Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 17:29

Mercredi 16 février 2011

 

 

Ce mois qui tire son nom de Junon que les Romains nommaient februalis et qui était honoré d'un culte particulier. Une autre version affirme que ce nom viendrait des sacrifices en l'honneur des morts, appelés februales, qui se célébraient aussi à ce moment. Les anciens représentèrent le mois de février sous la figure d'une femme vêtue d'une seule tunique relevée par une ceinture. Afin d'indiquer la nature pluvieuse du mois, on avait placé entre les mains de cette femme une cane, oiseau aquatique, et à côté d'elle, une urne d'où l'eau s'échappait en abondance. À Rome, surtout, où l'hiver est moins long que dans nos climats, le mois de février est en effet celui des pluies...

 

On cite également :

 

Quand février commence en lion, il finit en mouton,

S'il ne pleut ni ne neige à la Saint Blaise, en mars le froid en prendra à son aise

À la Saint Gaston, surveille les bourgeons

À la Sainte Jacqueline froid et bruine

Quand la bise oublie février elle arrive en mai

Rosée à la Chandeleur, hiver à la dernière heure

À la Saint Valentin tous les vents sont marins

À la Sainte Bernadette souvent le soleil est de la fête

À la Saint Pierre-Damien, l'hiver reprend ou s'éteint...


ranspach-1.jpg Ranspach

 

À l'assaut du Markstein depuis Ranspach

 

Niché au pied du Markstein, le village de Ranspach est exceptionnellement bien situé. Situé dans un écrin de verdure, ses sommets offrent des vues imprenables sur la vallée de la Thur. Ranspach apparaît dans les archives dès le Moyen-Âge. Son histoire est intimement liée aux différentes invasions et guerres qui eurent lieu sur la terre convoitée d'Alsace. Son histoire est également liée aux Princes Abbés de Murbach qui dominèrent la Haute Vallée de la Thur durant de nombreux siècles.


ranspach-2.jpg


 

La forêt communale avec 740 ha couvre environ 65 % de la surface du ban communal. Elle débute au-dessus du village à 500 m alt. Elle monte jusqu'à 1 200 m alt. environ. Le sous-sol est principalement formé d'une roche volcano-sédimentaire, les schistes de la série d'Oderen. On peut observer ponctuellement quelques veines de micro-granite. Sur la partie droite du vallon vers le Koestel on trouvera le granite des ballons. La végétation est caractéristique des forêts vosgiennes, on observe des hêtraies en altitude sous les hautes chaumes, puis en descendant vers le village on rencontre des hêtraies sapinières, composées d'un mélange de hêtres, sapins et de quelques autres essences en faible densité. Dans certaines zones, après l'intervention de l'homme, les épicéas et mélèzes forment le couvert végétal. Sur le côté gauche du vallon serpente, au- dessus des maisons, le sentier botanique qui présente une importante diversité végétale qui s'est développée dans les années 1950.

 

La faune sauvage est importante, les biches paissent tranquillement dans les clairières, on peut observer également des renards, des chevreuils et des chamois. Les oiseaux sont aussi très nombreux et les geais ne manquent pas de signaler l'arrivée des randonneurs dans la forêt comme pour avertir du danger… La tempête de décembre 1999 a été particulièrement meurtrière dans cette forêt.

 

Le départ passe par le sentier botanique, et d'emblée je promets au groupe de revenir sur les lieux dès que les feuilles recouvriront les branches.

 

La montée au Treh est régulière et agréable sur un sentier traversant les belles forêts...


ranspach-3.jpg

au pied du Treh l'abri Hochmiss nous offre une pause avant de grimper au Treh.


ranspach-4.jpg

Non loin de l'abri, un énorme rocher fendu…

 

Quelques enjambées et nous débouchons devant la F.A du Treh à la grande surprise des jeunes veaux de la ferme.


ranspach-5.jpg


 

Passant en-dessous du ski-club Treh (alt. 1153m) nous ne tenons pas compte de la variante Markstein par la hêtraie car encore verglacée et franchissons la D 27 pour une petite ascension (la dernière de la journée, promis…) et progressons vers l'amont en dominant la route que nous venons de traverser. Arrivés sur le chemin plus large, nous le suivons vers l'amont sur les pentes du Jungfrauenkopf pour sortir au Markstein avant le carrefour. La vue sur la vallée de Thann est magnifique avec l'enfilade de ses sommets , qui s'enchaînent les uns aux autres.


ranspach-6.jpg


Notre mascotte, Eliott fait son show, tout heureux de pouvoir se défouler dans la neige !!

 

Le Markstein, au début du 9 ème siècle : l'abbaye de Murbach était propriétaire du Markstein et de ses environs, suite à la donation de Charlemagne. Le nom de Markstein proviendrait d'ailleurs de la pierre-borne délimitant la propriété.


ranspach-7.jpg

Nous retrouvons les paysages enneigés au Markstein.

 

Dans les années 1810 sont construites les métairies du Steinlebach, du Treh, du Hofried et du Moorfeld. Le barrage du lac de la Lauch fut édifié dans les années 1889-95, pour l'alimentation en eau potable de Guebwiller. Le début du 19 ème siècle marque le début de la grande aventure du ski sur le Markstein avec le premier concours de ski organisé au Treh. (sources lemarkstein.net)

 

Les chaumes sont le plus souvent dûs à l'homme qui, pour des besoins de pâturages, n'a cessé de les étendre autour des marcairies. Par le développement du tourisme, celles-ci se tranforment en fermes-auberges combinant ainsi l'activité agricole et l'accueil à la ferme des touristes. Les routes, d'origine militaire ou forestière, permettent de franchir aisément les ballons du Massif Vosgien et de découvrir de splendides panoramas. L'accès des Hautes-Chaumes est possible au départ de chaque vallée vosgienne. La création de cette route stratégique fut décidée pendant la guerre 1914-1918 par le Haut Commandement français afin d'assurer sur le front des Vosges des communications Nord-Sud entre les différentes vallées. Tracée constamment en ligne de crête, cette magnifique route relie Cernay à Sainte Marie aux Mines sur plus de 77 km permet d'admirer les paysages caractéristiques de la chaîne des Vosges, ses cols, ses ballons, ses lacs, ses chaumes et offre en prime des panoramas très étendus. Elle passe par le Grand Ballon, sommet culminant des Vosges, le Markstein, le Hohneck et le col de la Schlucht.

 

Le Markstein est aussi le berceau de l'arnica… les chaumes abritent une flore remarquable, caractéristique des sols acides et pauvres en éléments minéraux. Parmi celles-ci, l'Arnica, qui forme ici les plus belles populations du massif vosgien, en particulier sur l'axe Uff Rain – Salzbach – Breitfirts – Treh, ce dernier constituant un des plus importants lieux de cueillette destinée aux laboratoires pharmaceutiques. (sources : tirées du net)

Après un repas pris au chaud, au Markstein, le retour passe par les cascades Bruscher…


ranspach-8.jpg

aux cascades supérieures

 

Ranspach et le Gambrinus. Située à l'entrée nord du village, sur un bâtiment, trône la statue du Gambrinus, majestueuse !! Gambrinus, symbole des amateurs de bière, représente la bonne humeur et la joie de vivre typique des Flandres. On identifie parfois Gambrinus à Jean sans Peur, duc de Bourgogne, auquel on attribue l'invention de la bière de houblon. Gambrinus était aussi le nom d'un échanson de Charlemagne.

 

Bière,bonne humeur et joie de vivre, la devise du parfait randonneur !!

 

à bientôt ...

 

Marthe

Partager cet article

Repost 0
Published by Marthala - dans Alsace-Lorraine
commenter cet article

commentaires

yves 11/03/2011 18:35


Salut Marthala
et oui superbe rando une bonne bande de la neige des sentiers superbes que du bonheur
@+ schmoutz