Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 16:56

Mardi 12 juillet 2011

 

entre Edelweiss et Marmottes

saintveran-1

Saint Véran


Le village où « le coq picore les étoiles ».


Départ de Saint Véran, plus haute commune d'Europe, perchée à 2 042 m d'altitude, au cœur du parc naturel régional du Queyras. Elle tient son nom de Véran, ermite devenu archevêque de Cavaillon qui, au VI ème siècle, réussit là où une dizaine de guerriers avaient échoué en perdant la vie dans la gueule d'un terrible dragon. Il l'empoisonna et, celui-ci hurlant de douleur, depuis le Vaucluse, se traîna dit-on, ensanglanté, le long de la Durance et vint mourir dans l'Aigue Blanche. Les bergers transhumants de Provence, vinrent annoncer la nouvelle ainsi que dans les six autres villages traversés par le dragon blessé, et tous reçurent le nom de Saint Véran. Auparavant le village s'appelait Sainte Marie Madeleine. Le village, sur la pente de schiste, se traverse d'abord dans ses hameaux de la Chalp ( 1774 m ) et du Raux ( 1930 m). Le hameau principal, le Travers se visite à pied (la circulation interne est réglementée).


L'occupation de ce territoire par les hommes est très ancienne, on a trouvé une sépulture datant de l'âge de bronze. On explique la présence de l'homme par un paysage permettant les cultures, l'élevage et l'habitat. Les anciennes routes commerciales vers les cols de Saint Véran, Blanchet et la Noire étaient empruntées assez régulièrement. Pendant la dernière guerre, les cols ont vu Italiens et Français échanger du riz contre du sel.


Les habitants vivent principalement du tourisme et de nombreux artisans présentent leur travail, notamment la sculpture sur bois.

saintveran-2

L'habitat Saint-Vérannais


Les constructions Saint Véran sont un modèle unique en Europe et permettent, depuis le Moyen Âge l'adaptation à la vie en haute altitude. Dans chaque quartier du village on trouve une fontaine composée de deux parties. Une partie ronde qui servait d'abreuvoir et une partie rectangulaire où les femmes lavaient le linge. Le village compte également une vingtaine de cadrans solaires datant de la Renaissance. Les plus célèbres furent réalisés de 1840 à 1845 par Giovanni Francesco Zarbula, artiste piémontais.


Les maisons de saint Véran sont construites selon un type particulier adapté aux conditions et aux modes de vie. Le rez-de-chaussée est construit en murs de pierres très épais (50 à 70 cm). La partie supérieure appelée « Fuste » est faite de troncs de mélèzes empilés et croisés aux angles. La Fuste servait de grange, elle était ouverte côté sud par des balcons superposés (la lobio). Ce bâtiment est relié à un autre plus petit, en pierres, et appelé « Caset ». L'accès au rez-de-chaussé, pour les hommes et les bêtes se fait par une porte en bois, à double battant.


Les différentes pièces de ce niveau sont :

- la fougagno (cuisine) - la carotto (cave) - le peil (pièce voûtée adossée au mur de la fougagno où se trouve l'âtre) - l'étable ou écurie (pièce commune où vivaient les hommes et les bêtes : près de la fenêtre où les hommes profitaient de la chaleur animale, étaient déposés table, chaises et lit clos. Les animaux se tenaient au fond de la pièce.


Les quartiers, autrefois isolés, sont encore identifiables. On avait tenu à leur séparation contre les risques d'incendie (en 1526), le Travers aurait entièrement brûlé, ainsi que le Raux (en 1882). Les quartiers sont, Peyrebelle (avec le Temple), le Villard, plus à l'Est, la Ville (avec l'église), le Châtelet, les Forannes, chacun à sa fontaine et son four à pain.


Aujourd'hui, les maisons de bois constituent un vrai musée de maisons, même si elles ont été modifiées, ici et là, pour le tourisme. Au-dessus des portes, le nom du propriétaire, en initiales (EMFE = Etienne Marrou fils d'Etienne, par exemple) précédées parfois de W (longue vie à) avec la date de construction ou de réparation. La plupart sont postérieures à 1750, on trouve sur certaines le calendrier révolutionnaire. Le premier hôtel (Beauregard) date de 1934 et le premier téléski de 1936.


Nous laissons la voiture à l'extérieur de Saint Véran ce qui nous permet de traverser le village et admirer tranquillement ce magnifique village sorti d'un autre temps …

saintveran-3

saintveran-4

fontaine à Saint Véran départ de Saint Véran

 

Il existe une navette pour rejoindre l'oratoire de Saint Lucie, mais nous avons décidé de continuer à pied afin de profiter au maximum et ne rien perdre de la journée.

saintveran-5

Oratoire Saint Antoine


Nous entreprenons l'ascension vers le pic de Château Renard où se situe l'observatoire. C'est une montée fantastique, pleine de surprises … une explosion de couleurs entre toutes les fleurs de montagne … quelques marmottes sifflant sur notre passage, avant même que nous ne les apercevions, pour alerter les autres, et même des edelweiss, un immense bonheur nous envahit. Nous ne sentions aucunement les kilomètres de montée, tellement nous étions occupés, c'était inattendu et exceptionnel.

saintveran-6

D'abord c'est l'entrée d'un logement de marmottes, patience ...

 

saintveran-7

saintveran-8

chutt, en voilà une !!

et là, c'est carrément le bonheur !

 

À chaque virage les paysages changent, les prés fleuris nous enchantent, les marmottes font notre bonheur ...


Après une heure de marche, un panneau nous invite à la découverte de notre système solaire.

saintveran-9

Le système solaire a été projeté sur la pente du massif de Château Renard à une échelle de 1,2,6 milliardième environ de telle sorte que le Soleil se situe à l'endroit de la grande coupole de l'observatoire et Pluton sur le parking Sainte Elisabeth. Les planètes tournent autour du Soleil sur des orbites quasi circulaires. Les intersections entre les orbites et la piste que nous allons suivre sont indiquées sur cette photo aérienne par le signe Soleil associé au nom de la planète. En suivant cette piste nous allons rencontrer les panneaux matérialisant ces intersections et décrivant la planète localisée à cet endroit.

Ce travail a été réalisé par le Parc Naturel Régional du Queyras, en collaboration avec AstroQueyras (Association Astronomes Amateurs) qui gère ce site astronomique, l'Observatoire de Paris et la commune de Saint Véran.

 

Les panneaux vont se suivre …


Neptune, découverte en 1846 par Le Verrier qui aurait souhaité lui donner son nom. Neptune, dieu romain de l'élément humide est peu connu si ce n'est son identification avec le dieu grec Poseïdon qui règne sur la mer, père de Zeus. Poseïdon représenté armé d'un trident (arme des pêcheurs de thon) sur un char entouré de Néréides et de génies comme Protée. Quatrième planète géante, beaucoup plus loin que les premières et donc plus difficile à observer depuis la Terre. C'est une « étoile manquée », une planète gazeuse, composée principalement d'hydrogène.

 

Uranus, découverte en 1781, elle fut d'abord appelée la planète Herschel, du nom de son inventeur qui, lui, aurait voulu l'appeler « l'astre de Georges » du nom du roi Georges III. En 1781, elle fut nommée Uranus (père de Saturne). Ouranos est le Ciel qui en s'unissant avec Gaïa la Terre, va donner naissance aux Titans. Troisième des planètes dites géantes, après Jupiter et Saturne. Comme elles, elle dispose d'anneaux, non visibles dans un petit télescope. Planète gazeuse, une « étoile manquée ».

saintveran-10

la petite boule blanche de l'observatoire...


mais très vite elle disparaît … elle est encore bien loin. Nous continuons à grimper en révisant la fabuleuse aventure de notre système solaire à l'aide des panneaux mis à la disposition des randonneurs, épier les marmottes tout en emmagasinant les magnifiques panoramas qui défilent sous nos yeux.

 

Saturne, ancien Dieu latin détrôné par Jupiter. Saturne lui-même avait remplacé Janus. Il est supposé avoir inventé l'agriculture (il est représenté armé d'une faucille) mais est considéré comme un dieu infernal. Il est identifié au dieu grec Cronos mais également au dieu carthaginois Baal. Cronos est un Titan, plus jeune fils d'Ouranos (le Ciel) et Gaïa (la Terre). Après une heure de voyage depuis le Soleil, à la vitesse de la lumière, nous voici devant Saturne, énorme globe voilé aux reflets dorés, à un milliard et demi de kilomètres du Soleil. Il ressemble à un petit disque de lumière mais des milliers de fois plus lumineux que notre pleine lune.

 

Jupiter, dieu romain, le plus important, dieu de la foudre et du tonnerre, président du conseil des dieux. Il forme la Triade avec Minerve et Junon. Assimilé au dieu grec Zeus le plus grand des dieux du Panthéon hellénique, le dieu de la lumière, du ciel, de la foudre, il trône au sommet du mont Olympe. Il maintient l'ordre et la justice dans le monde. Fils de Cronos (un Titan) et de Rhéa. Zeus obtint le pouvoir sur l'Univers à la suite de la lutte victorieuse contre les Titans. Jupiter a une composition proche de celle du soleil mais sa masse n'a pas été suffisante pour déclencher des réactions nucléaires et former une étoile. Son atmosphère d'hydrogène, combiné à d'autres éléments peu abondants, donne des nuages de couleur vive, agités d'ouragans violents provoqués par un dégagement de chaleur intense.


Mars, très ancienne divinité latine, dieu de la Guerre dont les amours avec Vénus furent chantés par Lucrèce. Mars est identifié au dieu grec Arès, fils de Zeus et d'Héra. Arès est un dieu plus récent que Mars et fait partie des 12 dieux principaux. Son nom a été donné à la planète du fait de la couleur rouge qui rappelle le sang.

 

Terre, dès qu'ils ont pris conscience de leur environnement, les hommes ont voulu savoir ce qu'il y avait autour, quelle était la forme de cette Terre sur laquelle ils vivaient. C'est Aristarque de Samos (310-230 av.J.C.) qui, le premier envisage une Terre ronde qui tourne autour de son axe. En observant les éclipses de Lune et en interprétant le phénomène, comme la projection de l'ombre de la Terre sur la Lune, on trouve là, une preuve de la rotondité de la Terre. Il fallut attendre longtemps (Copernic et Galilée) pour admettre définitivement qu'en plus, la Terre se déplaçait dans l'espace pour tourner autour du Soleil. Vue de l'espace la Terre apparaît comme une boule bleue du fait de son atmosphère et des ses vastes océans qui la reflètent.

 

Vénus, est une très vieille divinité latine, déesse de la végétation. Elle fut identifiée à la déesse grecque Aphrodite, fille de Zeus et de Dionée selon les uns ou d'Ouranos selon les autres. C'est la déesse de l'amour qui eut d'Arès (Mars) deux fils. Phobos et Démos (la Terreur et la Crainte). L'identification à la planète vient du fait que cette dernière est considérée comme la plus belle planète du ciel. Planète proche de la Terre en distance mais aussi en taille. Contrairement à la terre son atmosphère épaisse n'est pas favorable à la vie. La pression atmosphérique au sol est 90 fois celui de la Terre.

 

Mercure, est le dieu romain identifié à Hermès. Il est le messager de Jupiter et est censé protéger les commerçants. Il est le fils de Zeus et de Maïa (une des Pléiades) et est représenté chaussé de sandales ailées. La planète a été nommée ainsi par les Romains en raison de la rapidité de son déplacement.

saintveran-11

L'observatoire astronomique de Château-Renard se dévoile sous nos yeux …


Il reste un dernier panneau, le Soleil … avant de découvrir la station !

Soleil, vient de Sol, une autre divinité latine très ancienne de l'époque des rois Sabins dont le culte fut introduit en même temps que celui de la Lune. Le correspondant grec est Hélios, une divinité solaire (en fait un démon) parmi d'autres (Apollon …) qui n'a pas l'importance du Soleil de l'ancienne Égypte. Hélios n'a qu'un rôle secondaire d'éclairer la Terre au service des autres dieux. Hélios est le fils d'Hyperion et Théa (des Titans) et le frère d'Aurore (Éos) et la Lune (Séléné).


Représenté par un jeune homme aux cheveux dorés parcourant le ciel sur un char de feu. Précédé le matin par le char d'Aurore, Hélios parcourt le Ciel de l'Orient à l'Occident. Il revient la nuit à l'Orient grâce à une embarcation sur l'Océan qui entoure le Monde. L'astronomie grecque a vite montré que la réalité était bien différente, ce qui explique le rôle secondaire de cette divinité. Le Soleil est constitué principalement d'hydrogène, son centre est le siège de réactions nucléaires intenses. Il éjecte à sa surface des nuages de particules.

saintveran-12

Et voilà, nous arrivons à l'observatoire du Pic de Château-Renard à 2930 m d'altitude. En 1967, les astronomes décident la construction d'un télescope de 4 mètres. Cinq sites sont retenus, Saint Véran (05) le Chinan (04) Cime de l'Apre (06) un en Corse (2a – 2b) et un en Sardaigne (Italie). Saint Véran se révèle être le meilleur site européen par le nombre de nuits claires. La station a été installée en 1974 par l'Observatoire de Paris-Meudon conçue pour être utilisable toute l'année par l'équipe de Paul Felenbok assisté de J.Eugène Chabaudie qui étudieront la couronne solaire jusqu'en 1982.


C'est en 1990 que l'association ASTROQUEYRAS reprend la gestion de l'Observatoire qui permet aux amateurs de venir effectuer des missions d'observation. Le site a été équipé du télescope actuel prêté par l'observatoire de Haute Provence.


En avril 2001, un astéroïde est découvert par cette station et numéroté 48159 Saint Véran. Puis trois autres astéroïdes seront trouvés et porteront les noms de Pierre Prieur-Blanc, Joseph Brunet et Jacques Jouve en honneur à ces trois Saint-Vérannais qui ont, depuis le début aidé les équipes d'astronomes et assuré la surveillance de la station de 1982 à 1990.

 

Nous trouvons une équipe de bénévoles en mission (travaux de peinture), nous les saluons et grimpons au pic à 2 989 m encore plus prêt du ciel pour le pique-nique.

saintveran-13

saintveran-14

Au pic de Château-Renard rencontre au sommet à 2989 m

 

Nous descendons du pic pour la visite de l'observatoire, très bien accueillis par le groupe d'astronomes sur place qui interrompt les travaux de peinture pour nous donner les explications que nous souhaitons. Merci et bravo à tous ces bénévoles passionnés qui prennent sur leur temps libre pour faire avancer la science.


Après avoir eu des informations peu encourageantes concernant la météo du lendemain nous prenons tout notre temps dans la descente nous amusant à épier les marmottes, mais au fait qui épie l'autre ?

Comme c'est notre jour de chance, les edelweiss sont au rendez-vous …

saintveran-15

Edelweiss ou étoiles d'argent, des neiges, des glaciers …


Leontopodium alpinium, pied de lion, plante protégée est parmi les plus célèbres des plantes de montagne. La fleur la plus emblématique des Alpes (chansons) est pourtant originaire d'Asie orientale où elle forme parfois de petits arbrisseaux. Elle fait partie de la famille des composées car elle est composée de plusieurs fleurs. Le duvet qui couvre les capitules donne l'aspect argenté à la fleur mais sert surtout à enfermer l'air qui l'isole du froid de la nuit et à capturer la rosée du matin. Il vaut mieux la photographier que la cueillir. Son nom provient de l'allemand edel «noble» et weiß « blanc » et est donc masculin. En Suisse il est souvent utilisé comme un véritable emblème national. Au Tyrol, l'edelweiss représentait la pureté et l'amour et la coutume voulait que, le jour du mariage, le fiancé en offrait un bouquet à sa promise. Originaire de Sibérie, cette fleur a, semble-t-il, immigré en Europe pendant les périodes glaciaires du quaternaire. Cette plante mythique pousse à l'état sauvage idéalement à une altitude de 2 000 à 3 000 mètres.

 

Retour à Saint Véran, heureux après une journée pleine de surprises et de bonheur...

 

à suivre …

Marthe


PS: cliquer sur les photos pour les agrandir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Marthala - dans Queyras
commenter cet article

commentaires