Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 11:01

Mercredi 16 mars 2011

 

st-gilles-1.jpg

Eliott vous invite pour la ronde des châteaux !!

 

L'Alsace, fut de tout temps un lieu de passage, tant pour les populations que pour les commerçants et les armées. À compter du Xè siècle, les résidences des familles seigneuriales commencent à s'édifier non plus en bois mais en pierres. Ces châteaux sont crées, à la fois pour asseoir le pouvoir de la famille mais aussi pour contrôler son territoire.

 

On choisit pour cela des sites stratégiques, sur les hauteurs dominant les vallées, cours d'eau, routes, villes et villages. Les châteaux forts d'Alsace se développent surtout aux XIIè et XIIIè siècles et font l'objet de modernisation, voire de reconstruction aux siècles suivants.

 

Nombreux sont les randonneurs, sac au dos, découvrant ces gigantesques ruines de pierre, pâles reflets de leur grandeur passée mais dont l'impact sur l'imaginaire collectif est en dehors du temps. (extrait des mémoires en images châteaux d'Alsace).

 

Les ruines des anciens châteaux forts couronnant nombreux de nos sommets vosgiens interpellent le randonneur, le passionné d'histoire ou tout être avide d'aventures chimériques...

 

L'ascension vers une ruine et découvrir un château-fort est un moment magique, déambuler dans les vieilles pierres c'est entrer dans l'univers fantastique de l'histoire. L'imagination va bon train !! remettre en place les différentes parties du château de la cuisine aux écuries en passant par la salle des chevaliers.

 

st-gilles-2.jpg

Pflixbourg ...

 

À l'entrée de la vallée de Munster, une colline surmontée d'une tour ronde telle une sentinelle veillant sur la vallée de Munster… Pflixbourg…

 

9 heures, départ de la gare de Saint Gilles, une première ascension nous fait entrer dans l'univers du Pflixbourg, vous savez... cette tour ronde que l'on aperçoit et qui domine l'entrée de la vallée de Munster, à 454 m d'alt. En 1219, il est dénommé Blicksberg et fut donné en fief, un an plus tard à Frédéric de Schauenbourg alors ministériel de l'empire. De 1276 à 1297, il devient résidence principale du bailli impérial Conrad Werner de Hattstatt. C'est là que mourut sa femme Stéphanie comtesse de Ferrette.

 

En 1434 le Pflixbourg est racheté par Maximin de Ribeaupierre, il est gravement endommagé vers 1440 au cours du conflit qui oppose les Hattstatt aux Ribeaupierre pour la domination de l'Alsace centrale. Depuis la fin du XVè siècle il ne semble plus avoir été habité.

 

L'entrée du château se compose d'une porte en retrait défendue par des courtines rentrantes. Le donjon circulaire est placé au milieu de la cour intérieure. Des fenêtres jumelées avec des niches à banquettes latérales sont bien conservées dans le logis en ruine. Une légende habite ces lieux : «dans les ruines du donjon apparaît encore une Dame Blanche, une belle princesse qui fut autrefois métamorphosée par une fée en un monstre, moitié femme, moitié dragon, seul le baiser d'un chevalier pouvait lui restituer son apparence»

 

st-gilles-3.jpg

 

Les ruines de ce château sont certes modestes il est vrai, les visiteurs lui préfèrent son imposant voisin le château de Hohlandsbourg,c'est bien dommage !!

 

Laissant le Pflixbourg se rendormir, nous rejoignons rapidement son célèbre voisin qu'est le Hohlandsbourg !! un remarquable observatoire.

 

Nous revenons sur nos pas pour nous élever au sommet d'une colline, à 620 m d'alt. avec un magnifique panorama à 360° sur la plaine d'Alsace, le massif vosgien et la vallée de Munster . Bâti sur un site occupé dès l'âge de bronze, le Hohlandsbourg fut construit à une date inconnue et est considéré comme l'un des châteaux forts les plus vastes d'Alsace en granit. Surplombant la commune de Wintzenheim, sa large silhouette ne passe pas inaperçue de la vallée.

 

Ce château, conçu comme un fort de garnison, a été édifié au XIIIè siècle par Siegfried de Gundolsheim. Il adopte la forme d'un vaste rectangle de 95 m de long sur 68 m de large avec une grande cour et des bâtiments accolés à l'enceinte. Classé Monument Historique depuis 1840 et après d'importants travaux de restauration le bâtiment est aujourd'hui aménagé en «pôle historique et culturel».

 

La légende nous raconte «l'histoire du Comte Hugues de Hohlandsburg (appelé aussi Hugues le sanguinaire ) qui, un jour de Pâques de l'an 1125, malgré ce jour saint, bravant les interdits, partit à la chasse et fit la rencontre du diable... huit siècles ont passé depuis, et lorsque dans le crépuscule les bûcherons de la Forêt Noire entendent le bruit sourd d'un galop effréné, savent que c'est le fantôme du cavalier maudit qui, malgré lui poursuit sa ronde éternelle...»


À cette époque de l'année, le château est fermé, ce qui nous permet de profiter du calme de l'endroit.

 

st-gilles-4.jpg

Le Hohlandsbourg


Nous continuons sur les traces de l'écureuil, prochaine étape : la fontaine de la Dame «Il y a bien longtemps, les hommes s'émerveillaient de voir surgir de la terre une onde limpide pure et fraîche. Ils savaient bien que sans eau il n'y avait pas de vie (ce que nous avions presque oublié dans les temps modernes) et les sources étaient sacrées. Certaines avaient la vertu de guérir !! »

 

Dans la profondeur de la forêt, une source apparaît à nos yeux, une belle légende nous est contée :

 

À l'aube de chaque jour, une dame de grande beauté, apparaissait près de la source. Elle lavait sa belle chevelure dans l'eau claire avec un peigne d'or. Seul pouvait la voir, celui qui avait le cœur aussi pur que l'eau jaillissant du roc.

 

st-gilles-5.jpg

 

Laissons ce lieu enchanté pour reprendre le sentier que nous avons quitté précédemment qui porte le nom de sentier de l'écureuil.

 

Un petit détour au rocher Turenne, curieux empilement de gros blocs de roche, jadis nommé Hexefelse – rocher des sorcières. Comme édifiée par des mains de géants, sa silhouette laisse une étrange impression de beauté et de mystère.

 

st-gilles-6.jpg

Le Rocher Turenne

 

Au sommet, une inscription Turenne 1675, évoque le passage du Maréchal Turenne vainqueur des troupes impériales à Turckheim le 5 janvier 1675. Cette victoire fut une étape importante de la conquête de l'Alsace par les troupes de Louis XIV.

 

Prochaine étape, une visite aux trois châteaux d'Eguisheim, la saga du Pape Léon IX. Les trois donjons, se profilent sur le Schlossberg et dominent la plaine d'Alsace à 591 m d'alt. Construits aux XI et XIIIè siècles, le plus ancien, au centre, est le château du Wahlenbourg. Il était la propriété du comte d'Eguisheim, Hugues IV, père du Pape Léon IX. Ce même Léon IX aurait consacré sur le site une chapelle dédiée à St. Pancrace qui donnait lieu à un pèlerinage.

 

Au Nord, le château Dagsbourg, au Sud, le Weckmund. Appelés également Eguisheim Haut situés sur les communes de Husseren-les-châteaux et d'Eguisheim. À la fin du XIIè siècle, chaque château à un propriétaire différent : les Eguisheim-Dabo possèdent le Dagsbourg, le comte de Ferrette le Wahlenbourg et les comtes de Weckmund le château portant le même nom.

 

En 1466, un meunier du moulin municipal de Mulhouse est renvoyé pour inconduite. Il réclame à la ville son arriéré de salaire : six deniers. Il rallie à lui les mécontents et parmi eux Pierre de Réguisheim qui tenait le fief de Wahlenbourg. Commence alors la guerre dite «des six deniers». Elle se termine le 4 juin 1466 avec l'incendie du Wahlenbourg et du Weckmund. Seul le Dagsbourg est épargné sans qu'on n'en connaisse la raison et demeure habité jusqu'à la fin du XVIIè siècle.

 

st-gilles-7.jpg

Les compagnons toujours aussi heureux d'arpenter le massif

 

Il fait si bon que, d'un commun accord, nous prenons le temps de nous poser et casse croûter sur place.

 

Prochaine étape la Stauffenmatt mais pour cela faut affronter un raidillon… dur dur après le repas.


st-gilles-8.jpg

L'abri de la Stauffenmatt


Un sentier mène à travers le Hinter Ehrschlecht par une descente assez raide jusqu'à la Croix des Bûcherons érigée à la mémoire de trois braves bûcherons, victimes de leur devoir par la commune de Wintzenheim.

 

st-gilles-9.jpg

La croix des bûcherons

 

Très vite nous arrivons à la gare de Saint Gilles, et voilà, une nouvelle randonnée riche en histoire à notre actif...


st-gilles-10.jpg

 

les compagnons vous invitent pour d'autres aventures...

 

Marthe

Partager cet article

Repost 0
Published by Marthala - dans Alsace-Lorraine
commenter cet article

commentaires