Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 12:23

 

 

Samedi 8 mai 2010


durmenach-1.jpg

 

« En mai, fais ce qu'il te plait... » voilà un dicton que l'on ne manquera pas de mettre en pratique ce mois-ci car les occasions de se faire plaisir seront particulièrement nombreuses et variées que ce soit en Alsace ou encore en Bretagne... vous pourrez nous suivre sur le blog mais également sur le site.

durmenach-2Sundgau veut dire Comté du Sud en dialecte germanique

 

Les deux bars adossés sont ceux du Comté de Ferrette (1125-1324). Le champ de gueules avec la fasce d'argent (Rouge-Blanc-Rouge) rappelle la souveraineté de la Maison d'Autriche sur la Haute Alsace (1324-1648), tandis que les trois étoiles sont portées en fasce dans les armes du Cardinal Mazarin Premier Ministre du Roi de France, successeur des Habsbourg dans le Sundgau.

 

«Le Sundgau, pays de collines verdoyantes, parsemées d'arbres et d'étangs, se confond avec les premières chaînes du Jura alsacien, les deux régions ayant partagé le même passé historique. Quant au nom Sundgau, il s'est formé au cours des siècles. On sait qu'à l'époque des derniers rois mérovingiens décadents, l'Alsace avait formé un seul duché. Celui-ci, gouverné par les Etichonides, est partagé par les premiers Carolingiens redoutant les duchés devenus trop puissants, en deux comtés : celui du Nordgau englobant la basse Alsace et celui du Sundgau comprenant la haute Alsace. Les évêchés de Bâle et Strasbourg ont d'ailleurs conservé ces limites jusqu'à la Révolution. Or, au cours des siècles, le nom de Sundgau ne désigne plus que les terres autrichiennes de haute Alsace (y compris la plus grande partie du Territoire de Belfort) du Rhin jusqu'au-delà de Belfort, du Jura à la Thur, ceci pour le Sundgau historique.

 

De nos jours, on désigne sous le nom de Sundgau la région de collines au sud de Mulhouse jusqu'au Jura alsacien, de la voie ferrée de Mulhouse-Bâle jusqu'à la vallée de la Largue, en y ajoutant la contrée allant jusqu'à la Doller entre Sentheim et Mulhouse, c'est le Sundgau géographique. Caractérisé par des collines de 300 à 500 mètres et par des petits bassins dont celui de l'Ill et de ses deux principaux affluents dans le Sundgau, la Largue et le Thalbach. L'Ill prend sa source à Winkel, traverse notamment Oltingue, Hirsingue, Altkirch et Illfurth.» (sources : Mémoires en Images Le Sundgau par Paul-Bernard Munch).


durmenach-3.jpg

Les grottes du Mannlefelsen à Oberlarg

 

Le propliopithèque, l'ancêtre de l'homme, prend place dans la chronologie il y a 30 millions d'années. D'Ethiopie, il passe en Europe aux environs de 1 000 000 d'années avant J.-C.. On le retrouve vers 500 000 avant J.-C. en Alsace. Au Mésolithique (9 000-5 000 avant J.-C.) période intermédiaire entre le Paléolithique et le Néolithique, les hommes vivent toujours de cueillette de pêche et de chasse maîtrisant peu à peu l'agriculture et l'élevage. Les grottes du Mannlefelsen à Oberlarg est le plus important site de l'est de la France.

 

Une idée folle a germé de notre groupe... prévoir une sortie vtt et aller manger un steak tartare à Durmenach en souvenir d'une virée entre deux copains... une autre idée a suivi aussitôt : on pourrait combiner le tout avec une randonnée pédestre ? De suite les inscriptions fusent et la date du 8 mai est fixée. Nous voilà donc embarqués pour cette aventure en ce 8 mai sur les routes du Sundgau. 9 vététistes et parmi eux une seule femme … et 19 marcheurs se lancent sur les routes du Sundgau.


durmenach-4.jpg

 

7 heures !! départ à Franken pour les randonneurs pédestres sous la coupe d'Aldo et de Marthe l'un avec son GPS, l'autre une véritable sundgauvienne de cœur... 9 heures !! départ à Richwiller pour les vétetistes sous la direction d'Yves un randonneur – baroudeur !! La récompense, un steak tartare à Durmenach !! où un groupe de 28 personnes vont se retrouver autour d'une longue table conviviale… bravo à toute la bande. Un léger brouillard très vite dissipé nous promet une très belle journée !!

 

Au XIXème siècle, plus de deux cents moulins étaient en activité le long des cours d'eau de ce petit « comté du sud » : moulins à farine, huileries, foulons à chanvre, scieries, papeteries et forges à martinets.

Chaque moulin est un chef d'œuvre d'ingéniosité : simplicité et efficacité des mécanismes, parfaite connaissance du milieu naturel environnant, parfaite adaptation aux atouts et aux contraintes de ce milieu. Techniques et connaissances parfois oubliées...

 

Rapidement nous arrivons devant le moulin de Hundsbach. Le moulin s'est arrêté de fonctionner en 1925, si à l'extérieur les routes à augets ont disparu ainsi que la canalisation d'amenée d'eau, à l'intérieur tout est resté en place, la machinerie (trois paires de meules) ainsi que la chambre de l'ouvrier à l'étage. On est en présence d'un moulin endormi après des siècles de fonctionnement. Le bâtiment actuel date du XVIIIème siècle mais l'existence de ce moulin est attestée dès 1394. Les propriétaires des lieux ont entrepris de remettre en état l'ensemble des bâtiments et de rendre vie à ce moulin, pièce importante du patrimoine de la vallée du Thalbach, en l'ouvrant au plublic. Cadre unique et verdoyant en pleine vallée de Hundsbach, vrai paradis pour cyclistes et randonneurs.


durmenach-5.jpg

Le moulin de Hundsbach


durmenach-6.jpg

à deux pas, la chapelle Sainte Odile

 

La chapelle Sainte Odile passe pour avoir été l'église paroissiale d'un village disparu, réuni à Hundsbach à une date indéterminée. Un cimetière aurait entouré la chapelle, comme en témoignerait la croix qui y est implantée. Une plaque commémorative rappelle qu'en 1868 la chapelle a été restaurée par les soins du curé Thibaut Bitsch et Jean Dubs maire, grâce aux dons des fidèles.

C'est un grand plaisir de parcourir villages et champs en cette saison, les paysages à perte de vue s'ajoutent au bonheur de randonner, malheureusement bientôt coupées par les hauts murs de maïs que personnellement je déteste...

 

Willer, un village typique du Sundgau, son nom apparaît pour la première fois en 1144 dans les registres du Sundgau sous la dénomination de Wiylre, ce n'est qu'en 1918 qu'on lui attribue l'orthographe actuel. Les armoiries de Willer datent de 1973 et évoquent la voie romaine allant de Bâle à Augst. Au début de notre ère, Willer constituait un point de passage important dans la traversée du Sundgau, entre la Haute Vallée du Rhin et la Porte de Bourgogne. La voie romaine, aujourd'hui transformée en piste cyclable en témoigne. De cette époque romaine il reste une centaine d'exemplaires de haches et de silex, ils sont tous exposés dans différents musées de la région.


durmenach-7.jpg

Au niveau du village, une chapelle

 

Nous faisons une petite halte à Henflingen, minuscule bourgade nichée sur une petite colline au pied de laquelle s'écoule paisiblement l'Ill. En 1965, des recherches archéologiques ont permis de mettre à jour « une main de bronze » provenant sans doute d'une statue monumentale de la période gallo-romaine. Un établissement de la même période a également été détecté sur le versant sud des berges de l'Ill, à suivre...

C'est à cet instant que nos amis vététistes prennent la route... bonne route les amis...

Tiens des enfants... sur la balançoire... mais non... ce sont nos randonneurs...


durmenach-8.jpg

les grands enfants à Henflingen

 

L'église Saint Sigismond se dresse au loin, une invitation à visiter son charmant et coquet village. Ruederbach, ce joli village appartenait aux Habsbourg. Au cimetière anabaptiste se trouvent quelques tombes des XVIIème et XIXème siècles. Je profite pour saluer le cyclo club Schwalmala qui fait la fierté de ses habitants.


durmenach-9

Ruederbach


durmenach-10.jpg

et voici la photo du jour...

 

La prochaine commune du nom de Riespach est une petite merveille avec ses coquettes maisons à colombages. Une hache en pierre polie datant de l'époque préhistorique serait le seul objet connu et répertorié. Une première mention écrite de Riespach nomme ce village sous Rüderspach en 1271, puis Rinsbach en 1331, Rünspach fin XIVème siècle pour enfin donner Riespach sur une carte du XVIIIème siècle. Du XIème siècle à l'an 1327, Riespach fut sous la domination des comtes de Ferrette, puis, par le mariage de leur unique héritière avec l'archiduc d'Autriche, Riespach, comme tout le Sundgau devient possession autrichienne. Des fouilles ont permis de retrouver les fondations d'un château mentionné au XIVème siècle comme propriété des nobles de Riespach qui aurait été incendié au cours de la Guerre de Cent Ans...

 

la période de 1337 à 1453 fut cruelle pour le Sundgau et Riespach. Des mercenaires de tous pays, appelés « Suédois » parce qu'ils étaient payés par les Suédois ravagèrent toute la région en pillant, dépouillant et martyrisant les paysans ! D'offensives en contre-offensives, dans le Sundgau, aucune culture ne pouvait plus se faire et la famine s'installa et amena la peste. Pour Riespach, en 1650 on dénombre encore 30 âmes alors qu'en 1618 elles étaient au nombre de 257. Le traité de paix de 1648 rattache l'Alsace à la France, il faut repeupler ce désert... un édit royal de 1662 offre aux paysans des lots de terre, des exemptions d'impôts pendant 6 ans ainsi que le droit de prélever du bois de chauffage et de construction dans les forêts royales. De nombreux immigrants vinrent de Suisse et la population fut peu à peu reconstituée.

 

Avant d'entrer dans Riespach, une stèle érigée par des amis en mémoire de leur compagnon.

durmenach-11.jpg

 

Nous traversons Riespach, cette charmante bourgade sundgauvienne... offre à nos yeux de bien belles images...


durmenach-12.jpgdurmenach-13.jpg

ou encore...

 

Aux étangs de l'AAPP de Waldighoffen des pêcheurs... profitent d'un vrai paradis, nous les saluons avant de prendre la direction de Durmenach. J'étais pensive... je comptais rencontrer nos vététistes, mais aucun vélo à l'horizon... bizarre !! pas de nouvelles, bonnes nouvelles… dit-on !


durmenach-14.jpg

Étang de l'AAPP de Waldighoffen

 

Enfin !! devant nous, Durmenach. Il est 11h55, c'est le top, bravo les marcheurs !!!

C'est là que nous allons nous retrouver, tous autour d'une bonne table conviviale pour ce fameux steak tartare ou non… au choix. Durmenach est jusqu'au milieu du XIXème siècle, une des communautés les plus importantes du Haut-Rhin, la population de religion israélite dépassait en nombre celle des habitants chrétiens. La communauté a été le siège d'un rabbinat de la fin du 18 ème siècle jusqu'en 1910. La cohabitation est marquée en 1789 par une première émeute anti-juive, et surtout en 1848 par le « Judenrumpel » , véritable grand « pogrom » lors duquel 75 maisons de familles juives sont incendiées. Très éprouvée lors du second conflit mondial, la population juive a complètement disparue aujourd'hui, reste le seul témoin de la présence de cette importante communauté israélite, le cimetière juif sur les hauteurs du village avec plus de trois cents tombes...

 

Qui ne connaît la célèbre forêt du Kuhwald et son majestueux mélèze de 40 m de haut ? Durmenach possède une forêt de mélèzes qui comptait jadis parmi les plus belles d'Europe. Les mélèzes ont été plantés en 1784 par un gentilhomme d'origine suisse, le baron Béat Frédéric de Reutter de Weyl, à l'époque propriétaire du terrain, il avait apporté ces plants du Voralberg autrichien. Ce bois passa dans les mains de la commune de Durmenach en 1825 après bien des procès. Si l'on croit les récits des Anciens du village, la forêt a été l'objet de nombreux litiges... il existe même une légende à ce sujet.


Le mélèze est originaire des Alpes (1200 – 24700 m d'altitude) et des Carpates. Depuis toujours le mélèze a rendu de grands services aux montagnards. Son bois, rouge saumon au cœur dur, lui donne une grande résistance et écarte de lui les insectes et a servi à construire d'innombrables chalets. Le mélèze préfère un sol argileux, durée de vie 600 ans pour une taille maximale de 40 m et peut mesurer 1,5 m de diamètre. (Sources puisées sur internet et divers livres sur le Sundgau.)


Les randonneurs pédestres, après 18 km arrivent les premiers au restaurant, toujours pas de nouvelles des vététistes… enfin ils arrivent après quelques déboires comme des crevaisons… mais tout va très bien bravo les gars… ah non... d'abord un super bravo à Brigitte qui représente la gent féminine entourée de 8 hommes. Tous à son service… pas vrai Brigitte ???? chanceuse !!


durmenach-15.jpg

Avec le sourire svp


durmenach-16.jpg

la joyeuse troupe à Durmenach, il manque Dominique qui immortalise l'évènement...


durmenach-17.jpg

à Durmenach

 

et maintenant place au STEAK... BON APPETIT...

 

Claude N°2 est en congé, il nous passe un coup de fil au moment du repas… merci de prendre de nos nouvelles… salut l'ami.

15 heures, après ce menu parfait, nous quittons les vététistes, prochain objectif, Muespach... commune résultant de la fusion de Moyen-Muespach et de Muespach le Bas en 1972, située dans le vallon de Muesbach appelé Gersbach à Steinsoultz, non loin de Ferrette. La vallée aurait été creusée par un ancien cours du Rhin lorsque celui-ci, à la fin du tertiaire, coulait d'Est en Ouest vers la porte de Bourgogne. Le ban communal est longé, au nord, par une voie romaine. Selon certains historiens, la vieille route « Alti Stross » reliant Waldighoffen à Folgensbourg par les crêtes serait aussi d'origine romaine.


durmenach-18.jpg

La maison des courants d'air à Muespach...

 

Nous quittons Muespach par la voie romaine jusqu'à la ferme du Widenhof qui fait partie de Willer. Un coup de tonnerre nous surprend à l'arrivée à Franken, rien de bien méchant …

Le Sundgau n'a plus de frontières... cette région qui a vécu longtemps bordée de frontières. L'une avec l'Allemagne et l'autre avec la Suisse.

 

Les sundgauviennes et sundgauviens se rappellent tous les passages à la douane, mais tout cela n'est plus que souvenir, les frontières sont tombées, les unes après les autres. D'abord les frontières avec l'Allemagne ont disparu avec l'Europe, puis celles de la Suisse après l'accord de Schengen. C'est génial de pouvoir voyager dans trois pays, même le fameux barrage de la langue n'en est pas un car il y a toujours quelqu'un qui parle allemand et français dans le Dreyeckland.

Français, Suisses et Allemands vivent désormais en totale harmonie dans le Dreyeckland.

Au moment où les marcheurs arrivent aux voitures après 30 km, les vététistes arrivent à leur domicile… tous heureux d'avoir passé une journée unique.

Après cette journée qui restera dans les anales... les Azzurri et les compagnons du mercredi, pensent déjà aux prochaines sorties comme celle du 12 et 13 mai dans le Bas-Rhin.

PS un brin de tristesse, il manquait le plus fidèle de nos marcheurs, Eliott notre mascotte, faudra voir pour lui confectionner un vtt sur mesure…

Succès total pour cette sortie, 28 participants, que du bonheur, merci à vous tous d'avoir participé…

Marthe, Yves, Claude et Aldo sont heureux d'avoir contribué à la réussite de cette journée steak tartare.

Marthe


Partager cet article

Repost 0
Published by Marthala - dans Alsace-Lorraine
commenter cet article

commentaires

MarieNicole 16/05/2010 13:14


Merci à Marthala pour ce magnifique reportage à travers le Sundgau.
Bisous
MarieNicole


yves 15/05/2010 14:16


Salut Marthala,
et bien plus rien à dire, superbe journée un groupe magnifique, et oui! 28 personnes avec le sourire, la bonne humeur, et surtout merci à tous d'avoir participé à cette belle journée.
@+ schmoutz
yves