Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 10:13

Mercredi 29 décembre 2010


pour boucler 2010 !

 

Il est temps de quitter Mulhouse si nous voulons arriver à Durmenach (29 km) pour le repas à 13h. Pour cela nous laissons le Moenchsberg à 6h30 lampes frontales allumées pour nous enfoncer dans le Zuhrenwald, cette vaste forêt, à cheval sur les bans de Mulhouse et Riedisheim qui était la propriété des nobles de Zu Rhein dont on peut encore voir le château à côté de l'église Saint Barthélemy de Dornach. On peut donc écrire Zurheinwald mais aussi Zurhenwald. L'agglomération mulhousienne dépassée nous entrons dans la campagne authentique mais il fait encore nuit lorsque nous traversons Bruebach.


Bruebach occupe un très beau site, l'extrémité amont d'un vallon orienté vers le fossé rhénan. Le village est ravagé en 1445 par les Bâlois, souvent en lutte contre la noblesse sundgauvienne fidèle aux Habsbourg, puis à nouveau pendant la guerre de Trente Ans en 1634. Après le village le chemin grimpe doucement, en premier en lisière de l'espace agricole puis à travers bois, jusqu'à l'Oberholz sur le sentier des trois pays.


ferrette-1.jpg

Calvaire après l'Oberholz

 

Le jour se lève mais le soleil est absent… nous restons sur le GR pour rejoindre Steinbrunn le Haut. Sur le chemin enneigé… un oratoire :


ferrette-2.jpg

la vierge sur le Hubacker

 

Un petit repos à Steinbrunn le Haut pour reprendre des forces… le nom de Steinbrunn le Haut est mentionné pour la première fois avec certitude en 1025 avec résidence de Mangold Von Steinburnen. Cependant, des outils datant de la préhistoire (âge de pierre taillée et polie) ont été retrouvés. Des restes d'une villa romaine ont été découverts dans la cour de la propriété Enderlin, rue de l'église. Mangold von Steinburnen conserva en fief le village jusqu'en 1361. Dans sa famille et descendance, on trouve des noms célèbres, Berthold, abbé de Murbach, Albrecht, chanoine et archidiacre de Strasbourg, Agnès abbesse d'Ottmarsheim en 1323. Godefroy d'Obersteinbrunn (1342) avait cour à Mulhouse.


Le 18 octobre 1356, un tremblement de terre qui ébranla la région de Bâle détruit le château du haut. En 1366, Frédéric de Teck vend le village à Henri de Masevaux auquel succédèrent les nobles de Staufen (1449) puis les Reinach (1478). Jacques fonda en 1538 la branche des Reinach Steinbrunn qui s'éteint en 1838. Elle a compté parmi ses membres des figures prestigieuses comme Jean Nicolas, Bailli d'Altkirch, Philippe Gaspard, Antoine chanoine d'Eichstatt (1711) l'évêque de Bâle, Jacques Sigismond (1737-43) et plusieurs grands maîtres de l'ordre teutonique. Les Reinach construisirent deux châteaux au village dont le château du haut, disparu après la Révolution, abritait une chapelle dédiée à Saint Sigismond.

 

Le chemin passe devant l'étang de pêche gelé à cette époque de l'année… et continue pour le hameau du Heilhoff pour rejoindre Wahlbach. Une petite montée et nous débouchons dans un hameau de toute beauté. Un vrai paradis… à une distance de 2 km de Wahlbach, l'annexe du Heilhof comprenait, avant la construction de maisons individuelles, deux fermes, dont l'une était doublée d'une auberge très fréquentée. À son emplacement se trouvait sans doute le village ou hameau de Kleinwahbach à présent disparu et qui était mentionné sur la carte de Daniel Specklin (1576). Il aurait pu disparaître lors des sombres heures de la Guerre de Trente Ans (1618-1648).


ferrette-3.jpg

L'hiver à Steinbrunn le Haut

À l'étang de pêche, aucun visiteur… gelé il est plongé dans le brouillard...


ferrette-4.jpg

Le brouillard est la coquetterie du soleil” (Xavier Forneret)


Prochaine étape, Wahlbach… qui pourrait tirer son nom de « wallen » bouillonner et « Bach » ruisseau ce qui se traduit par : le ruisseau bouillonnant ! L'occupation de Wahlbach est attestée par des découvertes archéologiques qui remontent au Néolithique. Située sur une ancienne route celtique qui reliait Altkirch à Sierentz en passant par Emlingen. Citée pour la première fois en 1265 dans une charte conservée à Bâle, sous le nom de Wahlbach, nom qui semble indiquer qu'une population gallo-romaine s'y est maintenue après les grandes invasions.


ferrette-5.jpg

De bien jolies maisons sur le ban du Heilhof

 

Le village de Wahlbach dépend jusqu'à la Révolution du comté de Ferrette, seigneurie d'Altkirch. Dans la seconde moitié du XIXème siècle, Wahlbach connaît une forte décroissance de la population, tendance toutefois inversée à nos jours.

 

L'église citée dès le Moyen Âge, filiale de Hundsbach jusqu'en 1780 fut dédiée d'abord à Saint Théodule, puis à Saint Maurice auquel fut joint Saint Laurent après 1883. Le clocher à toit en bâtière, au-dessus du chœur, remonte au XIIIème siècle et, fait particulier, repose sur quatre piliers qui encadrent le maître-autel. La nef date de 1771. Sous le porche, à l'entrée, sont encastrées de vieilles pierres tombales de prêtres des XVIIIème et XIXème siècles.

 

Prochaine étape: Franken, charmant village sundgauvien que nous traversons régulièrement lors de nos sorties dans le Sundgau.

 

Le sentier des Trois Pays continue à travers le Willereck et rejoint l'ancienne voie romaine. Nous laissons la ferme du Windenhof sur la droite pour longer le karting et traverser les prés du Spitzacker et arriver à Muespach.


ferrette-6.jpg

Église de Franken pendant la période de Noël


Muespach... commune résultant de la fusion de Moyen-Muespach et de Muespach le Bas en 1972, située dans le vallon de Muesbach appelé Gersbach à Steinsoultz, non loin de Ferrette. La vallée aurait été creusée par un ancien cours du Rhin lorsque celui-ci, à la fin du tertiaire, coulait d'Est en Ouest vers la porte de Bourgogne. Le ban communal est longé, au nord, par une voie romaine. Selon certains historiens, la vieille route « Alti Stross » reliant Waldighoffen à Folgensbourg par les crêtes serait aussi d'origine romaine.


ferrette-7.jpg

Photo puisée dans mon album (mars 2010)


Le village tient son nom du ruisseau qui l'arrose. La légende raconte que par un beau jour d'été, une jeune paysanne portant sur sa tête un pot rempli d'un délicieux breuvage, une soupe aux pois « Müas-Suppa » destinée à son homme qui peinait dans les champs depuis l'aube s'apprêtait à traverser le ruisseau à gué. Elle glissa sur un gros galet, le pot se renversa et le précieux contenu se répandit dans l'eau. Confuse, elle s'écria « Müas..Bach » ! que l'on peut traduire par « rivière aux pois ».

 

Au temps de la féodalité, Muespach le Bas était le chef-lieu d'une mairie de la seigneurie de Ferrette, comprenant également Muespach le Haut et Moyen Muespach. Une famille noble de Bâle mentionnée en 1284 portait le nom de Muespach. Au cours de la Guerre de Trente Ans, en 1663, les deux villages furent ravagés par les troupes suédoises. Selon les dires, seules trois maisons subsistèrent (une à Moyen Muespach et deux à Muespach le Bas. La région fut repeuplée par des colons suisses et autrichiens. Le ban communal est longé au Nord par une ancienne route romaine « Remerschtresle ». Une grande route venant de la vallée du Rhône rejoignait la route du Rhin à hauteur de Cambete (Kembs), importante station romaine. La voie qui nous intéresse était une bifurcation de cet axe, partant des hauteurs de Bettendorf pour rejoindre Arialbinum à proximité de Bâle. Selon certains historiens, la vieille route ou Alti Stross reliant Waldighoffen à Folgensbourg par les crêtes serait également d'origine romaine.


ferrette-8.jpg

Le numéro 31... rue de la montagne


Pendant la guerre 1914-18, les villages se trouvent en arrière du front qui se localise à Seppois, Pfetterhouse, Largitzen, Ballersdorf... Àpartir de 1915, les restrictions apparaissent… réquisition de céréales, autorisation spéciale pour moudre le blé, cartes alimentaires et vestimentaires, réquisition des alambics, chambre à air et pneus de voitures et bicyclettes, mais aussi de la couverture en cuivre du clocher. En 1917, les autorités réquisitionnent trois cloches sur les quatre que compte le carillon de l'église : l'une est prêtée à la paroisse de Durmenach, une autre à celle de Waldighoffen, elles étaient rendues à la fin des hostilités, sauf la troisième, partie en Allemagne pour être transformée en canons qui ne sera remplacée qu'en 1925.

 

(renseignements puisés sur le site officiel de la commune de Muespach) merci à J.Paul Riether pour tous ces renseignements sur la commune )...

 

En passant rue de la montagne, nous avons une pensée pour nos amis Guy et Monique, déserteurs du Sundgau pendant les fêtes…

 

Enfin Durmenach... après 29 km de marche, il est 13h15 nous sommes attendus pour un steak tartare... et un repos bien mérité !!!


ferrette-9.jpg

mairie de Durmenach

 

C'estlà que nous retrouvons nos chauffeurs, tous autour d'une bonne table conviviale pour ce steak tartare... Durmenach est jusqu'au milieu du XIXème siècle, une des communautés les plus importantes du Haut-Rhin, la population de religion israélite dépassait en nombre celle des habitants chrétiens. La communauté a été le siège d'un rabbinat de la fin du 18ème siècle jusqu'en 1910. La cohabitation est marquée en 1789 par une première émeute anti-juive, et surtout en 1848 par le «Judenrumpel» , véritable grand «pogrom» lors duquel 75 maisons de familles juives sont incendiées. Très éprouvée lors du second conflit mondial, la population juive a complètement disparue aujourd'hui, reste le seul témoin de la présence de cette importante communauté israélite, le cimetière juif sur les hauteurs du village avec plus de trois cents tombes...

 

Qui ne connaît la célèbre forêt du Kuhwald et son majestueux mélèze de 40 m de haut ? Durmenach possède une forêt de mélèzes qui comptait jadis parmi les plus belles d'Europe. Les mélèzes ont été plantés en 1784 par un gentilhomme d'origine suisse, le baron Béat Frédéric de Reutter de Weyl, à l'époque propriétaire du terrain, il avait apporté ces plants du Voralberg autrichien. Ce bois passa dans les mains de la commune de Durmenach en 1825 après bien des procès. Si l'on croit les récits des Anciens du village, la forêt a été l'objet de nombreux litiges... il existe même une légende à ce sujet.


Le mélèze est originaire des Alpes (1200 – 24700 m d'altitude) et des Carpates. Depuis toujours le mélèze a rendu de grands services aux montagnards. Son bois, rouge saumon au cœur dur, lui donne une grande résistance et écarte de lui les insectes et a servi à construire d'innombrables chalets. Le mélèze préfère un sol argileux, durée de vie 600 ans pour une taille maximale de 40 m et peut mesurer 1,5 m de diamètre. (Sources puisées sur internet et divers livres sur le Sundgau.)

 

Après le repas, il reste 5 km pour finir la traversée… et arriver au pied de l'église de Ferrette. Un dernier effort pour grimper au Kuhwald et la magnifique forêt de mélèzes.

 

«Le Sundgau, pays de collines verdoyantes, parsemées d'arbres et d'étangs, se confond avec les premières chaînes du Jura alsacien, les deux régions ayant partagé le même passé historique », aujourd'hui toute la région est enfouie sous la neige… et le brouillard… plus sportive la traversée en hiver qu'au printemps !! Impossible de voir le clocher de Vieux Ferrette… en été un mur de maïs nous prive de la vue, aujourd'hui c'est le brouillard. C'est dans une purée de pois que nous arrivons sur la place de l'église de Ferrette où nous attendent nos chauffeurs, bravo aux marcheurs et grand merci à ceux qui étaient disponibles pour nous ramener de Ferrette.


ferrette-10.jpg

Terminus Ferrette, tout le monde descend...


Il était une fois Ferrette avec d'autres rites et d'autres traditions... en honneur à nos anciens, nous sommes partis à pieds de Mulhouse pour rejoindre Ferrette le 29 décembre et clôturer notre programme de marche pour l'année 2010 avec 34 km de randonnée.


Les Romains ont mis en place un réseau de routes très dense reprenant les chemins des Celtes. Aux bords de ces nouvelles routes on fonde des vicus (petites agglomérations ayant pour origine un village gaulois) c'est le Sundgau !! que nous apprécions tant lors de nos traversées…


BONNE ANNÉE 2011 ÀTOUS NOS LECTEURS


ferrette-11.gif

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marthala - dans Alsace-Lorraine
commenter cet article

commentaires