Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 16:48

Lundi le 25 avril 2011


Départ à Suarce pour une randonnée, non des moindres, un peu plus de 33 kilomètres à travers un territoire offrant une qualité de vie préservée entre prairies, forêts, rivières, étangs sans omettre de citer le canal du Rhône au Rhin. Maisons à colombages, moulins, lavoirs, puits, viaducs, pont-canal ajoutent au charme de la région.

 

Aujourd'hui c'est jour de fête… repas carpes-frites à Dannemarie pour 9 courageux randonneurs.


suarce-1.jpg

un lundi de Pâques en randonnée pour 33 kilomètres…

 

Suarce, canton de Grandvillars. Commune située dans la région géographique dite du « Sundgau humide » typique par ses légers vallonnements, ses grandes forêts et de nombreux étangs. Le village est traversé par la rivière, la Suarcine et conserve beaucoup de maisons anciennes à colombages, et est considéré comme l'un des plus typiques du Territoire de Belfort. Chaque année, le 15 août, le Comité des Fêtes organise la Fête de l'Âne.


suarce-2.jpg

Je suis le plus beau !! non ?


Les traces de Suarce (nom antérieur Schwertz) dans l'histoire sont très anciennes puisque le village est cité dans un acte rédigé le 21 juin 823 par Louis le Pieux, fils de Charlemagne précisant, entre autres, les possessions de l'abbaye de Masevaux.suarce-3.jpg En 1105, Henri de Suarce est cité comme témoin lors de la donation par Ermentrude, comtesse de Montbéliard de différentes propriétés à l'abbaye de Cluny pour la fondation d'un prieuré. En 1333, le fief suit le sort de la seigneurie de Florimont et dépend du comté de Ferrette. L'église actuelle a été reconstruite après la guerre dans un style moderne, de forme cylindrique avec un clocher ouvert de 25 m de hauteur. Elle a remplacé l'ancienne église, très ancienne qui fut malheureusement détruite à la Libération, inaugurée le 22 août 1971, elle est dédiée à Saint Germain, évêque.

 

suarce-4.jpg

Église Sainte Odile XIX ème à Chavannes les Grands

 

Après avoir traversé Chavannes les Grands, nous arrivons rapidement à Magny. Petite commune d'une centaine d'habitants traversée par la rivière Suarcine sur laquelle plusieurs moulins fonctionnaient jadis. Longtemps rattaché à la seigneurie de Montreux, Magny est un des rares villages à ne posséder ni église, ni cimetière et dépend encore aujourd'hui de la paroisse de Montreux Jeune. La commune bénéficie d'un cadre privilégié et offre plusieurs aires de jeux aux enfants, d'un terrain de foot et d'un étang de pêche communal.

 

Mémorial du Moulin de la Gaille:situé au sud de Dannemarie, en limite du Territoire de Belfort, village francophone, Magny a été le siège d'une célèbre bataille opposant les forces françaises et allemandes le 13 août 1914 sur le site du moulin de la Gaille. Il semblerait que cette bataille ait décidé du sort de Belfort. Aussi, afin de commémorer la mémoire des victimes, un monument a été érigé sur le site.


suarce-5.jpg

Pause bien méritée à Magny

 

Prochaine étape,Valdieu-Lutran. La commune est créée, le 1er janvier 1973 par fusion des anciennes communes de Valdieu et de Lutran. Les deux entités ont une histoire commune bien antérieure à la fusion administrative de 1973. Les deux paroisses sont réunies en une seule dès 1775. L'église commune est érigée à Lutran entre 1774 à 1775. Par ailleurs, l'actuelle mairie et ancienne école intercommunale, construite en 1910, est isolée à mi-chemin entre les deux villages. Le Lutter, petit ruisseau traversant le village a donné son nom à Lutran. Localité mentionnée pour la première fois au XII ème siècle. Au XIII ème siècle fut fondée l'abbaye bénédictine Notre Dame de Valdieu par Agnès de Commercy. La petite agglomération se développa autour de l'abbaye et prit le nom de Valdieu.


Achevé vers 1258, le site de l'abbaye fut abandonné vers 1560 pour être vendu et détruit lors de la Révolution Française, il ne subsiste de nos jours aucun vestige visible. Le réel développement de la localité de Valdieu a été consécutif au creusement du canal du Rhône au Rhin au début du XIX ème siècle. Un petit port, le bassin de Valdieu, achevé en 1829, permettait d'amarrer des péniches. La construction, entre 1855 et 1858, de la voie ferrée qui se trouvait à proximité immédiate apporta au village un certain essor. Malgré leur appartenance à l'arrondissement de Belfort, les villages de Lutran et Valdieu deviennent allemands comme toute l'Alsace et une partie de la Lorraine. Après le traité de Versailles, le 28 juin 1919, les deux communes redeviennent françaises mais sont rattachées à l'arrondissement d'Altkirch dans le Haut Rhin et non plus à celui de Belfort comme avant 1870.

 

Dès le début de la Seconde Guerre Mondiale en 1940, le village est à nouveau occupé puis annexé au Troisième Reich allemand. Commence alors la germanisation comme dans le reste de l'Alsace. Le village est regroupé en une seule commune sous le nom de Gottesthal. Les noms patronymiques à consonance française sont germanisés dans les actes d'état civil et même le port du béret basque est prohibé. La libération du village par la Première Armée Française intervient le 27 novembre 1944 après une semaine de combats. Les activités liées à la présence du canal du Rhône au Rhin se maintiennent jusqu'au déclin du trafic dans les années soixante-dix. La fermeture puis la destruction de la gare ferroviaire interviennent en 1970.


suarce-6-copie-1.jpg

le canal du Rhône au Rhin

 

Valdieu-Lutran se situe à l'entrée de la trouée de Belfort, sur la ligne de partage des eaux entre les bassins du Rhin et de la Saône. Le seuil de Valdieu est ainsi le point le plus bas de la trouée de Belfort, entre les massifs du Jura et des Vosges. Longtemps, point de passage obligé entre le sud de l'Alsace et la Franche Comté avec la présence conjuguée de trois voies de communication, la route de Belfort à Bâle, la voie ferrée reliant Belfort à Mulhouse et le canal du Rhône au Rhin.

Une curiosité, «l'échelle d'écluses» du canal du Rhône au Rhin constituée de 12 écluses entre Valdieu et Wolfersdorf qui permet aux péniches de franchir un dénivelé de 30 mètres sur trois kilomètres.

 

Nouveau canal à grand gabarit, un projet, lancé en 1961 et déclaré d'utilité publique en 1978 fit couler beaucoup d'encre à l'époque !! Opposition importante sous l'impulsion des mouvements écologistes et défenseurs de la nature. Le site de Valdieu était particulièrement concerné de par sa situation géographique qui imposait la construction d'une nouvelle écluse en aval du village. En 1997, ce projet est définitivement abandonné. Pour mémoire, le projet consistait, à l'époque, à établir une liaison de 229 km entre Mulhouse et la Saône.

 

Coup de théâtre… Aujourd'hui, une nouvelle étude voit le jour… et tente de démontrer l'intérêt d'un nouveau projet de canal à grand gabarit entre la Saône et le Rhin. Ce canal Saône-Rhin à grand gabarit, irait de Mulhouse à Dijon en passant par Belfort et Vesoul et pourrait transporter de 11 à 19 millions de tonnes de marchandises en 2025 selon l'étude préliminaire socio-économique présentée à Colmar par le Conseil Général du Haut Rhin.

 

En attendant… le village vit au rythme de la navigation de plaisance et des activités sportives et de loisirs développées aux abords du canal, avec la piste cyclable aménagée sur l'ancien chemin de halage. Cette piste fait partie intégrante de la vélo-route Nantes – Budapest également appelée Euro-vélo 6 et permet de rejoindre de nombreux autres itinéraires cyclables en Alsace, Franche-Comté, Suisse et Allemagne. Un paradis pour les amoureux de la petite Reine !!

 

Retzwiller,s'est construit au flan d'un vallon (affluent de la Largue) dont le fond a été occupé ensuite par le canal du Rhône au Rhin. En 1914 furent découverts des haches et des ossements préhistoriques dans la glaisière des tuileries Gilardoni. Le «Heidenhübel» pourrait être un ancien tumulus. Le nom du village a subi de nombreuses modifications au cours de l'histoire. On sait très peu de choses sur l'histoire de Retzwiller qui a fait partie du comté de Ferrette puis du domaine des Habsbourg jusqu'au traité de Westphalie en 1648. Annexé à l'Allemagne en 1870, le village fut libéré dès 1914. Lors de la deuxième guerre mondiale, plusieurs habitants furent fusillés pour avoir fait partie du groupe de «l'affaire de Ballersdorf». Triste jour, ce 12 février 1943 où se déroula le massacre de Ballersdorf sur 18 jeunes Français réfractaires à l'incorporation dans l'armée allemande. Le village a été libéré le 23 janvier 1945.


suarce-7.jpg

au fil de l'eau…

 

En route pour Dannemarie… chef lieu d'un canton qui dépendait initialement de l'arrondissement de Belfort rattaché en 1870 à celui d'Altkirch où la commune prit le nom de Dammerkirch. Ce nom germanisé signifie «l'église de Domna Maria» c'est à dire de la Vierge, «domna» étant la déformation, en latin vulgaire de «domina» (la dame). Bien avant, Dannemarie, qui apparaît en 1016 sous la dénomination «Dannamarachiricha» a appartenu aux XIIIème et XIVème siècles jusqu'en 1324, aux comtes de Ferrette, puis jusqu'en 1648 aux Habsbourg et enfin, de 1658 à la Révolution aux ducs de Mazarin.

 

Dannemarie conserve des maisons et des bâtiments remarquables tels que l'Hôtel de Ville. En effet, installé dans une ancienne halle aux blés datant de 1815, il abritait dans les années 1880, l'école es filles. En 1906, il est vendu par la municipalité au ministère de la Justice du Kaiser, qui y installe le tribunal cantonal impérial. De 1914 à 1918, la bâtisse est occupée par les services administratifs du gouvernement militaire français. Après 1918, l'endroit redevient tribunal jusqu'en 1959. En 1961 et 1962, une classe de 6 ème y est hébergée le temps des travaux de construction du collège. La bâtisse est ensuite rachetée par la commune pour devenir en 1965 l'Hôtel de Ville.

Située à un carrefour de communication stratégique (route départementale 419 reliant Bâle à Belfort, canal du Rhône au Rhin et voie ferrée Belfort-Mulhouse), Dannemarie a toujours été un bourg centre. De ce fait, la commune a connu un développement industriel notable dès le milieu du siècle dernier.


suarce-8.jpg

C'est à la pimpante gare de Dannemarie que nous posons nos sacs… repas carpes frites !!


suarce-9.jpg

le cirque aussi est de passage à Dannemarie…


Après un bon repas nous revenons à Suarce par Altenach. Un rapide coup d'œil à Gildwiller qui se situe derrière nous, mais nécessite une petite réflexion.


suarce-10.jpg

Au fond, l'église Notre Dame de Gildwiller


On trouve la première mention «Gyldulfoviler» dans les documents de l'Abbaye de Murbach en 728. Jusqu'en 1324, la localité fait partie du comté de Ferrette puis appartient aux Habsbourg jusqu'en 1648. Sous le régime allemand de 1870 à 1914, le village se nommait «Gildweiler». L'Église Notre Dame, le cimetière, le Presbytère, l'ancienne école, le monument aux Morts… forment le riche patrimoine de Gildwiller sur le Mont. Le chemin de croix fait la liaison entre le Mont et le village. La mairie-école, construite en 1850, agrandie en 1995 est coiffée d'un clocheton.


suarce-11.jpg

Dans le paysage, le viaduc...


Le village est situé à l'entrée supérieure de la Largue, limitrophe de Suarce. Mentionné la première fois en 1302.


suarce-12.jpg

Altenach, l'ancienne gare…

 

Hindlingen,village de Hundilo du nom d'un chef de tribu germanique qui s'est installé au pied du Haeffelberg au Vème siècle. Cité la première fois en 737 sous le nom de Chuntilingas, le comte Eberhard a légué ses biens au couvent de Murbach.


suarce-13.jpg

La traversée de Hindlingen


Dans la forêt, plusieurs étangs… parmi eux l'Altweiher où Eliott ne se fait pas prier pour se rafraîchir et se désaltérer… après tant de kilomètres… c'est si bon !!


suarce-14.jpg

bonne baignade Eliott


Après une pause, en moins d'une heure nous sommes de retour à Suarce.

Bravo à tous, ce fut une belle journée, la bonne humeur fait oublier le nombre de kilomètres… un groupe homogène peut accomplir de grandes choses… merci à vous tous.



Marthe

Partager cet article

Repost 0
Published by Marthala - dans Alsace-Lorraine
commenter cet article

commentaires

yves 04/05/2011 07:30


Salut Marthala,
D’abord mes félicitations au groupe, le matin le rythme était très soutenu, heureusement qu'il y avait les carpes frites sinon le retour aurait été à 15h00 à la voiture. Aller manger au restaurant
de la gare à Dannemarie est un bonheur de très bonne qualité. Bon je dois me préparer une nouvelle rando m'attend ce matin au grand ventron
@+ schmoutz