Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2009 7 13 /12 /décembre /2009 18:49

Lundi 23 et Vendredi 27 novembre 2009

emilion-7.jpg

la tour du Roy

La Tour du Roy, dernier donjon-citadelle encore intact en Gironde, sa construction débute dès l'achèvement des remparts. Dans une charte de 1224, Louis VIII, le roi de France qui s'est rendu maître des territoires au Nord de la Garonne, fait part de sa décision d'édifier une forteresse dans l'enceinte de la ville, mais les travaux ne commenceront qu'en 1237, sur demande de Henri III d'Angleterre, alors que la région est de nouveau passée aux mains du souverain anglais. Les textes ne permettent pas de déterminer lequel des deux souverains a choisi l'emplacement pour l'édification de ce donjon, il est isolé du centre de la ville et des principaux axes de circulation et protégé sur trois côtés par un fossé... Peu importe à qui on attribut sa construction, il se dresse majestueux devant nous à ce-jour. Il s'élève sur deux étages au-dessus d'une cavité souterraine qui permet d'y accéder et de surplomber la cité médiévale. Ce donjon a abrité l'Hôtel de ville jusqu'en 1720

C'est du haut de cette tour que la Jurade de Saint Émilion proclame, le troisième dimanche de juin le jugement du vin nouveau au moment de la Fête du Printemps et, le troisième dimanche de septembre le ban des vendanges... tout un poème... La Jurade, confrérie des Vins de Saint Emilion, fut instaurée en 1199 par Jean Sans Terre, roi d'Angleterre. Ce dernier délégua ses pouvoirs économique, politique et judiciaire, à des notables et des magistrats afin de gérer l'administration générale de la cité. L'autorité de la Jurade perdura jusqu'à la Révolution Française de 1789. En 1948, quelques viticulteurs ressuscitèrent la confrérie qui devint alors l'ambassadrice des vins de Saint Émilion à travers le monde avec pour ambition de garantir l'authenticité et la qualité de ses vins. La Jurade est ainsi porteuse de la notoriété des appellations. Lors de ces manifestations, les membres de la Jurade défilent dans la cité, vêtus de la robe rouge traditionnelle, rappelant la toute puissante Jurade des siècles passés...

La Collégiale, dans le bourg médiéval, un vaste édifice à la nef romane et au chœur gothique, c'est l'église collégiale des XIIème et XVIème siècles. L'entrée se fait sur le côté gauche du chœur par un somptueux portail du XIVème siècle, monté à l'époque où Gaillard de la Mothe, neveu de Clément V, était doyen des chanoines. Son tympan est sculpté d'un jugement dernier... ses cloches datent du XVIème siècle.

emilion-8.jpg

La collégiale

je suis fortement impressionnée lorsque j'entre dans un édifice aussi ancien et retient mon souffle... afin de profiter pleinement de ces moments...

Le cloître, ajouté au XIVème est un modèle d'élégance et présente des analogies avec celui des Cordeliers que nous verrons plus bas, notamment dans le dessin des colonnettes géminées. Aux angles, des arcs consolident les galeries dont l'une abrite une série de beaux enfeus qui servaient jadis de sépultures. Le réfectoire et le dortoir des religieux, restaurés, forment le Doyenné, siège de l'office du tourisme.

emilion-9.jpg

Le cloître de la Collégiale

emilion-10.jpg

porte Brunet

La Porte Brunet, que l'on découvre presque dans l'état d'origine débouche sur un pont de pierre. Du haut de ses 9,50 m, voûtée en berceau, elle devait être surmontée d'éléments défensifs, un hourd ou des mâchicoulis. Il reste des vestiges du poste de garde à l'intérieur. Elle est encore debout car elle n'ouvrait pas sur un axe de passage mais sur le vignoble et la campagne d'où l'on domine la vallée de la Dordogne et n'eut pas à souffrir des guerres de religion. Néanmoins elle joua un rôle important lors de ces évènements douloureux qui marquèrent profondément l'histoire de la cité: c'est par cette porte que Sully et ses troupes forceront l'entrée dans la ville en 1580.

emilion-11.jpg

le cloître des Cordeliers

Construit, ainsi que la chapelle, au XIVème siècle, le cloître des Cordeliers, carré est composé de colonnettes géminées, sur lesquelles prennent appui des arcs d'aspects roman. Au fond et à droite, un arc ogival du XVème siècle précède l'escalier qui conduisait aux cellules des moines. L'ensemble recouvert d'une végétation où trillent les oiseaux est très romantique et invite à la rêverie. Après l'aspect historique de la visite, on découvre les chais de Crémant de Bordeaux bancs et rosés installés dans le roc dans cet ancien cloître.

emilion-12.jpg

Cloître des Cordeliers

La visite de cette cité c'est autant de chapitres ouverts sur un livre d'histoire d'une rare beauté. Nous avons passé une journée magnifique, le temps maussade n'a rien oté à la beauté de notre découverte et, même si Saint Émilion attire toute l'année une foule de visiteurs, nous avons bénéficié d'une journée hors saison avec peu de visiteurs... ce qui fut fort agréable... dès l'instant que nos pieds foulent les pavés des ruelles pleines de charme et que nous côtoyons les monuments tels des trésors... nous sommes transportés dans un autre monde comme envoûtés par cette atmosphère irréelle...

La légende de Saint Émilion: né en Bretagne au VIIIème siècle au sein d'une famille modeste il fut choisi comme intendant par le comte régnant sur la province. Le choix s'avéra néfaste pour l'intendant que certains jaloux n'hésitèrent pas à accuser de vol pour le discréditer aux yeux de son maître et confident. Un jour, alors qu'il partait pour distribuer du pain aux pauvres, le comte soupçonneux lui demanda d'ouvrir son manteau. Par miracle, les morceaux de pain qu'il y avait cachés s'étaient transformés en fagots de bois mort !! Après cette aventure, le jeune homme pieux décida de partir en pèlerinage. Ses pas l'emmenèrent à une forêt, séduit par la sérénité des lieux, il décida d'y creuser une grotte et de consacrer sa vie à Dieu. Après sa mort en 767, l'ermite avait accomplit tant de miracles et fait tant de bien autour de lui qu'il fut décidé de donner son nom au site sur lequel il avait vécu, c'est ainsi que naquit SAINT ÉMILION.

 

 

Marthe

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marthala - dans Aquitaine
commenter cet article

commentaires