Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2010 5 06 /08 /août /2010 10:48

Mercredi 7 juillet 2010


9h rendez vous à Saint Maurice sur Moselle, aujourd'hui nous avons le grand plaisir de recevoir des amis bretons, connus lors du Tour du Mont Blanc en 2008. Venus passer quelques jours en Alsace ils viennent nous rejoindre pour la sortie « les Roches de Morteville » situées sur le flanc nord escarpé du Ballon d'Alsace.

Saint Maurice sur Moselle, petit village situé dans les Hautes Vosges, au pied du Ballon d'Alsace et du Rouge Gazon. Département des Vosges et région Lorraine, ses habitants sont appelés les Frémis.

La haute vallée de la Moselle était empruntée par la voie romaine reliant Metz à Bâle. Bussang et Saint Maurice étaient regroupées sous le nom de Vixenterius, Vicentine ou Vissent jusqu'à la scission de 1420. Saint Maurice faisait partie du ban de Ramonchamp qui dépendait du duc de Lorraine. L'appellation actuelle de Saint Maurice sur Moselle date du décret du 22 mai 1867.

Après avoir rejoint le lieu de départ niché dans la forêt, direction la Jumenterie – Ballon d'Alsace.

Les roches de Morteville et autre rocher du gouffre sont situés sur le flanc nord escarpé du Ballon d'Alsace. Sous la coiffe sommitale et les multiples gouttes du Ballon d'Alsace, les vertigineux à pics des roches de Morteville chutent dans d'impressionnants précipices pour finir en des pierriers sans fin... Un magnifique sentier des vertiges longe d'immenses façades rocheuses, plusieurs passerelles en bois nous facilitent la traversée... par temps de pluie ou de neige, prudence,!! sol glissant...

morteville-1.jpgPasserelles en bois enjambant les précipices... 

Une bonne montée nous fait déboucher au lieu dit la Jumenterie, où se trouve une colonie de vacances mais également un haras. La tradition hippique de la commune de Saint Maurice sur Moselle daterait de 1618 quand le duc de Lorraine y implanta un haras.

La randonnée se poursuit dans un milieu montagnard rocheux sur un superbe sentier sauvage étroit... qui serpente à travers la forêt, il convient d'être vigilent... de grandes enjambées sont nécessaires pour passer sur les rochers. Des passages aériens procurent des sensations de mini - via ferrata avec petits frissons... Bien que traversé, une bonne dizaine de fois, ce parcours me procure toujours autant de plaisir.

morteville-2.jpgVers le rocher – belvédère Birkel

Vint le belvédère Birkel, rocher à gauche du sentier qui s'avance hors de la forêt formant une belle terrasse offrant une vue superbe, on s'avance prudemment à travers un énorme parterre de myrtilles ( brinbelles appellation Vosgienne )...

morteville-3.jpg

Encore quelques rochers à escalader et nous débouchons au col de Ronde Tête ou Rundkopf. Pendant un temps, le chemin est facile et agréable... avant de reprendre à travers les rochers... une fenêtre s'ouvre sur un balcon donnant sur le lac d'Alfeld. 12h40 nous arrivons au chalet de la Petite Chaume où il est prévu l'arrêt repas...

morteville-4.jpgarrivée à la Petite Chaume...

Endroit paradisiaque qui séduit toute la joyeuse troupe. Nous profitons de l'endroit désert et sortons tables et bancs au soleil... Sympathique ce pique-nique... bon appétit !

morteville-5.jpg

Nous avons une pensée pour les absents en vacances, vous remarquerez que l'ami Yves n'est pas parmi nous, mais la mascotte Eliott est bien présente !!

Le retour se fait par la Tête du Moinechamp puis la baraque de Morteville, carrefour où commence le sentier rocheux que nous avons emprunté ce matin. À l'arrivée aux voitures, les amis Bretons offrent le verre de l'amitié. De bien belles retrouvailles !!

morteville-6.jpgnous avions beaucoup de plaisir à retrouver les compagnons du Tour du Mont Blanc

Sur la route du retour, nous nous sommes arrêtés au col de Bussang, à la source Marie pour remplir nos gourdes... puis à la source de la Moselle qui malheureusement était à sec...

morteville-7.jpg

Le tunnel ferroviaire d'Urbès devait servir le progrès en raccourcissant le trajet entre Vosges et Alsace... Commencés en 1932, les travaux sont arrêtés en 1935. En 1944, les occupants lui trouvèrent un intérêt stratégique et y installèrent un camp de travail pour y produire des pièces détachées d'avions. En provenance notamment du camp du Struthof, des milliers de détenus d'origine diverse y ont travaillé dans d'effroyables conditions et nombreux sont ceux qui y ont laissé leur vie.

morteville-8.jpgLe viaduc d'Urbès

À quelques pas du tunnel, le viaduc qui fut construit entre le 8 juillet 1933 et le 3 septembre 1934. Aujourd'hui il se dresse, tel le témoin d'une œuvre inachevée et méconnue que la mémoire et l'histoire ont presque oublié «celle du projet de la ligne de chemin de fer Saint Maurice sur Moselle – Urbès et de son tunnel ferroviaire». De ce monumental chantier resté sans suite, ce viaduc en est probablement l'ouvrage le plus frappant et aussi sans doute, celui qui intrigue et interloque le plus les personnes croisant dans les environs, car il est le seul témoin vraiment visible de cette «Percée des Vosges» Conçu pour recevoir deux voies, il fait 20 m de haut, 37 m de longueur et comporte trois arches de 10 m d'ouverture. Impossible de passer à Urbès sans montrer à nos visiteurs cette incroyable aventure.

La tourbière du See d'Urbès, mémoire vivante de la Vallée de la Thur

Vestige d'un ancien glacier dévalant du col de Bussang, la tourbière lacustre du See d'Urbès constitue un milieu naturel remarquable et rare. C'est aussi un témoin de la vie rurale et économique de la vallée de la Thur.

La vallée d'Urbès et le couloir de Storckensohn possèdent un profil en U remarquable, sculpté par un glacier de plusieurs centaines de mètres d'épaisseur. Celui-ci était grossi par le glacier de la Moselle ayant emprunté le col de Bussang il y a plus de 100 000 ans. En disparaissant le glacier a laissé des empreintes comme la moraine à l'origine de la formation du lac.

Puis des débris arrachés à la montagne par les torrents se sont accumulés, une végétation aquatique s'est développée pour coloniser entièrement le lac. Sa très lente décomposition a permis la formation d'une tourbière.

morteville-9.jpgLa tourbière du See d'Urbès

Il est l'heure de se quitter, nous nous promettons de nous revoir bientôt.

 Marthe et les compagnons

Partager cet article

Repost 0
Published by Marthala - dans Alsace-Lorraine
commenter cet article

commentaires