lentille est cultivée en Velay depuis au moins deux mille ans. Protégée des courants humides de l'Atlantique par les Monts Aubrac, de la Margride et des Cévennes, elle acquiert des spécificités lors de sa culture. De même que la Verveine du Velay célèbre liqueur digestive.

puyenvelay-6.jpg

Vint l'ascension à la cathédrale Notre-Dame de l'Ascension du Puy en Velay érigée au XIIème siècle. Insolite du fait de la diversité de ses styles elle témoigne de la richesse passée de l'art roman. On y trouve de fortes influences byzantines en même temps que des structures qui rappellent celles du sud-ouest de la France. Construite à partir de pierres volcaniques de divers coloris, la façade occidentale, faite de pierres polychromes, de parements mosaïques, d'arcades en plein cintre et de petits frontons, possède un porche à trois arcs. On y accède depuis une rue de la ville par un large et long escalier en pierre de 134 marches.

puyenvelay-7.jpg

La couleur sombre des pierres donne à l'intérieur un aspect austère, mais l'on est impressionné par la hauteur des six coupoles, l'abondance des voûtes qui la couronnent et par le soubassement voûté sur lequel elle s'appuie. Le chœur repose directement sur le rocher, mais pour agrandir la cathédrale aux XI et XIIèmes siècles afin d'accueillir les pèlerins de plus en plus nombreux, quatre travées supplémentaires ont été audacieusement construites sur le vide, et ce, sur le vide en rattrapant un dénivelé de 17 m, d'importants piliers soutiennent les hautes arcades. Cette basilique, construite en plusieurs campagnes, peut être datée du XIème siècle pour l'abside, le carré du transept et les deux dernières travées. Toutefois, l'édifice menaçant de ruine au début du XIXème siècle, fit l'objet, entre 1844 et 1870, dans sa quasi-totalité, d'une démolition suivie d'une reconstruction à l'identique, hormis l'abside et la coupole, qui furent refaites sous une forme différente. L'aspect oriental de la cathédrale et de nombreux édifices de la ville surprend le visiteur.

Le 15 août 1095, à l'occasion de la fête de l'Assomption célébrée au Puy, le pape Urbain II annonça la première croisade (1095-1098) et désigna l'évêque de la vaille, Adhémar de Monteil, pour la mener à bien. Accompagné d'environ quatre cents croisés vellaves, l'auteur du célèbre Salve Regina quitta donc le Puy pour l'Orient. Il mourut lors du siège d'Antioche, mais d'autres eurent la chance de revenir dans leur patrie. Imprégnés d'une nouvelle culture, ces anciens croisés influencèrent les créations de la ville. Dans le même temps, le Puy rassemblait les fidèles en partance et de retour de Saint Jacques de Compostelle. Les pèlerins transformés par les œuvres qu'ils avaient pu découvrir en Espagne alors occupée par les Arabes, eurent eux aussi un rôle dans la diffusion de l'art oriental au Puy.

puyenvelay-8.jpgNotre-Dame de France au sommet du rocher Corneille

Au-delà de la chapelle des Pénitents, s'ouvre le chemin du rocher Corneille dont l'ascension, même si elle peut paraître fatigante... vaut la visite car on y jouit d'un incomparable panorama. La montée jalonnée d'un chemin de croix de bois, portées le 14 août 1942 par les pèlerins routiers au cours d'un pèlerinage de la jeunesse française, ont été érigées, le 27 mai 1944, par Mgr Martin.

Des escaliers aboutissent à la plate-forme du rocher où se dresse la Vierge colossale dominant de 130 mètres la ville basse. La Statue de Notre-Dame de France(1860) a été coulée, d'après le modèle de Bonnasieux avec 213 canons pris aux armées russes après le siège de Sébastopol. Elle mesure 16 mètres de haut, 22,70 m avec le piédestal ! D'un poids total de 835 tonnes dont 110 tonnes pour la statue et 680 tonnes pour le piédestal en pierre et 45 tonnes pour le revêtement en fer, c'est une œuvre impressionnante! Le monument se compose de 80 pièces assemblées par des boulons. Du haut du rocher Corneille, point culminant du bassin du Puy en Velay, un panorama exceptionnel sur la cathédrale, la vieille ville et l'ensemble de la région s'offre à vous.

puyenvelay-9.jpg

Sur la plate-forme du rocher, aux pieds de la Vierge, la statue agenouillée de Mrg de Morlhon en bronze. Une table d'orientation en lave de Volvic permet de détailler l'admirable panorama qui se déroule devant nos yeux… sur la ville et le cirque verdoyant dont elle occupe le centre, sur l'extraordinaire rocher de l'Aiguilhe cité en première partie du récit et le donjon de Polignac, les Monts du Velay ainsi que la colossale statue de Saint Joseph.

Impossible de rater cette immense statue... du Puy en Velay, Notre-Dame de France est la première vision offert au visiteur. Elle le suit partout, au détour d'une rue, par-dessus un toit, dévoilant son visage paisible et couronné.
Cela fait 100 ans que la statue en béton armé de Saint Joseph a été érigée sur le rocher d'Espaly. Saint Joseph de Bon Espoir, de son nom complet, a en effet été érigé en 1910 par André Besqueut à la demande de l'Abbé Fontanille, qui y engloutit toute sa fortune – qu'il tenait de son père, riche hôtelier du Puy. Le rocher d'Espaly sur lequel se dresse la statue en béton armé accueille un pèlerinage depuis le milieu du XIXème siècle, après l'aventure d'une certaine Anne-Marie Buffet. Achevée en 1918, la basilique occupe l'emplacement de l'ancienne chapelle d'un château fort. La monumentale statue mesure 22,40 mètres de haut et semble répondre à Notre-Dame de France située à quelques mètres sur le rocher Corneille au Puy-en-Velay.

puyenvelay-10.jpgSanctuaire Saint Joseph de Bon Espoir

Saint Michel occupant le dyke d'Aiguilhe, la Vierge et son enfant ayant pris possession du rocher Corneille, les habitants du Puy qui ont le sens de la famille, ont eu l'idée, il y a un siècle, de dédier le rocher d'Espaly à Saint Joseph, le chef de la sainte famille...

Après cette journée de découverte... il reste à vous présenter le château de Polignac. Sans doute occupé depuis l'antiquité, ce site est la propriété de la famille de Polignac depuis le XIème siècle. L'emplacement stratégique commandait les routes à l'Ouest et au Nord de la ville du Puy-en-Velay. Pendant deux siècles, les vicomtes de Polignac s'opposeront aux évêques du Puy dans une lutte sans merci à propos des péages sur la route des pèlerinages. Le site est depuis longtemps considéré comme montagne sacrée. Construite entre 1385 et 1421, la forteresse de Polignac fut le berceau de la plus grande famille du Velay, l'une des plus illustres de l'Histoire de France. Perché à 700 m d'altitude, telle une sentinelle veillant sur le Puy, le site de Polignac se situe sur des falaises de 100 m de haut qui en font une place forte naturelle quasi-imprenable. La forteresse avec deux puits de 83 de profondeur pouvait abriter 800 soldats. La famille de Polignac, suzeraine de la région depuis le IXème siècle, construit au XIIIème siècle des remparts le long des falaises puis, à la fin du XIVème siècle, elle édifie un magnifique donjon carré de 32 m de hauteur.

puyenvelay-11.jpgLe château de Polignac

puyenvelay-12.jpg

Nous quittons le Puy en Velay, des images plein la tête, de merveilleux souvenirs...

Marthe 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marthala - dans Auvergne
commenter cet article

commentaires

hotel la condamine 05/12/2010 14:00


Super votre site sur le puy en velay.
N'hésitez pas à venir visiter la région de Thueyts où est situé notre établissement.
Félicitations
http://hotellacondamine.over-blog.com