Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 15:56

Mercredi 23 mars 2011

 

lauw-1.jpg

La fleur de l'hépatique Hepatica Nobilis Leberblümchen

 

Enfin… voilà le printemps… il s'éveille tout doucement sous le soleil qui brille de tous ses rayons , comme par miracle la neige et le froid ont disparu, chaque saison à son charme et ses beautés, mais le printemps nous donne l'impression de revivre !! Il ajoute une étincelle dans les yeux de qui prend le temps de le regarder, mais il y a aussi les jours de pluie où le ciel semble pleurer de joie !!

 

LA VALLÉE DE LA DOLLER

 

La Doller est une rivière d'Alsace qui irrigue sa vallée ouverte vers l'est en aval du Ballon d'Alsace. Elle est parallèle à la Thur et prend sa source sur les hauteurs de Dolleren, au lieu-dit Fennematt à 922 m d'altitude. La Fennematt fut de 1871 à 1914, une frontière nationale entre la France et l'Allemagne. La Doller dévale sur 56 km un dénivelé de 700 m pour rejoindre l'Ill dans l'agglomération de Mulhouse. Elle baigne Sewen, Dolleren, Wegscheid, Niederbruck, Sickert, Masevaux, Lauw, Sentheim, Guewenheim, Pont d'Aspach, Reiningue, Lutterbach et Pfastatt avant de se jeter dans l'Ill. Elle alimente le plan d'eau de Michelbach, réservoir en eau de la région de Mulhouse.

 

Les origines de Masevaux remontent au 8 ème siècle. Selon la légende, le comte Mason, neveu de Sainte Odile, Sainte patronne de l'Alsace, se fit construire un somptueux château au lieu-dit du Schlossberg, à l'entrée de Masevaux. Frappé par la disparition de son fils qui s'est noyé dans la Doller, le comte Mason cède la totalité de ses biens pour fonder une abbaye de bénédictines sous le vocable de St Léger et il leur confie la garde du corps de son fils. Au fil des ans, le monastère devient un couvent pour jeunes filles nobles dirigé par une abbesse. Catherine II de Russie aurait séjourné à l'abbaye vers 1750. Les possessions de l'Abbaye s'étendaient du Ballon d'Alsace à la Plaine d'Alsace, soit les limites actuelles de la Communauté de Communes.

 

Départ à LAUW, 9 heures. Lauw, fille de la Doller, sur les bords de laquelle se sont édifiées les premières habitations. L'eau lui a donné naissance en déposant ici ce qu'elle avait arraché à la proche montagne. La pierre diverse dans ses teneurs, lui a offert les carrières de calcaire, de grès, d'argile et de marne, dont l'exploitation a nourri ses premières générations.

 

lauw-2.jpg

 

C’est au curé ADAM, qui a exercé son ministère à LAUW de 1865 à 1894 et qui a conçu les plans de l’Eglise, que l’on doit ce clocher. Cette conception personnelle donne au clocher un cachet particulier dans la Vallée de la Doller, puisqu’il est de facture franc-comtoise et très coloré. La réfection de la toiture de la nef a intégré le profil du clocher en 1996.

 

Les carrières situées à la sortie de LAUW vers MASEVAUX, sont constituées de 21 couches de terrain d'âge primaire ou quaternaire. Lauw a développé très tôt une exploitation de ces carrières avec du calcaire pour alimenter les fours à chaux, du grès, du grauwack (pierre grise courante dans la région), de l'argile ou encore de la marne. Cette exploitation a influencé l'activité industrielle du village qui possédait trois tuileries. La dernière carrière de pierres de Lauw a cessé son activité après le Seconde Guerre Mondiale. C'est en 1400 que le nom du village apparaît pour la première fois sous la dénomination «Öwen». Mais sa toponymie évoluera pour devenir AUW en 1482 et LAUW en 1775, patronyme qu'il retrouvera définitivement en 1945 après la libération de l'occupation allemande.

 

Départ de Lauw par une grimpette à l'abri Saegenkopf Hütte, un endroit qui mérite un arrêt.

 

lauw-3.jpg

l'abri Saegenkopf Hütte

 

Pour continuer notre mise en jambes, après le carrefour du gros chêne, l'option rocher du Poilu par le Buchberg est toute indiquée.

 

lauw-4.jpg

Le Rocher du Poilu,observatoire de l'armée française durant la guerre 1914-1918.

 

Descente au col du Schirm puis Bourbach le Haut… avant une agréable ascension au col du Hundsrück. Le col du Hundsrück,alt. 748 m est un col du massif des Vosges. Il sépare la vallée de la Thur de la vallée de la Doller via la route Joffre. La première guerre mondiale éclate le 1er août 1914. Dès le 7 août, les troupes françaises entrent à Thann. Ville de front, Thann connaît la terreur des bombardements. En 1915, la construction d'une nouvelle route s'impose.

 

Cette route fut aménagée par l'Armée française afin d'assurer les communications entre les vallées de la Doller et de la Thur. Elle fut l'une des principales artères de la bataille d'Alsace et du Vieil Armand. Elle relie Masevaux à Thann en passant par le col du Hundsrück. Pendant l'hiver 1944-1945 (durant la seconde guerre mondiale), la route Joffre reprit son rôle militaire, ranimée par le trafic des troupes qui ne pouvaient utiliser que cette voie d'accès pour attaquer Thann par le nord. Malgré la neige, la forte poussée de l'Armée française ne laissa pas aux Allemands le temps d'endommager sérieusement cette route, mais les mines qu'ils y avaient semées, firent de nombreuses victimes.

 

lauw-5.jpg


Au sommet du col du Hundsrück , le monument du 1er Bataillon de Choc rend hommage aux hommes qui, en novembre 1944, ont combattu en ces lieux et libéré Bourbach le Haut.

 

«À tous ceux qui sont morts pour la France dans les rangs des Unités de Choc et au Général d'Armée Fernand Gambiez Grand Croix de la Légion d'Honneur 1893-1989 père des Troupes de Choc». « D'Afrique à ce jalon dressé par le 1er Choc sur cette haute porte d'Alsace forcée le 28 XI 1944, cent soixante chasseurs de ce bataillon avaient déjà sacrifié leur vie».

 

La stèle porte les insignes des Commandos d'Afrique, du 47ème Bataillon de Choc (Commando de Cluny), du 2ème Bataillon de Choc et des Commandos de France.

 

Fermons cette page d'histoire. Aujourd'hui notre ami Claude est à l'honneur… Nous allons boire à sa santé !! BON ANNIVERSAIRE l'ami !! merci à toi.La pause repas se passe à l'Hôtel Auberge La Fourmi situé au col du Hundsrück.

 

Après le repas, descente vers Rammersmatt… sur le chemin un nouvel abri s'offre à nous !

 

lauw-6.jpg

Chalet du Hochburg

 

Prochaine étape Bourbach le Bas. Village mentionné pour la 1ère fois en 1347, lorsqu'il appartient à la seigneurie de Masevaux jusqu'à la Révolution. Une petite colonie de mineurs à la Knapphütte au XVII ème siècle. Bourbach le Bas,est situé au pied du Rossberg dans un vallon entre la Thur et la Doller.

 

Un document de 1347 relate que le village faisait partie de la seigneurie de Masevaux, formée à partir des biens repris à l'abbaye par les Ferrette puis les Habsbourg, qui en étaient les avoués. Sentheim est l'église mère de la paroisse jusque vers 1715. La guerre de Trente Ans y fait des ravages considérables et, en 1652, seuls 29 habitants vivaient encore dans le village...

 

Grâce à une petite colonie d'ouvriers mineurs, pour la plupart d'origine suisse qui s'établit, à la fin du XVII ème au lieu-dit Knapphütte pour extraire le minerai de fer qui fournit la matière première aux hauts fourneaux de la vallée de Masevaux, le village renaît. La mine est exploitée jusqu'à la fin du XIX ème siècle. Au moment de la Révolution, le village de Bourbach le Bas est rattaché au canton de Thann.

 

lauw-7.jpg

Sentier du Hameau de la Knapphütte

 

Les mines de Bourbach le Bas font partie du grand district minier ferrifère des Vosges du Sud qui comprend une multitude de mines réparties surtout sur la bordure du massif de la vallée de la Doller à la vallée de la Lauch. La période de pleine activité se situe entre 1750 et 1860. Le minerai extrait dans toute cette région était fondu dans les hauts fourneaux de Masevaux et de Bitschwiller. Pour réaliser cette opération, les exploitants des hauts fourneaux utilisaient le charbon, comme toutes les tentatives d'exploiter le charbon de terre dans la région étaient restées infructueuses, ils ont été contraints d'utiliser le charbon de bois produit en quantité dans les vastes forêts de ces vallées. L'étude de toute cette activité a été entreprise par le Groupe d'Archéologie Minière «les Trolls» elle passe par trois phases, les recherches d'archives, la topographie de surface et l'étude des réseaux souterrains.

 

Le hameau de la Knapphütte,le terme vient de l'allemand Knapp (mineur) et Hütte (habitation). Autour d'une chapelle s'agglutinaient plusieurs maisonnettes habitées par les mineurs, dont 3 emplacements ont pu être reconnus par des documents d'archives et quelques sondages de terrain. Elles étaient plus nombreuses et c'est aux fouilles archéologiques que reviendra la tâche de les localiser et en retrouver les caractéristiques. Par les données matérielles qu'elles livreront, il sera possible de mieux connaître, au quotidien, la vie rude de ces hommes qui vivaient en marge de la société de l'époque. Mais l'étude est loin d'être achevée...

 

lauw-8.jpg

La chapelle de la Knapphütte


La chapelle de la Knapphütte, construite à la fin du XVII ème siècle constituait le centre de gravité du hameau de la Knapphütte. Elle a été restaurée une première fois en 1867 peu après l'abandon des mines. Endommagée par l'explosion d'une mine antichars à la fin de la 2ème Guerre mondiale, elle est tombée progressivement en ruine, au point de disparaître totalement. En 1985, un projet de rectification du chemin forestier qui la longe devait en détruire irrémédiablement les fondations. Une fouille archéologique réalisée par les Trolls a remis à jour un beau dallage de briques sur lequel reposaient quelques pièces de mobilier (croix en fer forgé, fragments de statuettes de plâtre…) et les restes de l'autel. Sensibilisés par ces découvertes, les élus locaux ont accepté de surseoir à cette destruction et ont encouragé la restauration de ce petit oratoire.

La base des murs a été reconstruite par les Trolls, la charpente et la toiture remontées par un habitant du village.

 

lauw-9.jpg

Ancienne mine

 

Le retour à Lauw se fit gaiement à travers le Hasenwald…

 

lauw-10.jpg

les compagnons vous saluent…

 

à mercredi

Marthe

Partager cet article

Repost 0
Published by Marthala - dans Alsace-Lorraine
commenter cet article

commentaires

Barbara 22/07/2012 16:09

Merci pour ce bel article qui me ramène sur les traces de mon adolescence :)
Où se trouve l'entrée de cette mine ? J'étais des centaines de fois à la chapelle de la Knaputte et je ne l'ai jamais remarqué !!! 0_O