Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 10:19

Mercredi, 4 mai 2011

 

kruth-1.jpg

encore une belle journée … suivez moi !


LAC DE KRUTH – GRAND VENTRON – WINTERGES


kruth-2.jpg

 

Kruth se trouve sur la route de Saint Amarin à Wildenstein et est un village plus récent, puisque son nom apparaît d'abord au XIV ème siècle sous le nom de Gereuth. Le village a pu se constituer à l'emplacement d'anciennes fermes et de maisons isolées qui ont donné naissance à une agglomération. Au XVII ème siècle le village est appelé Grut. Ce n'est qu'à partir de 1775 que le nom actuel apparaît. L'endroit était certainement d'abord recouvert de vastes forêts dont les terres ont été défrichées par les premiers occupants. Il fut d'abord la propriété des nobles de Bollwiller qui y installèrent un château. Le village passe ensuite aux abbés de Murbach jusqu'à la Révolution. Son histoire est intimement liée à celle des autres villages du bailliage. Pendant la Première Guerre Mondiale, le village est évacué en raison de la proximité du front. En 1917, le roi Victor-Emmanuel III d'Italie vient inspecter le front et y passe une journée. Kruth possède un barrage qui permet de réguler les eaux de la Thur.


kruth-3.jpg

Le lac de Kruth – Wildenstein

 

Le lac (barrage) de Kruth-Wildenstein, plus couramment nommé lac de Wildenstein, est le plus grand lac artificiel du versant alsacien du massif des Vosges avec une superficie de 81 ha. Malgré son nom, il n'est pas à Wildenstein mais se situe sur le territoire de la commune de Kruth et sur une petite partie de la commune de Fellering. Établi sur la Thur, le barrage permet la retenue d'un maximum de 12 millions de m³.

 

Le bassin versant de la Haute Thur se compose essentiellement de ballons fortement enneigés chaque hiver. Des crues printanières, parfois catastrophiques, ont suggéré dès le XIX ème siècle, lors d'une rupture d'un barrage de retenue utilisé par une fabrique de verre en amont de Wildenstein, l'édification d'un barrage permettant leur régulation. Ce n'est cependant qu'en 1954 que sa construction fut décidée, sept ans après une dernière crue dévastatrice. Édifié de 1959 à 1963, le barrage fut mis en eau en 1964. En raison du faible débit de la Thur à cet endroit, il n'a pas été jugé rentable d'installer une centrale hydroélectrique.

 

Départ au barrage de Kruth pour l'ascension du Gand Ventron. Un sentier monte régulièrement à travers une belle forêt, des torrents descendent de la montagne vers le lac. Les cascades chantent et dansent sur les pentes de la montagne, une eau pure et froide miroite au soleil. Une courte pause à l'abri du Tal.

 

kruth-4.jpg


Nous passons devant l'abri des Pionniers et continuons à grimper jusqu'au Grand Ventron.

 

Point culminant et central d'un massif qui s'étend du col de Bramont au nord jusqu'au col d'Oderen au sud. Partagé entre Ventron et Cornimont du côté lorrain et Kruth du côté alsacien. Le massif est l'un des derniers refuges du Grand Tétras, aussi la pratique des loisirs est-elle réglementée.

 

Il faut remonter à l'époque des rois mérovingiens puis carolingiens pour comprendre la formation des chaumes vosgiennes. Ces rois, possesseurs du sol, décident de renforcer leur autorité politique et religieuse. Jusqu'ici absents, ils laissaient aux quelques montagnards vosgiens (ermites, moines et premiers pionniers) une quasi indépendance. Les souverains successifs aident les abbayes et les monastères à accroître leur implantation et à constituer de nouveaux noyaux de population. En contrepartie, les moines acceptent d'héberger ces monarques pendant leur séjour de chasse. La région sert ainsi de vastes domaines giboyeux pour la noblesse. La tradition veut, par exemple, que Charlemagne soit venu chasser à maintes reprises. Sur ces terres qui leur sont ainsi confiées par le pouvoir royal, par exemple Charlemagne fait don de la vallée de Saint Amarin à l'abbaye de Murbach. Les abbayes deviennent à la fois des centres intellectuels, spirituels et moteurs d'un développement, dont les premiers signes se manifestent sous la forme de défrichements, créant des kritters (champs défrichés) et quelques hameaux isolés, s'organisent ou voient le jour.

 

L'abbaye de Munster aurait ainsi joué un rôle moteur dans le processus de montée des pasteurs alsaciens vers les sommets. En date du 3 février 1339, le traité de Marguard spécifie que les troupeaux dépendant des abbayes de Munster peuvent franchir les crêtes et hiverner sur le versant lorrain. Ce sont donc les Alsaciens qui, faisant figure de pionniers, ont conquis les Hautes Chaumes. Les marcaires occupèrent progressivement tous les espaces disponibles sur les crêtes, naturellement dépourvus d'arbres. Ces milieux herbagés sont baptisés chaumes primaires, puis rapidement ces marcaires ont franchi le first (la ligne de crêtes séparant les Vosges de l'Alsace), étendent leur surface de pâturage en défrichant le versant lorrain et donnant ainsi le jour aux chaumes dites secondaires.


kruth-5.jpg

Les chaumes du Grand Ventron

 

Les marcaires alsaciens occupent les chaumes pendant la période d'estive qui dure généralement du 25 mai, date du départ des troupeaux vers les crêtes, au 29 septembre. Très vite ces pasteurs prendront l'habitude de séjourner l'hiver sur le versant lorrain plutôt que de redescendre avec leur bétail dans la vallée alsacienne. C'est ainsi qu'ils s'établissent ponctuellement, construisant des huttes en bois dans les vallées vosgiennes encore quasi inhabitées. Il faut y voir l'origine du peuplement de la partie lorraine du massif, formant les premiers noyaux d'agglomération qui portent des noms alsaciens, plus tard francisés, lorsque les habitants lorrains s'y établiront à leur tour. C'est dans ces conditions, que dès 1285, le village de WOLLE (LA BRESSE) est fondé… suivront également les bourgs du HORNENBERG (CORNIMONT) et de WINTERUNG (VENTRON). Les cols ont joué un rôle fondamental dans cette colonisation d'origine alsacienne, car chacun favorise le passage des nouveaux arrivants. Àtitre d'exemple, le col du Rotenbach desservait la Bresse, le col d'Oderen reliait Ventron à la vallée de la Thur.

 

Nous arrivons sur les chaumes du Grand Ventron alt. 1 203 m,( ancienne dénomination allemande Gross Winterung), le sentier serpente entre bruyères et plants de myrtilles pour arriver jusqu'au sommet où une table d'orientation permet de se situer.

 

kruth-6.jpg

La table d'orientation au sommet du Grand Ventron

 

Descendant à la FA du Grand Ventron, nous entrons dans l'ambiance fête comme ces derniers mercredis…  JOYEUX ET PÉTILLANT ANNIVERSAIRE MONIQUE ET GUY !

 

kruth-7.jpg

Le couple du jour


 

Pour fêter Monique et Guy, le pur Vosgien de notre groupe… quoi de mieux que de venir au Grand Ventron déguster une spécialité de sa région : la toffaille… Autour d'une délicieuse toffaille, spécialité vosgienne nous passons un merveilleux moment, merci Monique et Guy pour ce délicieux moment de détente de joie.

 

 

kruth-8.jpg

 

À votre santé les amis, avec une Bête des Vosges bien sûr !!

 

kruth-9.jpg

 

 

Un autre clin d'œil à notre ami Guy et à sa région natale, dans les Vosges on ne cueille pas de myrtilles comme chez nous, mais des brimbelles, j'adore ce nom qui sonne comme un carillon.

 

Les myrtilles portent, selon les régions, divers noms vernaculaires comme, brimbelles, bleuets etc... mais au Québec on utilise généralement le terme de bleuets à la fois pour les fruits des vaccinium angustifolium et vaccinium myrtilloides, espèces sauvages exclusivement américaines et pour ceux du vaccinium corymbosum cultivé.

 

Nous remontons au sommet pour rejoindre le Petit Ventron, alt. 1 155 m, (ancienne dénomination allemande Klein Winterung), son sommet boisé n'offre aucune perspective. Plus loin, la tête du chat sauvage, magnifique endroit avec vue sur la vallée de Thann. Nous dégringolons rapidement à la chaume de Winterges, certains disent Vinterges.


kruth-10.jpg

L'abri de Winterges



La bonne humeur aidant, nous arrivons d'un bon pas au lac de Kruth. Fini pour aujourd’hui mais nous avons un super programme pour les jours à venir.


À bientôt,

 

Marthe

Partager cet article

Repost 0
Published by Marthala - dans Alsace-Lorraine
commenter cet article

commentaires

yves 09/05/2011 11:12


Salut Marthala,
et oui une superbe journée dans un coin des Vosges encore un peu sauvage comme au petit Ventron tête du chat sauvage etc. une ambiance coll et une super équipe, vive aussi les Vosges tofaille
braisé gratin etc. je souhaite bonne chance au niveau propriétaire de l'auberge du grand ventron.
schmoutz à tous
yves