Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 20:38

Mercredi 5 octobre 2011

 

croixlumineuse-1.jpg

croix lumineuse au sommet du HWK

 

Une autre journée sportive nous attend aujourd'hui … grimper au Hartmannswillerkopf par la Suisse Lippique et la Himmelsleiter n'est pas de tout repos.

 

Le fief de Wattwiller (Wattonvilare) est mentionné dès 735 dans une donation du comte Eberhard en faveur de l'abbaye de Murbach. Momentanément incorporée dans le domaine impérial, la ville fut réintégrée dans la principauté abbatiale de Murbach en 1259 dans laquelle elle restera jusqu'à la Révolution Française. Implantée sur le fameux axe nord-sud qui longe le piémont vosgien et au pied du fameux Hartmannswillerkopf dans le canton de Cernay, la cité de Wattwiller est promue au rang de ville seigneuriale vers 1260 en plein Interrègne, par ses maîtres, les abbés de Murbach.


Stratégique importante puisqu'un chapelet de châteaux forts l'entoure, Herrenfluh, Freundstein et Hirtzenstein en montagne ou Weckenthal, Ollwiller et d'autres encore en plaine.


Il existait autrefois à Wattwiller, un couvent, qui avait pris en 1336, la règle de Saint Dominique. Située au pied du champ de bataille du Vieil Armand, Wattwiller servit de base stratégique à l'armée allemande pendant toute la durée des hostilités.


L'origine de l'eau de Wattwiller est lointaine, connue et reconnue depuis l'époque romaine, l'eau minérale de Wattwiller naît dans le Parc naturel régional des Ballons des Vosges. Au cours de l'histoire, ce sont d'abord les princes-abbés de Murbach qui ont exploité l'eau sous forme de bains, puis la ville de Wattwiller elle-même entre 1522 et 1712. Le véritable essor commença en 1760 avec l'agrandissement et la rénovation de l'établissement balnéaire et une première analyse des eaux minérales. Changeant plusieurs fois de propriétaire par la suite, l'établissement connaîtra, à partir de 1866, une nouvelle période de prospérité qui durera avec des fortunes diverses jusqu'en 1914.

 

On compléta l'ensemble par un hôtel et la construction, à l'écart, et trois villas comme Beauséjour, Bonrepos et Bellevue. Les curistes venaient de Haute-Alsace et parfois de plus loin, mais la destruction quasi totale du village et des lieux de villégiature pendant les combats de 1914-18 mit un terme à l'exploitation balnéaire. À partir des années 1920 et jusqu'en 1975, une usine d'embouteillage fonctionna dans le haut du village et commercialisa l'eau des deux sources (Arsène et Lithinée) sous le nom de Lithia. Aujourd'hui, une nouvelle usine d'embouteillage moderne commercialise l'eau en différentes présentations sous le label «Wattwiller».


Katia et Maurice Krafft étaient réunis par une même passion, celle des volcans du monde entier. En 1977, ils acquièrent une maison à Wattwiller pour y séjourner entre deux expéditions et accumulent une énorme quantité de photos, films, collections pétrographiques et iconographiques relatives aux volcans. Ils succombent ensemble le 3 juin 1991 dans la fournaise d'une nuée ardente pendant l'éruption du mont Unzen au Japon.

 

rehfelsen-2.jpg

Au Rehfelsen


Départ au Hirtzenstein, sur les hauteurs de Wattwiller, lieu emblématique et historique situé sur un épaulement de la pente sud-est du Molkenrain et dominant le village de ses quelque 570 m. Un rocher quartzitique (proximité de la faille vosgienne) en émerge telle une forteresse. Les princes-abbés de Murbach en profitèrent pour y ériger un château fort qui fut donné en fief aux nobles de Wattwiller à partir de 1358. Assiégé à plusieurs reprises, d'abord par les Suisses en 1468 puis par les rustauds en 1525, il ne résista pas à la furie destructrice de la guerre de Trente Ans. Pendant les affrontements de la première guerre mondiale, les Allemands y installent un poste d'observation et creusent des galeries dans le rocher. Du château il ne subsiste actuellement que la base d'un mur et un fossé. Après les hostilités, les lieux retrouvent une vocation plus paisible avec la construction d'une auberge. S'y ajoutent d'autres bâtiments pour permettre d'accueillir des vacanciers de différentes entreprises, des séminaires et autres manifestations. Cette Maison familiale de vacances cesse ses activités en 1995. L'ensemble du site fait désormais partie du Domaine des Sources.


Débute une journée pas comme les autres … Suisse Lippique, Cuisse Droite, Fesse Gauche, Fesse Droite, Entre-Cuisses, Himmelsleiter, des appellations qui pourraient prêter à sourire ... eh bien non !! surtout pas ! Ces lieux font partie de la montagne tragique que les Poilus nommaient HWK ou Hartmann mais jamais Vieil Armand. Il existe maintes façons de grimper au Hartmannswillerkopf,à la Croix lumineuse et au monument du 152 ème régiment d'infanterie, mais celle que nous empruntons aujourd'hui est la plus spectaculaire et de loin la plus respectueuse. Laissant Hirtzenstein nous passons devant le Leopoldsbad, le Bieberstein et montons dans la forêt.

 

uhlans-3.jpg

Cimetière des Uhlans

 

En pleine forêt, le cimetière des Uhlans … qui doit son nom à la dizaine de Uhlans, cavaliers allemands équipés de longues lances, enterrés en avril 1915. À la limite des bans de Wattwiller et de Hartmannswiller sur le Rittgen-Pfad, vers un endroit aussi perdu qu'insolite, le cimetière conserve des stèles en pierres taillées marquant l'emplacement des tombes des soldats. On y enterra aussi d'autres soldats allemands comme en témoignent des stèles qui mentionnent le 56 ème L.I.R. (Landwehr Infanterie Regiment) et le 4 ème Garde-Jäger Batallion.

 

Nous redescendons le Dickbuchenweg et rejoignons la tranchée de la Suisse Lippique. Remarquable tranchée allemande profonde de 2 m 50 par endroit dont le nom pourrait provenir d'une région du Nord de l'Allemagne LIPPE et du caractère montagneux du secteur. Bonnes chaussures et prudence sont conseillées. Au départ nous sommes surpris non seulement par la hauteur mais surtout par l'étroitesse de la tranchée, à peine la largeur du sac à dos ... nous passons devant de nombreux abris fortifiés et positions de lance-mines. Atmosphère pesante dans cette ascension vers l'Unter-Rehfelsen, impressionnante forteresse. Nous passons devant l'abri Hexenküche (cuisine des sorcières). Cette zone était très exposée aux tirs et méritait bien son nom. Nous rejoignons la Himmelsleiter, (échelle du ciel) grand escalier de pierres avec 560 marches qui débute à 790 m d'altitude sur le Bergpfad et se termine en dessous de la Rohrburg à 930 m d'altitude. Construite par les Allemands elle servait de tranchée.

 

suisselippique-4.jpg

Suisse Lippique

 

Tranchée installée sur la forte pente entre le chemin Dickbuchenweg et le rocher Unter Rehfelsen.

 

unterrehfelsen-5.jpg

Le rocher fortifié de l'Unter Rehfelsen comprend 3 étages de souterrains

 

La grimpette pour atteindre le sommet passe par la « Himmelsleiter » ou « Échelle du Ciel », appelée ainsi parce que les combattants qui l'empruntaient savaient qu'ils allaient vers une mort quasi certaine...

 

himmelsleiter-6.jpg

Himmelsleiter

 

La Himmelsleiter débouche au sommet. Tout autour de nous, des restes de tranchées balafrent le sommet comme pour nous rappeler les profondes cicatrices laissées dans la souffrance et le sang, le tout entouré de barbelés rouillés. Nous restons sur les sentiers balisés, traversons cet immense sanctuaire jusqu'à la croix en fer érigée sur un bloc rocheux qui domine toute la vallée.


À cet endroit oubliez votre fatigue et descendez au monument des Diables Rouges, dédié aux fantassins du 152 Régiment d'Infanterie. Impressionnante œuvre due au sculpteur V.Antoine, on y lit les titres de gloire du régiment «Aux vaillants du quinze deux tombés en Alsace» «Vallée de Munster 1914-1915 Hartmannswillerkopf» «Steinbach 1914-1915 Metzeral»


Revenant sur nos pas à travers les vestiges, nous arrivons au pied de la Grande Croix, symbole de la Paix et du Recueillement visible de très loin tel un phare veillant sur les enfants de la vallée...


Si vous décidez de faire cette rando, prenez votre temps, il ne s'agit pas de grimper les marches comme une épreuve sportive pour arriver au sommet, arrêtez vous à chaque vestige, les milliers de morts de cette montagne surnommée la mangeuse d'hommes, le méritent bien.

 

HWK – Hartmannswillerkopf ou Hartmann aujourd'hui on l'appelle Vieil Armand, personnellement je l'appelle Hartmannswillerkof ... par respect pour ce haut-lieu vibratoire d'Alsace comme le Taennchel, le Donon et le Mont Sainte Odile, les druides le considéraient comme un lieu sacré.


L'immense champ de bataille de la Grande Guerre où 30 000 hommes, français et allemands ont été broyés sous un orage d'acier est devenu l'un des sites les plus visités du massif vosgien. On y organise des cérémonies du souvenir. Le sommet de la montagne est un magnifique observatoire sur la plaine d'Alsace, c'est pourquoi les troupes françaises puis allemandes en occupent les contreforts à la fin 1914. Il fallait conquérir le sommet, les hostilités commencent le 30 décembre 1914 et c'est dans des conditions climatiques extrêmement difficiles que les batailles font rage.

 

«Le 11 novembre 1918, les clairons sonnent le cessez-le-feu, les hommes sortent des tranchées, ébahis, le cœur battant d'un fol espoir en regardant les lignes adverses. La Paix, enfin ... le silence est retombé sur l'Hartmann, la nature a repris ses droits ...»


J'ai repris ce texte dans le magnifique ouvrage livre-guide 5 ème édition Les Amis du Hartmannswillerkopf que je conseille à tout randonneur d'acquérir avant d'entreprendre la montée de ce haut lieu de lutte. Je remercie et félicite les amis du HWK, le club vosgien ainsi que tous les bénévoles allemands et français qui œuvrent tout au long de l'année pour le balisage, nettoyage et restauration des nombreux sentiers afin de nous permettre d'essayer, je dis bien essayer, de comprendre ce qui s'est passé en ces lieux où des milliers de soldats ont vécu l'enfer.


Classé Monument Historique en 1921 le Hartmannswillerkopf est un lieu de souvenirs.

 

hartmannswillerkopf-7.jpg

Le Hartmannswillerkopf - mangeuse d'hommes

 

Les barbelés ont transformé certaines zones en forêt vierge, impossible de s'y engager et c'est très bien ainsi, c'est un sanctuaire. De nombreuses tranchées, des galeries creusées dans le rocher, des abris et des bunkers sont disséminés sur la croupe sommitale.

 

Quelques minutes plus tard nous apercevons le col du Silberloch niché au pied du Molkenrain. Image impressionnante depuis le sentier descendant au cimetière national comportant 1264 tombes identifiées et 6 ossuaires renfermant les corps non identifiés.

 

silberloch-8.jpg

Vue sur le col du Silberloch et le Molkenrain en arrière plan


Le col du Silberloch alt 908m pourrait tenir son nom d'une mine d'argent aujourd'hui disparue. Une nouvelle grimpette nous élève au Molkenrain, magnifique endroit d'où nous jouissons de paysages superbes sur le massif vosgien.


Une descente aisée nous mène à la FA du Freundstein, c'est au carrefour, sous les ruines du château, que nous nous décidons pour la pause pique-nique.


Nous remontons au col du Silberloch à travers la forêt pour ensuite dévaler au Hirtzenstein.

 

Journée souvenir …

 

à bientôt

Marthe

Partager cet article

Repost 0
Published by Marthala - dans Alsace-Lorraine
commenter cet article

commentaires

Vaimbois Rachel 08/11/2012 13:25

Nous nous rendons au Hartmannswillerkopf dimanche 11 Novembre et je voulais vous remercier pour la description de cette belle randonnée...