Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 12:34

Mardi 24 novembre 2009

 

Le Périgord renferme quatre grandes régions naturelles : le Périgord blanc au centre autour de Périgueux et de la vallée de l'Isle, le Périgord noir au sud-est, Sarlat la principale concentration de sites et châteaux, les forêts, la vallée de la Vézère et de la Dordogne ; le Périgord vert au pied des monts du Limousin, de Nontron à Excideuil, Brantôme, le val de Dronne... et le Périgord pourpre, Bergerac et son vignoble, le sud Dordogne et son pays des Bastides... Les terrains du Périgord ont commencé à se former dès l'ère primaire, lorsque le Massif Central a émergé de l'écorce terrestre. On retrouve ces roches cristallines dans le nord est, à la lisière du Limousin, mais la formation du Périgord s'est produite surtout à l'ère secondaire, lorsque la mer a envahi l'Aquitaine, refoulant des dépôts calcaires au pied du Massif Central. Plus tard, le calcaire jurassique forme le sol du Périgord blanc et la majeur partie du Périgord noir. C'est à l'ère quaternaire que les principales rivières comme la Dordogne, la Vézère, l'Isle et le Dronne font leur apparition et vont creuser les vallées.

Aujourd'hui, le sujet sera Le Périgord blanc, formé de plateaux calcaires découpés par les rivières Isle, Auvézère, Loue et Dronne dont le chef-lieu du département de la Dordogne est Périgueux que nous allons visiter...

perigueux-1.jpg

Ayant beaucoup de mal à choisir une première photo représentant Périgueux, j'ai opté pour une plaque qui m'a particulièrement interpellée, au hasard d'une rue... la Mairie de Strasbourg à Périgueux de septembre 1939 à juillet 1945 ! je retrouve l'Alsace !! dans le Périgord...

 

Un extrait du discours du maire de Périgueux pour l'inauguration de l'exposition «Périgueux à l'heure alsacienne» et lancement des cérémonies de commémoration du 70ème anniversaire de l'Évacuation des Strasbourg à Périgueux, le 7 novembre 2009...

«Dès le début septembre 1939 en effet, c'est une succession ininterrompue de trains venus d'Alsace qui posent en gare de Périgueux, plus de quinze jours durant, un flot d'évacués, parvenus ici dans des conditions souvent très difficiles. Les principales administrations de Strasbourg sont également rapatriées dans la capitale du Périgord. Plus d'une dizaine de milliers de personnes arrivèrent ainsi à Périgueux et environ 80.000 en Dordogne, Périgueux qui vivra plus d'une année complètement à l'heure alsacienne. Un an après, encore une fois sur ordre des autorités, l'heure du retour sonnera pour de nombreux Alsaciens qui réintègreront avec soulagement, parfait crainte, leur patrie. C'est donc avec émotion qu'à Périgueux et à Strasbourg, on se souvient aujourd'hui de cette histoire commune au travers d'expositions, de célébrations et de commémorations... Choc culturel, choc social, déracinement : l'Évacuation a bouleversé les vies de familles entières. En Périgord, et ici à Périgueux particulièrement, on se souvient toujours de l'arrivée de ceux qu'on appelait alors les -ya-ya-. Parmi les familles évacuées, certaines feront souche en Périgord, créant de nouveaux liens culturels...

perigueux-2.jpg

Cathédrale Saint Front

Situé au cœur du département de la Dordogne, le Périgord Blanc est nommé ainsi en raison de la blancheur de la pierre du pays, incomparable pour exercer l'art des sculpteurs. Il est sillonné par les vallées de l'Isle et de l'Auvézère propices à la pêche. Cette terre accueille Périgueux, l'ancienne Cité Vesunna et ses vestiges gallo-romains. Capitale du département, classée d'Art et d'Histoire avec ses ruelles étroites bordées d'hôtels particuliers, ses quartiers sauvegardés et sa cathédrale Saint Front, classée au Patrimoine de l'Unesco au titre des chemins de Saint Jacques de Compostelle. Réputée aussi pour sa gastronomie familiale parfumée par la truffe, canards gras, oies grasses, fraises... reine dans les marchés animés tout au long de l'année.

VESUONNA – la ville antique de PERIGUEUX

Vésone la romaine : la source sacrée de Vésone est à l'origine de Périgeux. C'est près d'elle que les Gaulois Pétrocores établissent, sur la rive gauche de l'Isle, leur principal oppidum. Après avoir pris fait et cause pour la résistance de Vercingétorix contre César, les Pétrocores doivent accepter la domination romaine, mais profitent largement de la Pax romana qui fait de la ville l'une des plus belles cités de la province d'Aquitaine. Vésone s'étend au-delà de la boucle de l'Isle, tandis que s'élèvent temples, forums, basiliques et arènes. Cette prospérité est brusquement ruinée au IIIè siècle par les Alamans qui détruisent la ville, ainsi que 70 autres bourgades de la Gaule. Pour éviter un nouveau désastre, les Vésoniens s'enferment dans une étroite enceinte, les pierres des temples servent à élever un rempart, les arènes sont transformées en donjon. Malgré tout, la ville subit des assauts des envahisseurs barbares : Wisigoths, Francs et Normands la pillent et la brûlent tour à tour. Dans cette cascade de malheurs, Vésone perd jusqu'à son nom, on ne l'appelle plus que la Cité des Pétrocores. Au Xème siècle, siège d'un évêché fondé par Saint Front, la Cité (nouveau nom de Vésone) devient la modeste capitale du comté du Périgord. Non loin de la Cité s'élevait un petit sanctuaire abritant le tombeau de Saint Front, apôtre du Périgord. Ce lieu saint devient un centre monastique autour duquel se groupe un bourg actif. Puy-Saint-Front éclipse la Cité. Isolée sur l'échiquier politique, la Cité doit accepter et composer avec sa voisine. En 1240, les deux entités scellent leur union en une seule communauté gouvernée par un maire et douze consuls sous le vocable de Périgueux. Les deux anciennes villes devenues quartiers gardent leur personnalité, dans la Cité, clercs et aristocrates, à Puy Saint Front, commerçants et artisans... En 1790, lors de la création du département de la Dordogne, Périgueux est choisie comme préfecture plutôt que Bergerac et connait alors un nouvel essor.

perigueux-3.jpg

La Tour Mataguerre

Périgueux se parcourt comme un livre d'histoire, la ville Médiévale et Renaissance avec le quartier Saint Front et la Cité Antique avec sa villa gallo-romaine abritée sous un préau de verre...

Quartier Saint Front :

La Tour Mataguerre, cette tour ronde (dont le nom viendrait d'un Anglais, emprisonné dix sept ans entre ces murs) est le dernier bastion de l'enceinte médiévale, constituée jadis de 28 tours et 12 portes. Mâchicoulis, archères cruciformes et canonnières témoignent des temps belliqueux (XVème siècle).

perigueux-4.jpg

Hôtel Abzac de Ladouze

L'Hôtel Abzac de Ladouze,au n° 16 de la rue Aubergerie comprend une grande arche soudée à une tour octogonale et à une tourelle en encorbellement, caractéristique du XVème siècle. Cet hôtel particulier fortifié atteste, tout comme celui de Sallegourde n° 4 et 8 de la richesse des marchands sous le règne de Louis XI.

La Cathédrale Saint Front, sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle, Saint Front est à ce titre inscrite au patrimoine mondial de l'Humanité. C'est la première des églises à coupoles élevée au Moyen Âge le long de la voie romaine allant de Rodez à Cahors et à Saintes. Dès le XIème siècle une chapelle avait été édifiée à l'emplacement du tombeau de Saint Front, bientôt rejointe par une abbaye. En 1047, une église plus vaste était consacrée. Ravagée par un incendie en 1120, l'on décida alors la construction d'une église encore plus grande dans le prolongement de l'église endommagée. Achevée vers 1173, cette troisième basilique, de type bysantin rappelle par ses coupoles et son plan en croix grecque, rare en France, St Marc de Venise et les Saints Apôtres de Constantinople. À l'intérieur, un magnifique retable baroque et le lustre qui a vu le mariage de Napoléon III avec Eugénie de Montijo à la cathédrale Notre Dame de Paris.

perigueux-5.jpg

Cloître de la cathédrale Saint Front

perigueux-6.jpg

Ce magnifique retable baroque du XVIIème siècle, remonté en 1974 dans la Cathédrale Saint Front, après un séjour d'une centaine d'années dans l'église Saint Etienne de la Cité, était originairement dressé dans la chapelle des Jésuites, place Hoche. Il est à la gloire de la Vierge Marie dans son Assomption...

perigueux-7.jpg

La maison du Pâtissier, place Saint Louis XIVè s dont la très belle porte renaissance (XVIème s) est surmontée d'une coquille annonçant les pèlerinages.

Maison Tenant ou maison du Pâtissier, c'est l'ancien hôtel des Talleyrand constitué d'un logis en équerre accolé d'une tourelle en encorbellement. Elle fut, au XIXème siècle la demeure d'un célèbre pâtissier fabricant le fameux pâté de Périgueux. Le marché de gras se déroule sur cette place de novembre à mars.

perigueux-8.jpg

Le quartier Saint Front a gardé toutes ses ruelles étroites et commerçantes et présente aujourd'hui le visage d'une cité moyenâgeuse au charme inégalé ... c'est un bonheur de pouvoir déambuler dans ce vieux quartier très bien restauré et emprunter les venelles-escaliers... bravo Périgeux...

perigueux-9.jpg

En 1967, plusieurs scènes du film Jacquou le Croquant furent tournées dans ce vieux quartier médiéval.

perigueux-10.jpg

Fontaine Wallace

Les fontaines Wallace sont des points d'eau potable publics qui se présentent sous la forme de petits édicules en fonte présents dans plusieurs villes dans le monde. C'est à Paris qu'elles furent implantées en premier et qu'on en trouve le plus grand nombre. D'une grande réussite esthétique, elles sont reconnues dans le monde entier comme un des symboles de Paris. Comme toutes les grandes villes, Périgueux possède sa fontaine Wallace, sur la Place Saint Silain.
Fin de la première partie... à suivre

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marthala - dans Aquitaine
commenter cet article

commentaires

josette 18/12/2009 22:31


Tombée par hasard chez vous, en cherchant une carte postale de la gare d'Excideuil... Je viens juste de terminer un article utilisant la même photo de plaque commémorative. Vous pouvez y jeter un
coup d'oeil ?