Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 18:25

Le 12 et 13 mai 2010

 

Les VALLÉES DE LA ZORN ET DE LA BRUCHE avec LES PENTES DOUCES DE LA MOSELLE

arzwiller-1.jpg

le château de Lutzelbourg

 

Les 12 et 13 mai nous allons parcourir les vallées de la Zorn et de la Bruche. 12 mai, 7H45 nous arrivons à Lutzelbourg, départ de cette virée dont nous parlons depuis quelques temps déjà. Avant de prendre la route, une boulangerie-patisserie retient notre attention. Un bon café nous fera du bien étant donné que nous nous sommes tous levés à l'aube … nous dédions cette marche à mon amie d'enfance Gertrude de Waldighoffen afin qu'elle ne perde pas sa combativité contre la maladie. Courage Gertrude …

 

Lutzelbourg : dès le 1er siècle de l'ère chrétienne, des établissements gallo-romains existent notamment à proximité de Lutzelbourg en forêt de Hultehouse. Différentes fouilles attestent l'existence de communautés pratiquant l'élevage, l'exploitation forestière et la taille de la pierre. Les premières voies de communication datent de cette époque, un chemin suivait la Zorn depuis Saverne puis Lutzelbourg et permettait de rejoindre la voie dite consulaire de Argentoratum (Strasbourg) à Metz. Les pratiques celtiques restaient vivaces, ainsi jusqu'à nos jours, à Carnaval, on lançait des disques enflammés depuis la colline vers la vallée (Schiweschlawe) d'ailleurs le nom de la Zorn, d'abord orthographiée «Sor» est un nom sans doute de cette époque et peut être traduit par «la coulante». Cela explique un lieu dit que nous allons traverser dans la matinée du nom de Feux Follets....

Après les grandes invasions barbares, les sources historiques manquent et le nom de Lutzelbourg n'est mentionné qu'en 1126 dans une notice de fondation du couvent de Saint Jean de Saverne par le comte Pierre de Lutzelbourg.

 

Situé au pied du Plateau Lorrain, dans la riante vallée de la Zorn, aux confins de l'Alsace et de la Lorraine, Lutzelbourg est surmonté par les ruines d'un château fort des XI et XII èmes siècles qui dominent la vallée et lui a donné son nom.

Le village est placé au point de convergence de plusieurs vallées et, est traversé par tous les modes de transport, à savoir : la route par la voie expresse CD 98 (qui double le RN 4 et qui permet de relier Phalsbourg à Saverne en évitant le col de Saverne), par le canal de la Marne au Rhin ainsi que par la voie ferrée Paris-Strasbourg et Calais-Bâle !! une position privilégiée qui en fait une cité carrefour tournée vers le commerce. Même si les données économiques ont fortement changé depuis un demi-siècle, ce petit village des contreforts des Vosges demeure une cité attrayante où il fait bon vivre dans un cadre naturel. Des artisans (artiste peintre, tailleur sur cristal) font aussi l'attrait de la commune.


arzwiller-2.jpg

 

Lutzelbourg vient de Lutzelburg qui veut dire petit château, Pierre fils du Comte de Montbéliard et d'Agnès de Savoie prit ce nom quant il prit possession du site. Celui-ci s'établit à Lutzelbourg qui fait partie du territoire de l'abbaye de Marmoutier dépendant de l'évêché de Metz. Dès lors il renforce et aménage le château, s'empare de la forêt de Hultehouse et de la dîme de Garrebourg, deux villages créés par défrichement. À son décès, vers 1150, son cousin Etienne, évêque de Metz lui succède et rend le château à l'évêché...

 

La Zorn, le nom de la rivière signifie «la coulante» issu de la racine pré-celtique «Sur» qui signifie couler. Les documents anciens la désigne sous le nom «Sorne» en allemand. Le Z vient d'une agglutination de l'article féminin singulier «die» prononcé «dz» en alsacien. L'erreur d'orthographe provient alors probablement d'un cartographe ayant demandé comment s'appelait le cours d'eau ? et à qui on a répondu en alsacien «d'Sorn» ce qui donna Zorn... La Zorn, réputée pour ses eaux de bonne qualité et ses fameuses truites attirent de nombreux pêcheurs, les chemins de randonnée pédestre à travers le massif forestier sont parcourus par de nombreux touristes et amoureux du calme et de vraie nature. Longue d'environ 97 km, la Zorn est issue de la confluence de la Zorn jaune et de la Zorn blanche qui prennent chacune leur source dans le département de la Moselle, au pied du Grossmann à une altitude de 600 mètres.

arzwiller-3.jpg

château de Lutzelbourg

C'est par la montée aux ruines du château perchées à 322 m d'altitude que débute la journée du mercredi. Sur un éperon rocheux de grès rose, les ruines du château dominent majestueusement le village dans la vallée. À l'origine Lutzelburg signifiant Petit Château lui a été donné du fait que le domaine ne compte que 90 ha. Édifié à priori au XI ème siècle sur les ruines d'un castel romain. Les ruines du château furent déclarées «Bien National» au moment de la Révolution. En 1840, Adolphe Germain notaire à Phalsbourg acquiert le château afin d'éviter que les matériaux ne soient vendus aux entreprises titulaires des travaux de chemin de fer. Le docteur Koeberlé, éminent chirurgien, racheta le château peu avant 1900 et entreprit la restauration après des fouilles archéologiques transcrites dans une monographie parue en 1909. Depuis 1977 le château est devenu propriété de la commune de Lutzelbourg.

Comme à chaque fois que nous visitons des ruines de château nous nous replongeons dans le passé. C'est un moment fort émouvant de laisser courir son imagination à travers ces vieux murs !! qui ont vu passer l'histoire... moi j'adore et mes compagnons aussi. Il ne s'agit pas de fouler ces vieilles pierres mais de revivre un moment du passé.

C'est avec un petit pincement au cœur que nous laissons cet endroit magique, un dernier coup d'œil vers la vallée et nous voilà repartis pour Hultenhouse. Comme d'habitude la franche rigolade entre copains nous porte sur des kilomètres… nous arrivons au pied de la chapelle Saint Fridolin en pleine forêt non loin de la ferme Schacheneck commune de Haselbourg. Une source, fontaine de dévotion Saint Fridolin (dont l'eau aurait des propriétés médicinales coule au bas de la chapelle).

Impressionnant !! une chapelle baptismale dans un écrin de verdure au milieu d'une forêt... d'un commun accord nous décidons de prendre notre repas en cet endroit mystérieux, des plaques de baptêmes ornent un mur de la chapelle, des chapelets sont accrochés à l'entrée...

arzwiller-4.jpg

une chapelle en bois entoure des fonds baptismaux


arzwiller-5.jpg

fonds baptismaux


arzwiller-6.jpg

un véritable lieu de culte

En 1951, l'autel en pierres près de la chapelle Saint Fridolin a été construit par Monsieur Gio Marcel, maçon de Haselbourg, en honneur aux morts des deux guerres mondiales.

Haselbourg, c'est au Néolithique que l'on trouve les premières traces de présence humaine. La situation escarpée de ce site attire l'attention des hommes et devient un important établissement fortifié et permanent sans doute le seul de toute la région de Sarrebourg. Des remparts seront construits au VIII ème avant J.C. Quelques pièces trouvées et un vase de la Tène (2ème âge de fer) prouve bien cette présence. En 52 avant J.C. Haselbourg devient un camp romain. Il permet de surveiller la voie romaine de la vallée de la Zorn, il restera pendant 3 siècles castel romain.

arzwiller-7.jpg

Maquette du plan incliné sur le canal de la Marne au Rhin

Nous continuons notre chemin dans le Schacheneckthal, dépassons le Kaiserhof, c'est au niveau de Sparsbrot lieu dit de la commune de Garrebourg que nous bifurquons dans la forêt pour rejoindre le plan incliné de Saint-Louis/Arzviller.

Le canal de la Marne au Rhin,long de 312 km (178 écluses à l'origine) franchit la ligne des Vosges par la trouée du col de Saverne et relie la Marne à Vitry le François au Rhin à Strasbourg. Les premiers projets remontent aux années 1780, mais la mise à l'étude du canal fut réalisée par l'ingénieur des Ponts et chaussées Barnabé Brisson à partir de 1826. Les travaux furent menés par l'ingénieur polytechnicien Charles-Étienne Collignon (1802-1885) avec des personnes de la région mais aussi des bagnards acheminés depuis le midi de la France travaillant à la pelle et à la pioche. Commencé en 1838, le canal fut mis en service en 1853. Le hallage des bateaux (péniches) était réalisé par la force animale (2x4 chevaux ou mulets) jusqu'au début du XX ème siècle, puis vinrent les tracteurs sur rails puis sur pneumatiques à partir de 1933, électriques au début avant de passer au Diesel. C'est un canal à petit gabarit. L'ouvrage le plus remarquable est le plan incliné de Saint Louis/Arzviller mis en service en 1967.

arzwiller-8.jpg

début de la visite au plan incliné

Ni plus ni moins qu'un ascenseur à bateaux …. mais avec des dimensions gigantesques à donner le vertige … De type transversal unique en son genre en Europe, le plan incliné rachète une chute de 44,50 mètres correspondant à celle des 17 écluses supprimées... un bel exploit ! L'échelle d'écluses d'Arzviller avec ses 17 écluses a constitué de tout temps une sorte de goulot d'étranglement que les bateliers n'abordaient pas sans appréhension, ni inquiétude. Cet ouvrage remplace le chapelet de 17 écluses qui s'échelonnaient sur 4 kilomètres dans la vallée de Teigelbach, affluent de la Zorn et qui demandait autrefois une journée de navigation. Il est précédé d'un canal en amont de 3,3 km accroché à flanc de montagne et suivi par un canal aval de 1,2 km qui rejoint le tracé d'origine du canal à l'écluse 18. Il est mis en service le 27 janvier 1969. Le dénivelé de 44,50 mètres est aujourd'hui franchi en 4 minutes seulement et ceci pratiquement sans énergie car on utilise le poids de l'eau et des contrepoids. Le plan incliné proprement dit, se compose du chariot-bac, véritable bassin mobile équilibré par deux contrepoids auxquels il est relié par des câbles, et tracté par des treuils entraînés par des moteurs électriques. Le chariot-bac au gabarit, d'une écluse classique, circule sur un plan incliné de 41 % perpendiculairement à sa plus grande dimension, par l'intermédiaire de galets. Il est guidé par une poutre longitudinale. L'infrastructure a été réalisée pour recevoir deux chariots pouvant manœuvrer indépendamment ou accouplés. Un seul bac (amont) a été réalisé en première phase jusqu'à présent.

arzwiller-9.jpg

Le chariot-bac est muni à chacune de ses extrémités de portes levantes, fermant de façon étanche le bac pendant tous ses déplacements. Sur cette photo la porte se lève permettant au bateau d'entrer dans le chariot-bac.


arzwiller-10.jpg

Le bateau s'engage dans le chariot-bac


arzwiller-11.jpg

le chariot-bac s'engage dans la descente

Les dimensions de l'ensemble sont gigantesques et le contraste est saisissant lorsqu'on assiste à la manœuvre qui se déroule sans bruit, sans secousse et tout en douceur !! Époustouflant !!

arzwiller-12.jpg

le chariot-bac et les deux contrepoids se croisent

C'est grâce à l'équilibrage du chariot-bac par des contrepoids qu'il est possible dans un tel ouvrage, d'avoir recours à une faible puissance. D'autre part, une différence de calage du chariot-bac à postes amont et aval par rapport au plafond des canaux d'accès, permet de donner toujours une prépondérance de poids à la masse descendante (chariot-bac ou contrepoids).

Compte tenu du temps nécessaire pour parcourir les canaux d'accès amont et aval, le gain de temps en utilisant le plan incliné au lieu de l'échelle d'écluses d'Arzviller est de l'ordre de 6 à 8 heures, ce qui, traduit en heure d'exploitation d'un automoteur par exemple, apporte à la batellerie une économie annuelle non négligeable !! Cet ouvrage permet aux bateaux de franchir ce dénivelé et de faire l'économie d'une journée de navigation entre Strasbourg et Paris. Malheureusement le trafic marchand a fortement baissé au cours des 20 dernières années, fort heureusement le tourisme fluvial est en plein essor, plus de 10 000 bateaux de plaisance empruntent le plan incliné chaque année.

Avant de repartir une visite à la salle des machines s'impose afin de mieux comprendre la manœuvre…

arzwiller-13.jpg

la salle des machines d'une propreté irréprochable !!!!

Le chemin de retour à Lutzelbourg passe sous deux tunnels, sur des sentiers traversant forêts de sapins, épicéas, hêtres et autres espèces de feuillus.

La vallée des éclusiers et l'ancienne échelle de 17 écluses sur l'ancien canal aujourd'hui au repos… donnent un petit air tristounet à cet endroit, tout est à l'abandon après de longues années de service...

arzwiller-14.jpg

l'échelle des écluses sur l'ancien canal

Nous découvrons d'immenses roches, grottes creusées et taillées par l'érosion… des merveilles, une fois de plus nous sommes gâtés et récompensés par la nature...

arzwiller-15.jpg

le sentier des roches

Du rocher du corbeau nous profitons d'une vue grandiose sur le canal, la ligne du chemin de fer et, cerise sur le gâteau, le plan incliné.

Lutzelbourg n'est plus bien loin et arrivons très vite. Avant de rejoindre La Claquette où nous allons passer la nuit nous faisons un crochet à la Hoube et bénéficions d'un panorama sur le rocher de Dabo.

arzwiller-16.jpg

Le rocher de Dabo culminant à 647 mètres,surmonté de la chapelle Saint Léon à 664 m

Formé il y plus de 200 millions d'années, cet extraordinaire rocher de grès rose est surmonté d'une chapelle néoromane, celle de Saint Léon. C'est ici que serait né, en 1002, Bruno de Dabo, évêque de Toul qui fut élu Pape en 1048 à l'âge de 46 ans sous le nom de Léon IX. Époustouflant de magie et de mystère…

nous allons passer la nuit au Centre International de Séjour à la Claquette au cœur de la vallée de la Bruche.

merci Yves d'avoir organisé cette superbe virée …

à demain, Marthe, Dany, Claude, François, Joël, J.Pierre et J. Baptiste

Partager cet article

Repost 0
Published by Marthala - dans Alsace-Lorraine
commenter cet article

commentaires