Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 10:18

Lundi 30 août 2010

Le volcan du Tartaret, surgissant dans la vallée du Couze, en arrêta les eaux et créa le lac Chambon !!

Ayant goûté à l'Auvergne début juillet de cette année, nous revenons nous faire plaisir dans cette belle région... après une visite au Puy en Velay hier, ce matin nous sommes devant le lac Chambon formé par le volcan le Tartaret qui a obstrué le lit de la Couze situé à 870 m d'altitude, peu profond mais vaste. Ses rives sont très découpées, sauf au nord où une plage est aménagée pour la baignade et les activités nautiques.

chambon-1.jpgLe lac Chambon

La genèse du lac Chambon est étroitement liée à l'édification du Tartaret, volcan strombolien ayant émis en aval du lac une coulée de lave de quelque vingt kilomètres de long.

Le volcan du Tartaret est un petit volcan de 870 m d'altitude, de son sommet, le lac de Chambon s'admire. Le lac n'aurait sans doute jamais existé sans l'éruption tardive du Tartaret qui fait partie des plus récentes formations volcaniques d'Auvergne.

Le lac nous raconte : « il y a 16 000 ans, je n'étais encore qu'un impétueux torrent né sur les pentes Est du massif du Sancy et filant vers la plaine de la Limagne rejoindre la rivière Allier. À cette époque, une éruption volcanique a donné naissance au puy du Tartaret, volcan complexe dont les trois cônes de scories disparaissent désormais sous la végétation mais constituent un barrage naturel derrière lequel j'étale mes 60 hectares. À l'origine, j'occupais une superficie plus importante, mais un glissement du flanc Sud de la dent du Marais a réduit ma surface et accéléré mon comblement : ma profondeur est actuellement de 4 mètres seulement ! »

Quelques millénaires plus tard, le lac est toujours là... cependant il se comble peu à peu à l'amont par les alluvions charriées par le cours d'eau, sa disparition à cours terme est inéluctable... Les pentes du volcan sont habillées de hêtres et de pins. Le sommet est une clairière entourée de pins.

Nous empruntons le sentier qui permet de faire le tour du lac, une partie de celui-ci a été réaménagée et des portions sur pilotis permettent de suivre la rive du lac en passant dans les zones marécageuses. Au Nord du lac se dresse une aiguille rocheuse, ancien vestige du volcan, la Dent du Marais, dite « Saut de la Pucelle ».

chambon-2.jpgla Dent du Marais ou Saut de la Pucelle

L'origine de cet amphithéâtre a longtemps intrigué les géologues. Il s'agit d'une formation jeune qui s'est constituée après l'apparition du Tartaret (âgé de moins de 30 000 ans environ), le fond du cirque n'étant pas recouvert par les scories émises par ce volcan. Compte tenu de sa faible altitude ( 1 100m maximum environ pour le rebord) et son jeune âge, l'hypothèse d'un cirque glaciaire ne peut être retenue, en outre, sa structure et sa morphologie permettent d'écarter l'origine du cratère d'explosion. La question a enfin trouvé sa réponse dans les années 1970. Il s'agit en fait de la niche d'arrachement d'un écroulement lié à un important glissement de terrain.

Arrivés au sommet du volcan nous jouissons d'un panorama exceptionnel sur le lac de Chambon avec en arrière-plan le massif du Sancy.

La légende de la Dent du Marais raconte : une jeune bergère, voulant échapper à un seigneur trop entreprenant, se jeta du haut de la Dent du Marais en invoquant la bonne vierge de Vassivière. Elle arrive en bas indemne mais voulut, par vantardise, réitérer cet exploit. Hélas, l'amour de vertu l'a préservée, l'orgueil la perdra, dit la chronique. Elle vint s'écraser au pied du rocher qui prit depuis le nom de « Saut de la Pucelle ».

Le sentier de randonnée chemine quelques instants sur la crête avant de descendre vers le cratère et rejoindre Murol dont les maisons sont taillées dans la cheire du volcan.

chambon-3.jpgLe château de Murol

Plantée sur son dyke volcanique, à quelques encablures du lac Chambon, la forteresse domine un paysage envoûtant sculpté en des temps reculés par le feu de la terre. Le site impressionnant rappelle la puissance des sires de Murol aux XV ème et XVI ème siècles.

De nombreux vestiges témoignent d'une occupation gauloise (dolmen) et gallo-romaine (villa et fanum). Au moyen-âge s'élève une puissante forteresse. Après être resté trois siècles durant aux mains de la noble famille Murol, le château deviendra au XV ème siècle, par mariage de Jehanne de Murol avec Gaspard d'Estaing, propriété des Estaing, lesquels y feront de nombreux travaux pour moderniser les conditions de vie et adapter aux exigences de l'artillerie le système de défense. Délaissé par ses derniers possesseurs, le château tombe en ruines au XIX ème siècle. Il est aujourd'hui propriété de la commune. La troupe les Compagnons de Gabriel anima le site pendant de nombreuses années, puis la succession a été reprise par les Paladins du Sancy.

Le premier château semble avoir été construit au XII ème siècle sur un promontoire en basalte à l'intersection de trois routes. Il est agrandi et renforcé au XIV ème siècle par Guillaume de Samm, avec notamment la construction du donjon et d'une seconde chapelle. Richelieu épargne le château en raison du prestige de la famille d'Estaing, et il n'est pas détruit non plus lors de la Révolution Française. Cependant, il sert de prison, de repaire de brigands puis de carrière de pierres. Par la suite il devient propriété de la commune de Murol au XIX ème siècle par don du propriétaire. Classé Monument historique en 1889, il reste un chef-d’œuvre de l'architecture militaire médiévale.

Les ruines du châteaux sont évoquées par Guy de Maupassant dans son conte Humble drame (1883). « Le lendemain, à la nuit tombante, j'arrivais au château de Murol. La vieille forteresse, tour géante debout sur son pic au milieu d'une large vallée, au croisement de trois vallons, se dresse sur le ciel, brune, crevassée, bosselée, mais ronde, depuis son large pied circulaire jusqu'aux tourelles croulantes de son faîte. Elle surprend plus qu'aucune autre ruine par son énormité simple, sa majesté, son air antique puissant et grave. Elle est là, seule, haute comme une montagne, reine morte, mais toujours la reine des vallées couchées sous elle. On y monte par une pente plantée de sapins, on y pénètre par une porte étroite, on s'arrête au pied des murs, dans la première enceinte au-dessus du pays entier. Là-dedans, des salles tombées, des escaliers égrenés, des trous inconnus, des souterrains, des oubliettes, des murs coupés au milieu, des voûtes tenant on se sait comment, un dédale de pierres, de crevasses où pousse l'herbe, où glissent des bêtes.

Par ces mots tout est décrit...

chambon-4.jpg

Si la nature est prodigieuse à Murol, l'architecture l'est tout autant.

L'Auvergne est réputée pour ses fromages... en suivant la route des fromages d'Auvergne, on découvrira le « Saint Nectaire », ceci est une autre histoire qu'on découvrira dans un prochain article...

à bientôt

Marthe

Partager cet article

Repost 0
Published by Marthala - dans Auvergne
commenter cet article

commentaires

HOTEL LA CONDAMINE 05/12/2010 13:56


super le lac chambon, et félicitations pour votre blog.
Notre région est superbe à visiter venez la découvrir
(LAC DU BOUCHET, COUCOURON,ISARLES etc..)
et visitez aussi notre site
http://hotellacondamine.over-blog.com