Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 17:26

Mercredi 28 septembre 2011


lignetramway-1.jpg


Stosswihr fait partie des plus anciens villages de la vallée de Munster. Selon une légende, des moines écossais ou irlandais se seraient établis en 634 au lieu-dit Schweinsbache. Ils y auraient construit une première église abbatiale et un monastère avant de fonder vers 660 l'abbaye Saint Grégoire, à la confluence des deux Fecht. Le village est connu en 783 sous le nom de Stozzovilare puis Scotenwilre en 817. La partie nommée Ampfersbach n'apparaît qu'au XIII ème siècle. De 1287 à la Révolution Française, le village faisait partie de la Communauté du Val de la Ville de Munster. En 1543, la réforme luthérienne est adoptée par les habitants de Stosswihr. Gravement endommagé au courant de la Première Guerre Mondiale, le village doit être presque entièrement reconstruit.

 

Il y a quelques temps, je me trouvais devant le panneau annonçant le sentier du Tramway … je promis de faire cette grimpette, le temps passe et jusqu'à ce jour je ne suis jamais montée à la Schlucht par ce sentier. Aussi, avant l'hiver, 10 joyeux compagnons, partent de Stosswihr pour une journée inoubliable … et pleine de découvertes.

 

Il fait beau, nous allons pouvoir combiner le sentier du Tramway pour la grimpette au col de la Schlucht avec le sentier des roches menant au Gaschney par le Frankenthal. Journée sportive certes, mais que les amoureux de la nature aiment entreprendre.

 

Dès le départ, au fond du vallon d'Ampfersbach, une échauguette nous interpelle ...


echauguette-2.jpg


Une échauguette surplombe le mur d'enceinte de la Moraine, elle proviendrait des anciennes fortifications de Strasbourg, érigées par Vauban après 1681. Acquise par le propriétaire de la maison au moment du démantèlement de ces fortifications, après la guerre de 1870.

 

La ligne de tramway de Munster à la Schlucht fut une ligne de chemin de fer à crémaillère éphémère située en Alsace annexée, reliant la gare de Munster au point-frontière de la Schlucht entre 1907 et 1914. Le 13 mai 1907, le mythique tramway à crémaillère Munster-La Schlucht était inauguré en grande pompe. Il constitue alors, la plus haute remontée mécanique à crémaillère d'Allemagne. Il ne fonctionnera que pendant sept ans, stoppé par la guerre. L'épopée fut de courte durée, une période faste, pendant laquelle celui qu'on nommait le tram des crêtes, transporta près de 410 000 voyageurs de Munster à la Schlucht.

 

L'originalité de ce tram, selon l'historien Gérard Leser, est qu'il combine une partie de 10,8 km en adhérence normale et une autre de près de 2,8 km à crémaillère afin de grimper des pentes de 22 %. Il était en adhérence normale de Munster au fond de la vallée de Stosswihr. Il commençait par rouler en ville, où il marquait des arrêts, puis suivait la route pour la quitter à gauche de l'église catholique de Stosswihr, jusqu'au restaurant des Cascades, dernière station à plat. Pour grimper la pente de 22 %, il empruntait une crémaillère installée grâce à du matériel suisse jusqu'à la route devant l'emplacement de l'Altenberg où avait été construit, à l'initiative d'Alfred Hartmann, issu de la famille d'industriels de Munster, un hôtel de luxe. Hôtel où sont passés des gens célèbres, notamment Raymond Poincaré futur président de la République, la reine Wilhelmine des Pays Bas et les fils de l'empereur Guillaume II, qui était même pourvu d'un terrain de tennis au Montabey et d'un golf aux Trois Fours. Au pied de l'hôtel, le tram était à nouveau en adhérence normale.

 

Nous démarrons donc la randonnée par le sentier indiqué « sentier du Tramway Saegematt. La montée à 22 % nous élève jusqu'au col de la Schlucht.


schlucht-altenberg-3.jpg

Vue sur le col de la Schlucht et l'Altenberg

 

Le col de la Schlucht, 1 139m alt. est l'un des principaux cols du massif des Vosges. Il tire son nom du mot allemand signifiant gorge, défilé. C'est ici que le petit train de fer à crémaillère aménagé, aujourd'hui malheureusement disparu arrivait. Il fait communiquer les vallées lorraines de la Meurthe et de la Vologne avec la vallée alsacienne de la Fecht, un affluent de l'Ill. C'est un des points de passage de la Route des Crêtes créée pendant la Première Guerre Mondiale. Le profil trop escarpé du versant alsacien faisait jadis négliger ce passage au profit du Hohneck. Des aménagements effectués au XIX ème siècle ont inversé la tendance. De 1871 à 1918, le col de la Schlucht fut un poste frontière stratégique entre la France et l'Allemagne. La beauté sauvage de l'endroit relève de l'exceptionnel et reste pour les randonneurs, amoureux de la nature, un véritable paradis. Le Tour de France est passé plusieurs fois au col de la Schlucht.


À quelques mètres … démarre le mythique sentier des roches qui demande une attention particulière. Un brin d'histoire avant de nous aventurer dans ce formidable endroit. Une pensée admirative pour un certain Henri Strohmeyer, garde forestier, président du Club Vosgien. Henri Strohmeyer, fasciné par toutes ces roches du col de la Schlucht, créa en 1906 le sentier qui porta son nom, plus connu de nos jours sous l'appellation « sentier des Roches ». Il s'agit sûrement de l'un des sentiers les plus célèbres des Vosges. Particulièrement alpin, il progresse en belvédère au milieu des rochers dans l'esprit des sentiers du vertige. Marches métalliques ou taillées à même la roche, des mains courantes lui donnent un petit air de via ferrata.


Henri Strohmeyer (1871-1955) père du sentier des roches arrive en Alsace en 1871 à l'âge de trois mois avec ses parents … son père est nommé garde général des forêts. Sa mère décède alors qu'il n'a que 5 ans. Il fréquente les écoles de Thann et Haguenau où son père est muté entre temps. Il poursuit ses études à Strasbourg et à Munich et suit les traces de son père puisqu'il devient stagiaire forestier en 1896 avant d'être nommé à Munster. C'est à force de ténacité et d'obstination que ce sentier, devenu un symbole, a pu être taillé dans les roches du Montabey et des Trois Fours à la fin du XIX ème siècle sans oublier tous ses successeurs du Club Vosgien qui en assurent le difficile entretien depuis.


schlucht-altenberg.jpg

Tunnel percé dans le roc

 

Le Sentier des Roches descend à pic, traverse des éboulis, s'accroche à des falaises, passe un tunnel percé dans le roc, coupe des ruisseaux, se joue des escarpements et plonge dans la forêt de hêtres et de sapins. La mousse et les fougères sont omniprésentes.


rochers-5.jpg


Passer le sommet d'un piton rocheux procure une sensation étrange et laisse entrevoir la forêt environnante tout en s'ouvrant sur la vallée de Munster en contrebas. Les passages difficiles sont sécurisés par des mains courantes, des escaliers et des passerelles.


passage-6.jpg


Nous avançons dans un monde fantastique, seuls au monde… si vous avez le bonheur de traverser cet univers de roches sans rencontrer la grande foule de la pleine saison, le bonheur est total, vous entrez dans un autre univers. Périodiquement nous nous faisons plaisir sur ce sentier, impossible de décrire cette merveille, il faut le vivre.

 

roches-7.jpg

frankenthal-8.jpg

  sentier des roches Vue depuis la ferme du Frankenthal

Les arbres s'écartent et nous débouchons au Frankenthal, véritable joyau avec sa petite ferme et sa tourbière qui attendent le randonneur fatigué, un lieu enchanteur pour la pause repas bien méritée tout de même. Le Frankenthal, un monde à part, taillé par un glacier sur les flancs du Hohneck. Le vertige vous prend en contemplant les pentes escarpées et les rochers surplombants le cirque. Un monde qu'il faut approcher avec respect et humilité. La Martinswand et ses impressionnantes falaises, se dressent avec arrogance devant nous.


Mais l'aventure est loin d'être finie … nous laissons sur notre droite la montée par la Grotte Dagobert et reprenons le sentier rocailleux et accidenté à travers forêt pour rejoindre le Gaschney par le Blaufels.

 

groupe-9.jpg


Après les cailloux, le sentier devient plus agréable. Après le Gaschney nous dévalons à Stosswihr.

 

Merci à notre bonne fée Simone qui nous a offert un met en l'honneur de Rosh Hashana et ce sur le sentier des Roches.


Dans le calendrier hébraïque, l'année nouvelle commence le jour de Rosh Hashana, le 1er Tichri, c'est à dire en 2011 le 28 septembre. Rosh Hashana célèbre l'anniversaire de la création du monde et conduit aux dix jours de pénitence qui précèdent la fête de Yom Kippour, Le Grand Pardon.

 

simone-10.jpg


Le nouvel an est naturellement l'occasion de repas festifs. La tradition veut que l'on trempe des quartiers de pomme dans du miel en disant «  que cette année soit pour nous aussi douce que la pomme trempée dans du miel ». Nous avons découvert cette tradition avec beaucoup de respect et de plaisir. En plus c'est excellent, essayez vous verrez !!

 

Nous venons de vivre une formidable journée … un peu sportive certes mais un grand bonheur nous accompagne lors de randonnées comme celle-ci.

 

À bientôt

 

Marthe

Partager cet article

Repost 0
Published by Marthala - dans Alsace-Lorraine
commenter cet article

commentaires

yves 31/10/2011 07:50


salut Marthala,
quelle belle journée nous avons passés, une rando. effectivement sportive, mais rien n'arrête les compagnons du mercredi. un sentier des roches juste avant l'hiver que du plaisir.
A bientôt
schmoutz à tous
yves