Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 20:37

Mercredi 3 février 2010

 

Nous avons la chance de croiser, lors de nos sorties des hauts lieux monastiques... aujourd'hui nous pouvons compter cette sortie comme un pèlerinage...

Voegtlinshoffen, à une dizaine de kilomètres de Colmar, s'étire sur un coteau au milieu du vignoble. Sur les hauteurs, la vue se découvre, magnifique, sur la plaine opulente, la Forêt Noire, et par temps clair la chaîne des Alpes dévoile sa magnificence. La Guerre de Trente Ans a eu raison des escaliers en colimaçons et des vieilles maisons à colombages à quelques exceptions prêt... Pratiquement détruit, le village a été reconstruit dans un style plus sobre mais tout aussi attrayant. Ses caves accueillantes et son superbe fleurissement attirent de nombreux touristes.

voegtlinshoffen-1.jpg

Vue sur la plaine et le vignoble

Bien évidement, le vin reste la plus grand richesse avec son grand cru du Hatschbourg et toute sa palette de vins d'Alsace de grande qualité. Cette renommée n'est pas due au fait d'un heureux hasard, car au XIII ème siècle déjà, les Augustins de Marbach vantaient les vins en provenance du vignoble monastique de Voegtlinshoffen. Le Rabseppela, tout un symbole !! une statuette sculptée en un petit bonhomme tenant et admirant dans sa main, une grappe de raisins, trône sur la magnifique fontaine octogonale du XVIIIème siècle au centre du village. Il est fêté tous les ans au mois de juillet. Le vigneron met tout son cæur à vous persuader des vertus exceptionnelles de son terroir, de la qualité du sol, du micro-climat qui l'entoure, de l'harmonie et du bouquet incomparables de ses vins, ceux du Hatschbourg ne faillissent pas à la règle... ce Grand Cru est une partie du paradis, affirment-ils !! À cheval sur les bans de Hattstatt et Voegtlinshoffen, le Hatschbourg établit un lien entre les deux communes et les relie à un passé commun où la viticulture est omniprésente. Durant des siècles elles ont suivi les destinées capricieuses de leurs maîtres communs, successivement les évêques de Strasbourg, les seigneurs de Hattstatt, les princes de Habsbourg et les barons de Schauenberg.

 

Le divin nectar produit par ses vignes, donne tout son sens à l'allégorie. Les deux communes ont prié dans la même paroisse jusqu'à la veille de la Révolution française et cultivé les mêmes terres jusqu'en 1858. Tour à tour, elles ont bénéficié des périodes de gloire de leurs maîtres et souffert de leur déconvenues.

De magnifiques carrières de « quartzite rose » (classées biotope) pour la protection du faucon-pèlerin qui y niche, se dressent fièrement sur les sentiers de randonnées.

voegtlinshoffen-2.jpg

Église Saint Nicolas

 

L'église actuelle a été érigée à l'emplacement d'un ancien édifice devenu trop petit qui fut détruit pour être remplacé par un bâtiment plus grand... sa construction fut d'abord confiée à l'architecte J.B. Chassain mais ne fut jamais réalisée. Construite par Zeller, la nouvelle église fut achevée en 1788 puis bénie. Son autel et sa chaire « époque Baroque » classés monuments historiques sont d'une grande beauté.

 

Le point de départ de notre randonnée, à l'endroit nommé Marbach donna quelques frayeurs à certains... le chemin verglacé leur barra la route et les obligea à garer leur véhicule un peu plus bas. Enfin nous nous retrouvons et pouvons démarrer la grimpette du Langenberg, chaussés des griffes car le chemin est glissant... les carrières dont je vous parlais ci-dessus sont impressionnantes.

L'abbaye de Marbach fut un ancien prieuré d'Alsace occupé depuis le XIIème siècle par des chanoines réguliers de Saint Augustins. Elle fut, plus tard, le centre de plusieurs autres établissements monastiques du Ht Rhin, d'Allemagne et de Suisse. Elle se trouvait sur un terrain sur les hauteurs d'Obermorschwihr et de Voegtlinshoffen et fut vendue en 1791 au cours de la Révolution française. Son nouveau propriétaire fit quasiment démolir entièrement les bâtiments de l'abbaye entre 1791 et 1806. Les deux tours de l'église sont démolies à leur tour en 1830. Seuls quelques vestiges subsistent encore aujourd'hui. Actuellement l'enceinte de l'ancienne abbaye abrite un institut médico-éducatif Auguste Biecheler.

Nous rejoignons la forêt de Hattstatt par le Langenberg. Une nouveauté sur le parcours, un pont en bois enjambe le ruisseau et permet de traverser en gardant les pieds au sec...

voegtlinshoffen-3.jpg

 

Un petit coucou de la forêt de Hattstatt, puis s'en vont... vers le pèlerinage du Schauenberg.

 

Le Pèlerinage du Schauenberg a été fondé lorsqu'un ermite du nom d'Udalric y élut domicile. Il explorait la région à la recherche d'un lieu propice, lorsqu'une voix lui cria « Schau am Berg » (regarde la montagne). Il vit s'élever une flamme au flanc de la montagne, la vierge lui indiquait l'emplacement où il pouvait construire sa chapelle. Ce merveilleux événement le décida à bâtir en ce lieu une maisonnette et une chapelle dédiée au saint évêque dont il portait le nom. La dévotion et la beauté du site y attirèrent bientôt les fidèles. Depuis la terrasse du petit sanctuaire le regard émerveillé embrasse toute la plaine d'Alsace. La première chapelle dédiée à la Vierge Marie remonte à 1440 et fut agrandie en 1515. Après la guerre de Trente Ans, ce sont les Franciscains venant de Rouffach qui s'y installent et font faire des travaux d'agrandissement. À partir de 1860 la restauration de l'église entraîne un regain et un essor du pèlerinage. Des travaux de consolidation sont entrepris permettant de recevoir un public de plus en plus nombreux.

Comme souvent dans un pèlerinage marial, le Diable n'est pas loin. Ici, il se manifeste en contrebas le long du chemin de croix. Quelques mètres plus bas, git, le long du chemin un gros rocher qu'un arbre enlace de ses racines. On la nomme la Pierre du Diable, (le Teufelstein), cette pierre boucherait une des entrées de l'enfer. Le diable voyant d'un mauvais œil la chapelle si près de son antre décida de la détruire. Il empoigna un gros rocher et le lança sur la chapelle, c'était sans compter sur la Vierge qui veillait sur son pèlerinage... elle détourna le vol du rocher qui, après quelques rebonds s'immobilisa à cet endroit en bouchant l'entrée de l'enfer. Une autre version conte qu'au moment où le diable souleva le rocher celui-ci se ramollit tel une motte de beurre au soleil. Ne pouvant plus la lancer, il la reposa à cet endroit où elle se figea immédiatement en gardant l'empreinte des griffes du diable.

voegtlinshoffen-4.jpg

La chapelle du Schauenberg

 

Un arrêt-repas au pèlerinage du Schauenberg est toujours apprécié des randonneurs, nous y venons fréquemment lorsque nous arpentons les environs.

Prochaine étape, le couvent Saint Marc ! Situé à 2 km du village de Gueberschwihr, le couvent aurait été fondé en 676 par Dagobert II. Il s'agit d'une abbaye bénédictine appelée à l'origine Sigismundzell appartenant à l'évêché de Strasbourg. Ruiné par les Huns, le couvent fut reconstruit au XIème siècle et consacré par le Pape Léon IX (1050) sous le vocable de Saint Marc. Dévasté à plusieurs reprises durant le Moyen-Âge, il est restauré en 1762 par l'abbaye d'Ebermunster. En 1868, une congrégation des sœurs charitables de Saint Joseph s'y installe et est toujours présente au couvent. Il apparaît aujourd'hui comme une oasis dans un écrin de verdure.

voegtlinshoffen-5.jpg

 

Le couvent Saint Marc

et retour à Voegtlinshoffen pour la joyeuse troupe ....

Marthe et les compagnons...

Partager cet article

Repost 0
Published by Marthala - dans Alsace-Lorraine
commenter cet article

commentaires

yves 11/02/2010 13:14


salut Marthala,
et oui encore une super rando. de plus sur le chemin de Compostelle, un super acceuil au Schauenberg, un bon casse croute et en avant vers le rocher du coucou rechargé par les ondes positives
émises par la roche, et une bonne rencontre avec une Soeur du couvent ST Marc qui nous confirmes encore une présence de 40 personnes au couvent.
@+yves et éliot


MarieNicole 10/02/2010 19:52


Quelle magnifique balade, et quel magnifique reportage.
Merci à toi Marthala de nous gâter de la sorte, surtout si on ne peut marcher !!!
Bisous
MarieNicole


josette 09/02/2010 21:24


Tes articles sont toujours aussi dépaysants !