Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 10:34

Jeudi 14 juillet 2011

 

Ce matin, plus aucune de trace de l'orage … le ciel nous sourit, il est bleu, sans nuage, le soleil est présent et nous invite à partir. Nous traversons Ceillac et rejoignons l'église Sainte Cécile à l'écart du village. Le sentier rejoint la forêt (le bois du Cheynet) et grimpe en lacets serrés le long du ravin des aiguillettes pour déboucher sur une belle et grande clairière qui incite au repos. On a déjà en point de mire le col de Bramousse. Une petite cabane en bois surplombe Ceillac, le paysage est somptueux, face à nous la Font Sancte.

bramousse-1.jpg

bramousse-2.jpg

Superbe vue sur la Font Sancte le col de Bramousse

Nous profitons quelques instants de la vue sur Ceillac et du panorama sur le Font Sancte avant d'entreprendre la montée au col de Bramousse alt. 2 251 m. Les marmottes pointent leur nez pour notre grand plaisir. L'arrivée au col de Bramousse offre un très joli panorama sur la vallée du Cristillan et Ceillac d'un côté et sur la vallée du Guil de l'autre côté.

bramousse-3.jpg

Une nouvelle grimpette pour arriver sur un promontoire (la crête du château Jean Grossan), c'est de plus en plus beau et rien ne nous arrête plus. Nous revenons sur nos pas jusqu'à l'intersection précédente et poursuivons l'ascension sur un sentier à flanc de montagne vers le col Fromage.

bramousse-4.jpg

Poste optique de la crête des Chambrettes à 2582 m alt.


On se trouve sur un sentier balcon qui offre de très jolies vues … avant d'emprunter les premiers lacets qui amorcent la descente, il suffit de faire quelques mètres et gravir la dernière montée de la journée pour arriver au poste optique, point culminant de la sortie. Toute cette partie en balcon est vraiment magnifique et inoubliable.

 

À 11 heures nous sommes devant le Poste Optique de la Crête des Chambrettes à 2 582 m avec un panorama de 360° extraordinaire sur les vallées environnantes, et le village tout minuscule devant nous.

 

Injustement baptisé Observatoire sur certaines cartes, le Poste Optique ou signal Optique, fut construit en 1900 par l'armée (inscription MDCCCC sur le fronton), il permettait de passer des messages par signaux optiques en un temps record (trois minutes pour un signal de base entre Genève et Nice). Son lien direct était le Poste Optique de Girardin (2 866 m), sis à proximité du Pic Girardin ( 2 876 m).

bramousse-5.jpg

poste optique des Chambrettes

 

De la crête des Chambrettes (2 582 m) et de la Tête de Favières (2 866 m), les postes optiques sont des bâtisses en dur construites par l'armée en 1899 et en 1900. Prévus pour transmettre ou recevoir des messages en morse lumineux en l'absence, à l'époque, de liaisons télégraphiques et pour suppléer les moyens existants d'alors, pigeons-voyageurs, estafettes à pied ou à cheval. Menacés d'éboulement et devenus dangereux, le poste optique des Chambrettes a été restauré en 1997 et celui de Favières en 2007. Lieu très apprécié des sportifs.

 

Nous restons un long moment à contempler les alentours avant de quitter cet endroit magique, nous avons décidé de descendre au col Fromage pour le pique-nique. La descente se fait par de grands lacets jusqu'au col.

bramousse-6.jpg bramousse-7.jpg

Vue depuis la crête des Chambrettes 

ou encore

bramousse-8.jpg bramousse-9.jpg

petit souvenir au col Fromage

les mélèzes omniprésents lors de  nos randonnées

 

Le mélèze du mot alpin "mel" miel ou Larix decidua son nom latin, Larix, vient de son nom gaulois. Quelque soit la saison, cet arbre élégant ravit le regard. Au printemps, le vert tendre de son feuillage tranche sur le bleu du ciel. C'est à ce moment là qu'il fleurit. Les petites fleurs mâles, de couleur jaune, dispersent, grâce au vent, le pollen qui va féconder les cônes femelles rose framboise. À mesure qu'avance l'été, les fruits brunissent, les petits cônes ligneux, dont les écailles s'épanouissent, libéreront alors des graines ailées. Les cônes encore jaunâtres sont ceux de l'an passé, ceux noirâtres à gris ont deux ans et ne vont pas tarder à tomber. Ce sont donc trois générations de cônes que vous pourrez observer sur une même branche.

 

L'automne habille le mélèze d'or pâle qui peu à peu flamboie, puis le vieil or se tarit et peu à peu s'éteint. Ce sont les coups de vent froid de la fin de l'automne qui lui retirent définitivement sa belle parure. C'est ainsi, décharné, qu'il va passer l'hiver. Ne connaissant pas le mélèze … certains touristes, fortement surpris et intrigués, pensent que tous les arbres sont morts. Rassurez vous … sans son feuillage, le mélèze vit et prépare, dans le froid et la tourmente, une nouvelle parure chaque année plus tendre. Magnifique et cher mélèze.

 

De tous les résineux, le mélèze est celui qui donne le bois le plus durable et le plus solide. Son bois imputrescible est exploité pour fabriquer des bateaux, des charpentes, des poteaux, des bardeaux de toiture, des traverses de chemin de fer. Il est originaire des Alpes (1 200 – 2 400 m d'altitude) et des Carpates. Ses racines vivent en symbiose avec des champignons qui fournissent des sels nutritifs et reçoivent des hydrates de carbone (idem pour le hêtre et le noisetier). Les aiguilles du mélèze améliorent le sol, facilitant l'introduction d'autres espèces, comme l'épicéa. Il peut avoir une durée de vie avoisinant 600 ans. Il est le seul conifère perdant ses aiguilles dès l'automne. En haute altitude, il pousse indifféremment sur les deux versants, on le dit espèce pionnière car il pousse là où la forêt n'existe pas encore.

 

Du col nous prenons à droite pour redescendre vers Ceillac par le Villard.

bramousse-10.jpg

Dans la descente à Ceillac


Le retour à Ceillac passe par le premier hameau de la vallée, le Villard à 1 830m d'altitude qui tire son nom de la ferme romaine, villa, et désigne un domaine agricole, puis un hameau d'une certaine importance. Il possède en effet au XVIII ème un moulin près du pont, un four à chaux et une maison décorée d'un double cadran solaire.

bramousse-11.jpg

Chapelle Saint Barbe

 

La chapelle mentionnée dès 1561, est dédiée à Sainte Barbe. Martyre pour sa foi, Barbe est tuée par son père, le ciel la venge en foudroyant l'assassin. Elle est la patronne de tous les artisans du feu et de la pierre et on la reconnaît à ce qu'elle porte, outre la palme du martyre, une tour. Elle est particulièrement honorée le 4 décembre par les sapeurs-pompiers.


Touché par l'avalanche de janvier 1978, le hameau est patiemment reconstruit par les habitants dans le respect traditionnel et des modes de construction anciens.

 

À suivre ...

Marthe

 

PS: cliquer sur les photos pour les agrandir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Marthala - dans Queyras
commenter cet article

commentaires

yves 14/08/2011 17:17


salut Martahal merci de nous faire partager cette semaine au queyras un grand merci schmoutz
yves