Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 11:37

Mercredi 8 décembre 2010

 

glashutte-1.jpg

 

Il manque de neige aujourd'hui !! au départ à Rimbach/Guebwiller. Les raquettes resteront dans le coffre de la voiture… 9 heures au parking de la grotte de Lourdes, installée dans la roche avant Rimbach, nous chaussons les griffes car le terrain paraît verglacé et grimpons au col de Peternit.

Nous souhaitons la bienvenue à l'ami André qui vient rejoindre notre groupe.

 

Rimbach près Guebwiller à ne pas confondre avec Rimbach près de Masevaux… Rimbach près Guebwiller se trouve au fond d'un étroit vallon situé au pied du Grand Ballon. La vallée du Rimbach sur le flanc d'une montagne et de forêts se perd sur les hauteurs du Grand Ballon et conserve encore des métairies comme la Glashütte… À droite de la vallée de Rimbach on trouve la vallée de Guebwiller.

La vallée du Rimbach tire son nom de son cours d'eau Le Rimbach du versant oriental des Vosges ; il naît au Sudelkopf juste à l'est du Grand Ballon dans l'enclave de Soultz, arrose Rimbach près Guebwiller et Rimbachzell pour déboucher dans la plaine à Soultz et se verser dans la Lauch au sud-est de Rouffach.

 

Une petite colonie de défrichement installée au Moyen Âge au pied du massif du Grand Ballon semble être à l'origine de Rimbach. C'est sous le nom de Rinpach, vers 1291, qu'apparaît le village. Il fut une possession du bailliage de Soultz relevant de l'évêque de Strasbourg qui l'inféode aux seigneurs de Jungholtz jusqu'en 1784. Autrefois composé d'habitations dispersées le long du ruisseau aux deux extrémités, le village dépendait de la paroisse de Soultz et fut ensuite réuni à la paroisse de Rimbachzell et en 1850 forma une paroisse indépendante. En 1755, l'agglomération comptait 16 familles de bûcherons et de charbonniers. Au XVIII ème siècle, l'économie locale repose essentiellement sur la verrerie et l'exploitation de la forêt.

Connaissez vous le « Puppelstein » ?? (pierre à bébés) considéré par la légende comme l'endroit où les sages-femmes cherchaient les bébés pour les apporter aux jeunes mamans. Il fallait bien expliquer les origines aux enfants... ce n'est que depuis 1870 que les bébés alsaciens sont apportés par les cigognes !! Cette pierre, au temps de la christianisation reçut le nom de « Hexenstein » (pierre aux sorcières) afin de mettre un terme à des pratiques païennes. Également connu sous le nom de « Rutschfelsen » (pierre à glissade) servait de test aux jeunes gens. Ceux qui arrivaient à glisser d'un trait le long de la pierre étaient assurés de se marier dans l'année. Cette tradition perdure visiblement toujours comme le prouvent les traces de glissades au centre de la pierre...

 

Après le Münsteraeckerle nous montons au rocher Saint Pirmin afin de bénéficier d'une vue plus dégagée qu'à notre dernier passage...


glashutte-2.jpg

vue sur la vallée de Murbach depuis le rocher Saint Pirmin

 

Du rocher nous apercevons l'abbaye de Murbach fondée par Saint Pirmin en 728 financée par le comte Eberhard, frère du duc d'Alsace. Murbach, au XVIème siècle, était l'une des plus illustres abbayes en Europe. Après la Guerre de Trente Ans, comme le reste de l'Alsace, la principauté devient française (1681). En 1759 elle est transférée à Guebwiller et perd son statut d'abbaye pour devenir chapitre de chanoines. Les bâtiments vides sont détruits et les matériaux réutilisés. Seuls subsistent le chevet et le chœur de l'abbatiale.

 

Du rocher Saint Pirmin nous nous dirigeons à l'Ebeneck (859m) qui est le point culminant du ban de Buhl. En 1976, on a découvert une galerie de sondage et des traces de prospection sur les flancs de l'Ebeneck qui attestent de l'exploitation de minerais dans le vallon dès le XVI ème siècle. Vers 1700, l'abondance du bois permet l'installation d'une verrerie à Dieffenbach et à la Glashütte, deux hameaux voisins sur le ban communal de Soultz. Cette activité s'interrompit dès 1714 avec le départ des verriers pour les terres de l'abbaye de Murbach. S'organise alors la culture mais surtout l'élevage et l'exploitation de la forêt.


glashutte-3.jpg

L'Ebeneck point culminant du ban de Buhl

 

Un sentier rejoint le col de Judenhut d'où nous prenons le chemin allant à la ferme-auberge Glashütte pour le repas. Il pleut depuis un moment et nous apprécions d'arriver pour manger au chaud.


glashutte-4.jpg

Arrivée à la ferme-auberge Glashütte 

 

Un peu à l'écart du chemin forestier reliant le Firstacker à la ferme auberge, une stèle à la mémoire de Albert Backert mort dans la fleur de l'âge en 1911, épuisé et gelé en solitaire dans une mer de brouillard de montagne.

 

Comme relaté plus haut, le nom Glashütte provient probablement d'une ancienne verrerie qui existait au XVIII ème siècle et où travaillèrent de nombreux verriers. Aujourd'hui la ferme-auberge accueille de nombreux randonneurs, en toutes saisons, qui viennent se désaltérer et se rassasier après avoir fait une longue randonnée dans les alentours. De là, plusieurs chemins forestiers et sentiers permettent de se rendre sur les contreforts du Grand Ballon ou encore au Roedelen.


glashutte-5.jpg

 

Pour les gourmands, d'énormes meringues glacées, sont servies avant de reprendre la route...

 

Aucun de nous n'est pressé d'affronter le temps humide pour repartir et nous traînons volontiers dans l'atmosphère chaude de la stuwa alsacienne... sous le regard des merveilleuses poupées en pâtes à sel accrochées aux murs... mais le rêve s'arrête là et il faut penser à redescendre à Rimbach.

 

Une visite à Casimir et Esmeralda de la Glashütte avant de dévaler la pente et rejoindre Rimbach.

Les deux lamas de la Glashütte sont à eux seuls une attraction… on ne peut passer devant le pré sans leur faire un petit coucou...

 

Les premiers écrits concernant le lama le comparent généralement au mouton. Pourtant on s'aperçut très vite de sa parenté avec le chameau et donc avec les camélidés. Surprenant bien que fascinant, cet animal, encore peu présent dans notre région, reste encore mystérieux pour nous, il gagne à être connu du grand public. Le lama, avec l'alpaga, la vigogne et le guanaco, font partie de la même famille que le chameau et le dromadaire, les camélidés, il est adapté à l'altitude. D'un tempérament curieux, il s'approche de nous, nous observe avec ses grands yeux bordés de longs cils qui pourraient rivaliser avec les plus beaux yeux maquillés... Animal un peu nonchalant, empreint d'une grande noblesse avec sa robe de laine soyeuse, finement ondulée. Une grande variété de couleurs reflète une grande beauté. Originaires des Andes, les lamas (lama glama) sont des camélidés, comme il en existe quatre espèces, originaires d'Amérique du Sud. Alpagas et lamas sont domestiqués depuis 7 à 8000 ans. Indispensables aux peuples Indiens des Andes, les lamas jouent un rôle important dans les rituels et la mythologie indigène.


glashutte-6.jpg

Casimir devant la FA Glashütte

 

un dernier coup d'œil à Casimir et son domaine avant de dégringoler à Rimbach.

 

Les compagnons vous donnent rendez-vous la semaine prochaine...

Marthe

Partager cet article

Repost 0
Published by Marthala - dans Alsace-Lorraine
commenter cet article

commentaires

yves 16/12/2010 13:42


salut Marthala,
et oui à nouveau une superbe journée, la bonne humeur du groupe, l'envie de partager un bon moment, bienvenue à André,et le groupe est un plus important, bientôt un groupe de 20 amoureux de la
montagne.
@+ gros schmoutz à tous