Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 21:40

Mercredi 13 avril 2011

 

au pied du TAENNCHEL la Montagne magique…

 

La randonnée qui va suivre est, à mon avis, la perle pour tout randonneur amoureux de la nature et d'histoire… aussi, je vous invite à vivre avec les compagnons une merveilleuse journée !

 

taennchel-1.jpg


Commençons par les couleurs printanières qui sont très en avance cette année, ce qui n'est pas pour nous déplaire.

 

Une légende pour agrémenter cette journée mystérieuse !

 

Il existe plus d'une dizaine de légendes autour des châteaux et de leurs seigneurs. Celle du sire de Ribeaupierre qui, trouvant sur sa route un ménétrier qui a cassé son fifre, lui donne de l'argent pour en acheter un neuf et devient ainsi le roi des ménétriers, figure dans tous les récits touristiques sur Ribeauvillé, ainsi que celle du frère qui tue accidentellement son cadet d'une flèche tirée dans un volet trop tôt ouvert. Je préfère vous conter la belle légende, très peu connue, du bateau mystérieux.

 

La Belle Sarrasine

 

Un seigneur de Ribeauvillé partit un jour en croisade. Il avait bien juré fidélité à son épouse, mais le temps est long et la chair faible. Fait prisonnier il séduisit une jolie Sarrasine. Elle était si amoureuse qu'elle l'aida à s'évader. Il partit, non sans promettre de revenir la chercher un jour. De retour à Ribeauvillé, le seigneur retrouva les bras de son épouse et oublia promesse et Sarrasine. Les années passèrent. Un jour, il regarda la plaine depuis son château de Saint Ulrich, et eut l'impression de voir une mer recouvrir les terres de telle sorte que les montagnes devenaient des îles. Eau et nuages se confondaient. Sur les flots… apparut un bateau, pareil à celui qui le ramena d'Orient. Le bateau allait accoster devant le portail du château quand le seigneur se sentit défaillir. Il glissa à terre et s'évanouit. Quand il revint à lui, il était gravement malade. On le soigna, mais rien n'était plus jamais comme avant. Un an, jour pour jour, après l'apparition du mystérieux bateau, il disparut lors d'une partie de chasse et personne ne le revit jamais. Certaines nuits, on peut voir un bateau de brume, la-haut, près du château de Saint Ulrich. Une femme vêtue de blanc en descend et parcourt tristement les environs comme si elle cherchait… un amour perdu. Qui sait ?? (source contes et légendes d'Alsace Roger Maudhuy).

 

taennchel-2.jpg

les ruines du Girsberg avec au fond les vestiges du Saint Ulrich

 

Ribeauvillé, blottie au pied du massif du Taennchel, au cœur du vignoble alsacien, l'une des plus jolies villes d'Alsace est une vieille cité historique où régnèrent, au Moyen Âge, les très puissants seigneurs de Ribeaupierre, dont les trois châteaux en ruine dominent la cité. Cité viticole au charme médiéval où il fait bon se promener. Pittoresque à souhait, ses rues tortueuses bordées de maisons artisanales et vigneronnes vieilles de 2 à 3 siècles, s'allongent nonchalamment au pied des coteaux plantés de vignes. Au long de sa riche histoire, Ribeauvillé sut ajouter maints fleurons à sa couronne avec ses fameuses nappes d'Alsace et sa source d'eau minérale Carola.

 

Quand on regarde les trois châteaux qui dominent la ville, la splendeur du Saint Ulrich ou le nid d'aigle du Girsberg, on se demande quelle lignée d'illustres dynastes un peu mythique ont pu vivre ici...

 

9 heures, il est grand temps de prendre la route… le sentier monte sur les hauteurs du célèbre vignoble de Ribeauvillé.

 

taennchel-3.jpg


Depuis les temps les plus reculés, la vigne est présente à Ribeauvillé. Seigneurs de Ribeaupierre et moines bénédictins se sont chargés de mettre en valeur ce patrimoine naturel exceptionnel que constituent le sous-sol et les conditions d'exposition des parcelles au soleil, sur les contreforts vosgiens, si particuliers à Ribeauvillé. On rapporte même, le rôle essentiel du moine-chevalier Martin Zahn, de retour des croisades, dans la création d'un clos «le clos du Zahnacker», un terroir béni des Dieux. Ce clos est la propriété exclusive de la Cave de Ribeauvillé, première cave vinicole sur notre territoire. La cave vinicole de Ribeauvillé est la coopérative vinicole la plus vieille de France, fondée en 1895 selon le modèle que préconisait un théoricien allemand aux idées avant-gardistes Frédéric Raiffeisen. Ce clos du Zahnacker, au passé chargé d'histoire, a été tour à tour la propriété de gens d'épée et de gens d'église, il porte le nom d'un de ses premiers propriétaires recensés, le moine-chevalier Martin Zahn (Zahn Acker, le champ de Zahn). Avec ses 124 ares d'origine, le clos est dominé par le Château du Haut Koenigsbourg et est situé au cœur du Grand Cru Osterberg.

 

Un raidillon nous transporte jusqu'au Girsberg alt. 528 m. Ce tout petit château est une des plus grandes réussites du XIII ème siècle. Les sires de Ribeaupierre édifièrent, au XIII ème siècle ce château dénommé d'abord Stein (le rocher) et le reconstruisirent après un incendie provoqué par la foudre en 1288. Sur un espace très réduit, il place un donjon pentagonal dont l'angle est orienté vers la pente, prolongé par une courtine qui épouse exactement le tracé du rocher. En 1304 il fut donné en fief à des vassaux, les chevaliers de Girsberg dont il prit le nom. Les Girsberg le gardèrent jusqu'à leur extinction au XV ème siècle. Il fut abandonné au XVII ème siècle.

 

Impressionnante… la visite du Girsberg. Depuis sa terrasse nous bénéficions d'une vue exceptionnelle sur le Saint Ulrich. Le Saint Ulrich ou Grand Ribeaupierre. Appelé primitivement Ribeaupierre, il fut du XI ème au XV ème siècle la principale résidence des puissants sires de Ribeaupierre. Anselme II de Ribeaupierre y soutint victorieusement deux sièges, en 1287 contre Rodolphe de Habsbourg et en 1293 contre Adolphe successeur de Rodolphe. Au début du XIII ème siècle, on construit un autre château sur la partie sud du rocher, il comprend l'actuelle salle des chevaliers, ainsi qu'un petit donjon en arrière. En 1281, Rodolphe de Habsbourg y passe la nuit, six ans plus tard, il l'assiège pour essayer de calmer l'ardeur du bouillant Anselme de Ribeaupierre sans grand succès comme relaté ci-dessus. En 1435 est consacrée la chapelle Saint Ulrich qui laissera son nom au château. Mais dès le XV ème siècle, le château est délaissé par les Ribeaupierre qui s'installent en ville et il tombe petit à petit en ruine.

 

taennchel-4.jpg

Châtelaines et châtelains d'un jour vous invitent à cette balade…


La salle des chevaliers est éclairée du côté du Levant par un alignement de sept fenêtres géminées munies de niches à banquettes latérales encore bien conservées.


taennchel-5.jpg

Les fenêtres géminées du Saint Ulrich


Du haut du donjon nous surplombons Ribeauvillé et ses alentours. À cela s'ajoute la prochaine étape, le Haut-Ribeaupierre appelé aussi Altenkastel qui occupe l'extrémité d'un sommet plat à 645 m d'altitude. Malheureusement la visite de ce château est maintenant interdite ! Sa tour ronde enchemisée veillera sur nous une grande partie de la journée.

 

taennchel-6.jpg

Le Haut-Ribeaupierre

 

Bien qu'on ait recueilli au sommet de la montagne des monnaies romaines du IV ème siècle, l'ancien nom d'Altenkastel ne doit pas faire illusion, il signifie simplement « château d'en haut » ou « vieux château ». Son emplacement l'apparente aux grandes enceintes avec donjon rond, caractéristiques du XIII ème siècle. Au XVI ème siècle, le château est encore modernisé contre les armes à feu. Il a sans doute été abandonné après la guerre de Trente Ans.

 

Tournons momentanément cette page d'histoire et montons au Taennchel. Un beau sentier nous conduit jusqu'au carrefour du cerisier noir puis une montée raide au carrefour du Brigadier Denny ; encore un petit effort pour arriver au pied du Pointu, ça y est nous sommes au Taennchel. Traverser le Taennchel est toujours une étape émouvante.

 

Le Taennchel, montagne aux mystères.


Connu pour son énergie tellurique intense, le Taennchel se découvre rocher après rocher, puis le long du mur « dit païen ». Il n'est pas rare de croiser des radiesthésistes avec des pendules…

 

Imaginez un plateau élevé aux flancs escarpés, parsemé de chaos de gigantesques rochers moussus aux formes étranges avec leurs cupules… et recouvert d'une forêt mystérieuse dont la tempête de décembre 1999 a multiplié les enchevêtrements. Voici le Taennchel, la montagne magique des Vosges où vécurent les géants, les premiers habitants de la Terre.


Les archéologues se sont penchés sur ces petits trous qui ne seraient pas l'œuvre de la nature mais celle de l'homme préhistorique car elles avoisinent toujours des menhirs, dolmens et tumulus. Le mot cupule, issu du latin cupula ( petite coupe ) désigne un creux circulaire de petite dimension pratiqué dans la roche. L'imagination va bon train…

 

taennchel-7.jpg

les cupules au rocher des Géants

 

Quel que soit le sentier emprunté, vous entrez au fur et à mesure de votre ascension dans cette atmosphère étrange qui baigne tout le massif. Des à-pics vertigineux côtoyant de molles ondulations tapissées de myrtilles, forêts puissantes ou arbres rabougris, rochers géants où Noé amarra son arche ou le mur dit-païen pour le différencier de celui du Mont Sainte Odile, aux origines incertaines, tout concourt à faire du Taennchel cette montagne fascinante qui hante encore et toujours l'imaginaire alsacien. Notre reconnaissance va vers tous ces bénévoles, Amis du Taennchel, Club Vosgien ainsi que la section de Ribeauvillé pour le balisage et l'entretien des sentiers.

 

Taennchel est cité pour la première fois dans un document en 1357. Son nom a changé plusieurs fois d'orthographe, Taennchel en 1441, Thennichel en 1473, Dannchel en 1538, Tenchel en 1416, Thaennchel, Tännchel en 1871 pour redevenir Taennchel en 1918.  

 

D'après Robert Forrer, archéologue renommé, le nom Taennchel viendrait du mot gaulois dunon ou dunum qui signifie enceinte fortifiée.

 

Géologiquement le massif du Taennchel est constitué par un socle de gneiss datant du pré-cambrien (première ère de l'histoire de la Terre) recouvert par les granits du carbonifère supérieur ( environ 300 millions d'années ). La couche supérieure est formée du grès vosgien à conglomérat (environ 200 millions d'années). Le Taennchel est classé zone de tranquillité et de silence. Il est célèbre pour ses rochers dont certains ont des formes insolites et bizarres. 27 d'entre eux ont été baptisés de noms mythiques ou poétiques, tel que Roche de la Petite Fée, Source des Géants ou de noms symbolisant leur forme, Pierre des Cordonniers, Rocher des Géants, les Trois Petites Tables, Roche Renversée. Certains rochers sont désignés par des noms d'animaux, Rocher du Reptile ou du Crocodile et Rocher du Corbeau. (sources Hauts-Lieux d'énergie d'Adolphe Landspurg).

 

Le Taennchel constitue l'un des plus importants potentiels d'énergie cosmo-tellurique et qu'une journée passée en ce lieu constitue un véritable bain vibratoire bénéfique.

La pause repas pique nique se passe au rocher des Titans…

 

taennchel-8.jpg


Drôle d'impression de manger au milieu de ces lieux occupés autrefois, toujours d'après les légendes, de fées jetant des ponts entre les rochers… tout est mystère autour de nous mais cela ne nous coupe aucunement l'appétit.

 

taennchel-9.jpg

Le rocher du Reptile

 

taennchel-10.jpg

la Pierre des Cordonniers

 

De roches en roches le Taennchel nous fascine toujours autant… et dans la descente un magnifique rocher, sous lequel coule la source des Corbeaux.

 

taennchel-11.jpg

le rocher des Corbeaux et sa source

 

Grande et Petite Verrerie... à la fin du XVII ème, les Ribeaupierre accordent à Abraham Greiner, originaire de Passau en Bavière, un coin de vallon pour le défricher et le cultiver et y installer une verrerie. Un siècle plus tard, plusieurs autres familles de verriers les ont rejoints, ils sont d'origine allemande et welche et la cohabitation des deux communautés est difficile. Cette première verrerie, à proximité de l'ancien couvent d'Eberlinsmatt, semble abandonnée. D'autres verreries s'installent en contrebas peu après. Ils s'engagent à entretenir la forêt où ils ne doivent pas allumer de feu, ni chasser ni pêcher… il leur est allouée une parcelle pour faire paître leur bétail. En 1707, des verriers de Ribeauvillé, associés à d'autres de la région de Soucht-Meisenthal, fondent la grande verrerie de Vallérysthal près de Sarrebourg. D'autres s'installent dans un autre vallon et fondent la Nouvelle (Petite) Verrerie. L'activité verrière s'arrête définitivement en 1733, pendant ce temps une soixantaine de familles originaires de toute l'Europe ont fait fonctionner la verrerie. Ils ont subsisté assez longtemps pour assurer l'existence de deux hameaux de Grande et Petite Verrerie.

 

Prochaine étape... Cerise sur le gâteau !! le retour se fait par un endroit de recueillement dans un vallon tout près de Ribeauvillé, le pèlerinage de NOTRE DAME DE DUSENBACH !! du même nom que le torrent qui longe les édifices. Un site sauvage imprégné de plusieurs siècles de prières et de recueillement détruit à trois reprises et toujours reconstruit témoigne de la foi vivante et fidèle d'un peuple. Le sanctuaire remonte à 1221, Egelolphe de Ribeaupierre revient de croisade et rapporte une statuette de la Vierge, la remet à l'ermite de la vallée de Dusenbach en remerciement, fait construire dans un cadre naturel une chapelle sur le rocher. Cet endroit devient un lieu de pèlerinage très recherché. Une deuxième chapelle puis une troisième furent ajoutées à la première.

 

taennchel-12.jpg

 

Un chemin de croix est édifié dès 1895. Des stations du chemin de croix avec des personnages grandeur nature, il est inauguré le 24 juin 1896. En 1902-03 l'église actuelle de style néo-gothique est construite sur un emplacement du rocher plus spacieux.

 

taennchel-13.jpg

 

Fin de randonnée superbe sur le sentier Maria Raydt pour revenir à Ribeauvillé entre vignes et forêts.

 

Une citation de Stendhal : « À quoi bon aller si loin chercher le bonheur, il est là sous mes yeux ! »  est tout appropriée.

 

À mercredi prochain

 

Marthe

Partager cet article

Repost 0
Published by Marthala - dans Alsace-Lorraine
commenter cet article

commentaires

suzel 01/05/2011 11:24


Je découvre à l'instant votre merveilleux site. Je suis alsacienne (de Colmar) et habite maintenant dans le Vercors. Je vais suivre vos aventures pédestres avec beaucoup d'attention.
Actuellement, en vacances avec mes enfants en Alsace, je pense faire cette ballade durant cette semaine.
Merci de partager tout cela avec nous.
Bisous amicaux


gridelle 19/04/2011 16:04


encore un endroit que j'ai beaucoup aimé... merci et bonne soirée


yves 16/04/2011 04:07


Salut Martahala,
et bien vraiment de belles explications et une vrai passion pour la marche et encore plus pour la nature et l'histoire. Je suis encore chargé par les rochers, une envie de courir de sauter au
dessus des obstacles vraiment magique, je souhaite à tous d'avoir la chance de ressentir cette sensation. Bon il est l'heure pour llaer travailler
gros schmoutz à tous