Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 18:38

Mercredi 16 novembre 2011
                      
Le Kaiserstuhl fait face aux Vosges et culmine à une altitude nettement inférieure, 557 mètres pour le sommet du Totenkopf ou «Tête de mort ». Il y a très longtemps … (18 millions d'années) en ces lieux, un volcan cracha … Il se trouve en Allemagne dans le sud du pays de Bade directement sur la rive droite du Rhin. Il doit probablement son nom au roi Otton III, qui a présidé une journée de jugement près de Sasbach en 994, soit deux ans avant son couronnement en tant qu'empereur.


kaiserstuhl-1.jpg

 

Le Kaiserstuhl est un volcan dont l'âge remonte au Miocène, il appartient à la grande province éruptive d'Europe Centrale de l'ère tertiaire. Se promener dans le Kaiserstuhl est un vrai régal, dans tous les sens du terme … même si aujourd'hui le soleil n'est pas au rendez-vous, les couleurs automnales sont toujours présentes. Merveilleux jeu de lumière dans les feuilles dorées ou érubescentes le tout dans un endroit idyllique.

Liliental, sur l'emplacement d'un ancien domaine agricole, des forestiers Allemands ont crée un arboretum qui rassemble une impressionnante collection d'arbres d'espèces endémiques en voie de disparition ainsi que des essences venues d'Asie et d'Amérique. C'est ainsi que le promeneur va de surprise en surprise. L'un des principaux attraits du Liliental est la forêt de Séquoias géants (Mammouthbaum) dont les graines viennent directement de Californie. En 1960, ils ont été semés en pépinières avant d'être plantés au Liliental sur une superficie de 1,2 ha. En 1992 les arbres ont atteint une moyenne de 22 mètres de haut et certains spécimens ont dû être enlevés pour faire place à d'autres spécimens et ainsi nous pouvons apprécier la taille impressionnante de ces géants d'Amérique. Les forestiers ont fait un effort particulier sur la réintroduction d'espèces en voie de disparition … ce fut le cas pour l'alisier qui a été multiplié en pépinière en vue de la replantation en forêt sur tout le territoire. Au delà de l'arboretum s'étendent les prairies sèches, fortement ensoleillées où poussent des plantes spécifiques et recherchées par les botanistes, on peut y voir aussi, des variétés d'orchidées peu courantes …


kaiserstuhl-2.jpg

les séquoias

           
Le climat du Kaiserstuhl explique la présence importante d'espèces animales aimant la chaleur. Le massif est,  par exemple, l'un des sites présentant la plus grande variété d'Orchidées en Europe avec plus de 30 espèces recensées. Entre les vignes poussent des muscaris sauvages et sur les talus fleurissent des iris. Ici vivent également des lézards verts et des mantes religieuses, des espèces plutôt familières dans le bassin méditerranéen. Le chêne pubescent, également présent dans le massif, est une plante xérophyte commune en Europe du sud. Ces espèces vivent dans une aire biologique disjointe, donc séparées de leur zone de répartition normale. Celui-ci est un reliquat d'une période chaude postglaciaire durant laquelle régnait un climat nettement plus doux dans une vaste région qui englobait le Kaiserstuhl. À la fin de cette période chaude, ces espèces n'ont pu survivre dans la région que dans ce massif bénéficiant d'un microclimat.

Tout autour du Kaiserstuhl on cultive la vigne et les vins qu'on y produit bénéficient d'une grande renommée. Le vignoble appartenant soit à des caves coopératives, soit à des particuliers, recouvrent la majeure partie des surfaces dégagées du massif. Grâce au sol composé de loess, la vigne y croît bien. Le terrain du Kaiserstuhl fut modifié de tous temps par les hommes car le loess qui le recouvre est très sujet à l'érosion quand on le travaille. Des terrasses ont dû être aménagées très tôt pour permettre l'exploitation agricole de cette terre fertile. Ces terrasses bien qu'aujourd'hui majoritairement utilisées pour la culture de la vigne sont parfois utilisées pour la culture d'arbres fruitiers ou des légumes.

 

kaiserstuhl-3.jpg kaiserstuhl-4.jpg
Le Liliental en automne  la forêt de bouleaux

 

kaiserstuhl-5.jpg

un couple d'amoureux


Une petite grimpette et nous voilà au sommet, le Totenkopf, est dans le brouillard et nous sommes privés du panorama …


Non loin de là, Vieux-Brisach en allemand Breisach am Rhein ou bien Breisach tout court, une ville allemande fortifiée du pays de Bade se situe sur le Rhin. Les Français l'appellent Vieux Brisach par opposition à la ville alsacienne de Neuf-Brisach construite par Vauban au XVII ème siècle sur la rive française du Rhin. Breisach était, à l'origine une forteresse, et fut citée par Jules César comme une place-forte des Séquanes prise par Arioviste. Ville libre elle est disputée entre l'Empire et la maison d'Autriche. Occupée, au XV ème siècle, pendant quatre ans par Charles le Téméraire, elle tomba, pendant la guerre de Trente Ans, au pouvoir de Bernard de Saxe-Weimar, pour, après sa mort passer à la France à qui elle restera par la paix de Westphalie.


En 1697, les traités de Ryswick, mettent fin à la guerre de la Ligue d'Augsbourg entre Louis XIV et la Grande Alliance. La France perd la place-forte de Brisach sur la rive allemande du Rhin. Afin de combler la perte de l'ancienne place-forte de Brisach qui laisse un vide défensif entre Strasbourg et Mulhouse, Louis XIV décide la construction d'une nouvelle ville fortifiée face à Brisach afin de prévenir toute invasion d'Outre-Rhin. Il en confia l'étude à ses architectes Vauban et Jaques Tarade. Vieux-Brisach, occupée par la France à plusieurs reprises (en 1703-1714, en 1745) puis en 1796 est attribuée, par la paix de Presbourg, au grand duché de Bade.

 

Le Rhin,avait jadis de terribles colères ...tout au long de l'histoire le Rhin provoqua des crues dévastatrices se traduisant par des dégâts considérables que les hommes étaient bien incapables d'enrayer. Avant le XIX ème siècle, ce fleuve capricieux, traduisait ses colères par des inondations très étendues et un lit extrêmement mobile se déplaçant latéralement au gré des crues. En 1480, vers la Saint Jean, les riverains subirent une terrible inondation de Bâle à Cologne, qu'on nomma le déluge du Rhin. Mêlée à celle de l'Ill en Alsace, l'inondation s'étendit autour de Strasbourg sur un rayon de 30 km alors qu'en Haute Alsace on se déplaçait en barque de Rouffach à Brisach …  En décembre 1740, après une année exceptionnellement pluvieuse, le pays d'Alsace – Bade forma un lac entre Vosges et Forêt-Noire. Ces phénomènes étaient particulièrement marqués dans la plaine d'Alsace – Bade, le fleuve divaguait dans un système de chenaux inextricables et son lit majeur s'étalait sur plusieurs kilomètres de largeur. Lors des crues importantes, il recouvrait les innombrables îlots qui parsemaient son chenal, inondait forêts campagnes environnantes, puis en décrue, s'installait parfois dans un lit nouveau, créant ainsi de multiples bras morts qui se transformaient en marécages propices à l'insalubrité ...

 

kaiserstuhl-6.jpg

les mélèzes du Kaiserstuhl


kaiserstuhl-7.jpg

 

Après l'ascension du Totenkopf nous prenons la pause-repas sur la terrasse de l'abri Adlernesthütte.

 

kaiserstuhl-8.jpg kaiserstuhl-9.jpg
 Un autre abri …  Fasanenweghütte

 

Nous rencontrons, toutes sortes d'arbres … même des amandiers … puis dans une pinède l'abri dénommé Fasanenweghütte, à l'intérieur un livre ouvert … sur les murs, de nombreuses essences de bois grandissant dans l'arboretum du Liliental sont représentées. Un musée du bois en fin de compte.

 

kaiserstuhl-10.jpg

 

Le brouillard persistant n'a pas gâché le plaisir de découvrir un endroit fort intéressant que nous gardons au programme pour les premiers jours du printemps prochain.

À bientôt


Marthe

Partager cet article

Repost 0
Published by Marthala - dans Allemagne
commenter cet article

commentaires