Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 14:18

Lundi, 1er mars 2010


Si ce n'est pas le printemps, ça y ressemble énormément... après la tempête d'hier une belle journée nous attend ! Le Sundgau avec ses collines parsemées d'arbres et d'étangs se confond avec les premières chaînes du Jura alsacien. Les deux régions ont partagé le même passé historique, quant au nom Sundgau, il s'est formé tout au long des siècles. Le Thalbach, ce ruisseau qui coule dans le Sundgau, prend sa source vers Folgensbourg, descend la vallée de Hundsbach avant de se jeter dans l'Ill à la hauteur de Walheim. La vallée de Thalbach est peu connue, coincée entre la vallée de l'Ill, et la Hochstrasse reliant Bâle à Altkirch en suivant la crête surplombant le Thalbach.

franken-1

Les abeilles aussi sont de sortie en ce 1er mars ...

 

Jolie vallée avec ses villages calmes et ancrés à leur terre, qui ont pour nom, Schwoben, Hausgauen, Hundsbach, Franken etc... mais que l'histoire n'a pas épargnée pour autant. La terrible guerre de Trente Ans a totalement détruit les villages de cet eden. Le Sundgauvien, connu pour être dur et tenace a patiemment reconstruit... et offre aujourd'hui de coquets villages et le promeneur ne peut qu'admirer de superbes paysages (voie romaine), du haut de la colline.

 

Départ de Franken à 8 heures pour 7 amoureux de la nature... direction Hundsbach. Le Sundgau, pays des moulins !! Au 19ème siècle, plus de deux cents moulins étaient en activité le long des cours d'eau de ce petit comté du sud, moulins à farine, huileries, foulons à chanvre, scieries, papeteries, forges à martinets. Chaque moulin est un chef d'œuvre d'ingéniosité, simplicité et efficacité des mécanismes, parfaite connaissance du milieu naturel environnant mais aussi parfaite adaptation aux atouts et contraintes de ce milieu. Nous quittons Franken et arrivons en quelques minutes dans Hundsbach !! un magnifique moulin médiéval est implanté sur la rive droite du Thalbach à 10 km de la source et à 9 km de sa confluence avec l'Ill à Walheim. Il était alimenté par un barrage situé sur le ban de Franken et un canal d'amenée de 600 m de long. Il comporte une partie habitation restaurée par les propriétaires et une partie moulin dont l'existence est attestée dès 1394. Une reconstruction de ce moulin est archivée en 1683 suite à la guerre de Trente Ans.

franken-2

 

 

En 1773, l'emphytéote Joseph Stampfler du sieur Schmidlin payait ses droits d'eau au Seigneur. Le moulin se nommait Schmedlemelha et comportait 2 roues à augets. L'immeuble actuel, une très belle maison alsacienne, a été construit en 1798 et comportait une seule roue motrice plus grande que les précédentes... la partie moulin, au très beau mécanisme en bois, bien conservé est restauré par une association créée en 2003, les Amis du Moulin de Hundsbach. Il avait cessé son activité en 1925, mais, pierre par pierre, pièce par pièce, les arrivées d'eau, les mécanismes recommencent doucement à faire tourner sa roue. La farine ne sera pas broyée en grande quantité, mais son cœur se remet à battre. Autour des propriétaires, l'association y travaille avec passion, et ce moulin endormi après des siècles de fonctionnement, pièce importante du patrimoine de la vallée reprend vie... il est ouvert au public !

À quelques mètres de là, la chapelle Sainte Odile, on dit que c'était l'église de la paroisse du village. Un cimetière aurait entouré la chapelle, comme le démontre la croix se tenant dans l'avant de l'aile gauche.

franken-3

La chapelle Saint Odile

 

 

Plus loin nous entrons dans Willer et la célèbre voie romaine... Avec la victoire de Jules César, le Sundgau passa sous la domination romaine. Des restes de villas ou stations romaines trouvés à Willer, Bouxwiller et Koestlach en témoignent, ainsi que la voie romaine appelée Römerstressla qui passe au nord du ban communal de Waldighoffen. C'était la voie de Vesontio (Besançon) à Augusta Rauracorum (Augst en Suisse), passait sur le ban de Steinsoultz, à proximité du Windenhof. Une station se trouvait à Willer . Il y avait aussi le Postweg, cette route venant de Bâle en direction de Belfort, également appelée Alte Strasse qui suit les crêtes au-dessus de Steinsoultz à la manière des routes romaines.

franken-4

Touche pas à mon bois !!!!

 

Prochain village Henflingen, une petite bourgade nichée sur une petite colline au pied de laquelle s'écoule paisiblement l'Ill. Nous filons à Ruederbach, une charmante bourgade...

franken-5

l'église Saint Sigismond 1845 se dresse fièrement sur notre passage.

 

Cité en 1271 sous le nom de Rüdenspach, ce joli village appartenait aux Habsbourg. Au cimetière anabaptiste se trouvent quelques tombes des XVIIème et XIXème siècles. Le cyclo club Schwalmala fait la fièrté de ses habitants.

La prochaine commune du nom de Riespach est une petite merveille avec ses coquettes maisons à colombages. Une hache en pierre polie datant de l'époque préhistorique serait le seul objet connu et répertorié. Une première mention écrite de Riespach nomme ce village sous Rüderspach en 1271, puis Rinsbach en 1331, Rünspach fin XIVème siècle pour enfin donner Riespach sur une carte du XVIIIème siècle. Du XIème siècle à l'an 1327, Riespach fut sous la domination des comtes de Ferrette, puis, par le mariage de leur unique héritière avec l'archiduc d'Autriche, Riespach, comme tout le Sundgau devient possession autrichienne. Des fouilles ont permis de retrouver les fondations d'un château mentionné au XIVème siècle comme propriété des nobles de Riespach qui aurait été incendié au cours de la Guerre de Cent Ans... la période de 1337 à 1453 fut cruelle pour le Sundgau et Riespach. Des mercenaires de tous pays, appelés « Suédois » parce qu'ils étaient payés par les Suédois ravagèrent toute la région en pillant, dépouillant et martyrisant les paysans ! D'offensives en contre-offensives, dans le Sundgau, aucune culture ne pouvait plus se faire et la famine s'installa et amena la peste. Pour Riespach, en 1650 on dénombre encore 30 âmes alors qu'en 1618 elles étaient au nombre de 257. Le traité de paix de 1648 rattache l'Alsace à la France, il faut repeupler ce désert... un édit royal de 1662 offre aux paysans des lots de terre, des exemptions d'impôts pendant 6 ans ainsi que le droit de prélever du bois de chauffage et de construction dans les forêts royales. De nombreux immigrants vinrent de Suisse et la population fut peu à peu reconstituée.

franken-6

Maison de 1804 à Riespach

 

 

on peut lire sur une poutre de la maison :

franken-7

 

1804 erbaut von Fesler Zimermeister von Grentzingen (construit par Fesler charpentier de Grentzingen).

 

Entre Riespach et Durmenach nous découvrons les étangs du Zuberwald, un petit paradis

franken-8

comme dit ci-dessus le paysage du Sundgau est parsemé d'étangs ...

 

Durmenach, est jusqu'au milieu du XIXème siècle, une des communautés les plus importantes du Haut-Rhin, la population de religion israélite dépassait en nombre celle des habitants chrétiens. La communauté a été siège d'un rabbinat de la fin du 18 ème siècle jusqu'en 1910. La cohabitation est marquée en 1789 par une première émeute anti-juive, et surtout en 1848 par le « Judenrumpel » , véritable grand « pogrom » lors duquel 75 maisons de familles juives sont incendiées. Très éprouvée lors du second conflit mondial, la population juive a complètement disparue aujourd'hui, reste le seul témoin de la présence de cette importante communauté israélite, le cimetière juif sur les hauteurs du village avec plus de trois cents tombes...

 

La forêt de mélèzes de Durmenach : qui ne connaît la forêt du Kuhwald et son majestueux mélèze de 40 m de haut ? Durmenach possède une forêt de mélèzes qui comptait jadis parmi les plus belles d'Europe. Les mélèzes ont été plantés en 1784 par un gentilhomme d'origine suisse, le baron Béat Frédéric de Reutter de Weyl, à l'époque propriétaire du terrain, il avait apporté ces plants du Voralberg autrichien. Ce bois passa dans les mains de la commune de Durmenach en 1825 après bien des procès. Si l'on croit les récits des Anciens du village, la forêt a été l'objet de nombreux litiges... il existe même une légende à ce sujet.

Le mélèze est originaire des Alpes (1200 – 24700 m d'altitude) et des Carpates. Depuis toujours le mélèze a rendu de grands services aux montagnards. Son bois, rouge saumon au cœur dur, lui donne une grande résistance et écarte de lui les insectes et a servi à construire d'innombrables chalets. Le mélèze préfère un sol argileux, durée de vie 600 ans pour une taille maximale de 40 m et peut mesurer 1,5 m de diamètre. (Sources puisées sur internet et divers livres sur le Sundgau.)

 

Traverser Durmenach... me rappelle tant de souvenirs de jeunesse... le cinéma le plus proche de mon domicile se trouvait dans ce charmant village, la pharmacie desservant les villages aux alentours était également celle de Durmenach...

franken-9

Sur l'école primaire à Durmenach de magnifiques armoiries...

 

Après le casse-croûte, le prochain objectif, Muespach... commune résultant de la fusion de Moyen-Muespach et de Muespach le Bas en 1972, située dans le vallon de Muesbach appelé Gersbach à Steinsoultz, non loin de Ferrette. La vallée aurait été creusée par un ancien cours du Rhin lorsque celui-ci, à la fin du tertiaire, coulait d'Est en Ouest vers la porte de Bourgogne. Le ban communal est longé, au nord, par une voie romaine. Selon certains historiens, la vieille route « Alti Stross » reliant Waldighoffen à Folgensbourg par les crêtes serait aussi d'origine romaine.

franken-10

 


Arrivés au sommet de la bosse à Muespach, nos amis Monique et Guy nous attendent avec des rafraîchissements!! une bien bonne idée... encore merci à eux...

franken-11le printemps s'est déjà installé dans le jardin de Monique... admirez...

Nous quittons Muespach et nos amis par la voie romaine jusqu'au Widenhof et filons sur Franken.

franken-12sur la voie romaine entre Muespach et le Widenhof

Après ce petit 30 km agrémenté par une journée printanière!! nous bouclons notre rando... ce fut une journée de toute beauté, qui sera renouvelée début Mai combinée avec une sortie VTT, cette fois avec repas à Durmenach.

en attendant salut à tous.

Marthe et les compagnons... et Eliott bien entendu !

Partager cet article

Repost 0
Published by Marthala - dans Alsace-Lorraine
commenter cet article

commentaires

josette 06/03/2010 17:41


30 km à pied ! j'ai mal rien que d'y penser. 12 me suffisent.


yves 06/03/2010 16:42


et coucou marthala,
comme d'habitude une super blog,le SUNDGAU, quelle belle région, la côte d'azur de l'Alsace, et à nouveau une belle expérience, un bon entrainement pour le mois de Mai, pour notre rencontre en
Bretagne, un gros schmoutz à Monique et Guy pour l'accueil et surtout pour le picon bière, de vrais amis.@+