Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 14:38

Mercredi 18 mars 2009

Symbole de la noblesse alsacienne

Château du Girsberg ou Stein

 

Ribeauvillé, départ de la randonnée, est une charmante ville nichée entre vignoble et montagne elle possède également sa propre eau minérale connue de tous les Alsaciens sous la marque Carola.

Un sentier élève les compagnons du mercredi à 530 m d'altitude au premier château, le Girsberg dressé sur un piton rocheux qui fait face au Saint Ulrich voisin. Appelé aussi Stein, il est édifié par les Ribeaupierre pendant la première moitié du XIIIè siècle. Il est inféodé en 1316 à la famille Girsberg qui lui donne son nom actuel et qui le conserve jusqu'à son extinction en 1438. Il est progressivement abandonné par la suite. Une sorte de nid d'aigle inexpugnable. De petite dimension il est un chef-d'æuvre d'art militaire et d'exploitation d'un site. Les Girsberg sont une famille noble, solidement implantée à Colmar au début du XIIIè siècle.

Une grimpette un peu sportive nous mène jusqu'au château du Girsberg, sa terrasse nous offre une vue imprenable sur son voisin Saint Ulrich.

Château de Saint-Ulrich ou Grand Ribeaupierre

 

Construit sur une crête à flanc de montagne alt. 520 m, il surplombe la jolie ville de Ribeauvillé.

Jusqu'en 1435 on le nomme Ribeaupierre. La première mention date de 1084. Fief de l'évêché de Bâle depuis le XIè siècle, il est repris en mains par les Staufen au début du XIIè siècle et confié en 1163 à un ministériel favorable à leur cause, Egenolph von Urselingen, il devient alors la résidence principale des sires. En 1435, Smassmann y fait réaménager la chapelle castrale sous le vocable de Saint Ulrich vénéré par la famille. Vraisemblablement construite vers 1200 lors d'une transformation du château. Dès lors le château de Grand-Ribeaupierre devient le château de Saint Ulrich.

Bien conservée, la façade de la salle des chevaliers est éclairée par un alignement de sept fenêtres géminées munies de niches à banquettes latérales.

En quelques minutes nous rejoignons le St. Ulrich et pouvons, à notre guise, le visiter et même monter jusqu'au donjon et jouir d'une large étendue.

Ci-dessous la légende de la flèche mortelle «Deux frères de la famille des Ribeaupierre, l'un habitant le château de St Ulrich, l'autre le Girsberg étaient censés chasser ensemble le lendemain. Ils avaient convenu d'un signal, le premier levé éveillerait l'autre en envoyant une flèche sur son volet. Le frère habitant le château du St Ulrich s'éveilla le premier, il tira un flèche en direction du volet de son frère. Ce dernier, au même moment où le trait arriva, ouvrit le volet et mourut le cæur transpercé par la flèche.»

Au sommet de la montagne alt. 642 m, le troisième des châteaux nous attend. Le Haut-Ribeaupierre ou Altenkastel.

le Haut-Ribeaupierre ou Altenkastel


Un château sur un site romain est cité une première fois en 1038. Les Ribeaupierre érigent le Haut-Ribeaupierre dans la première motié du XIIIè siècle et le dénomment en 1254 Altenkastel.

 

En 1287, le roi Rodolphe de Habsbourg assiège le château mais n'ose donner l'assaut et se retire au bout de trois jours. Au XVIème siècle, il sert avant tout de guet et, au XVIIème siècle de prison pour les voleurs de la région. Le donjon cylindrique en grès rose (XIIIè s) visible de très loin contient en particulier un logis et une citerne voûtée.

La dynastie des Ribeaupierre (Von Rappolstein) est une des plus puissantes en Alsace du XIIème au XVIIème siècle.

Après une nouvelle grimpette sur un sentier étroit nous voilà devant le troisième château, à l'ombre du Taennchel, la fameuse montagne des Dieux que nous allons rejoindre très bientôt.

Toujours aussi sportive la randonnée nous élève sur un sentier raide au Massif du Taennchel, classé zone de silence. Lieu magique qui vous charme tout en vous procurant d'étranges sensations ... venant de l'au delà, où les rochers ont tous des formes insolites et bizarres. Le mot Taennchel est cité pour la première fois dans un document en 1357. Autre grand mystère du massif du Taennchel, le mur païen. Ce mur construit de la main de l'homme sépare le plateau en deux dans le sens de la longueur. Nous débouchons juste au pied du rocher pointu ... qui bondit comme une flèche lancée dans les airs.. de là part le mur païen.

rocher pointu

Le rocher abri, puis le rocher de la Garde avec en toile de fond, la silhouette imposante du Haut-Koenigsbourg. Nous longeons toujours le mur païen dans le Taennchel antérieur et arrivons au rocher de la Paix d'Udine. Ce rocher commémore la Paix d'Udine, nous voici emportés en Italie avec Napoléon. La Paix d'Udine préluda, en 1797 au Traité de Campo Formio. Qui s'en souvient en abordant le Taennchel ?? À quelques pas une fenêtre s'ouvre sur le Haut de Ribeaupierre que nous avons quitté il y a peu ... Il est temps de redescendre sur terre après ce voyage hors du temps, le repas tiré du sac est prévu à l'abri du Taennchel au carrefour Hasencleve.

abri du Taennchel

À regret, les yeux pleins de rêves nous prenons la route pour le carrefour Hasencleve. Cette descente me procure toujours une étrange sensation et ce n'est qu'à l'arrivée à l'abri que je laisse derrière moi la magie du Taennchel.

 

Cerise sur le gâteau !! Le retour se fait par le pèlerinage ND de Dusenbach, du même nom que le torrent qui longe les édifices, endroit de recueillement dans un vallon tout près de Ribeauvillé. Le site sauvage imprégné de plusieurs siècles de prières et de recueillement détruit à trois reprises et toujours reconstruit témoigne de la foi vivante et fidèle d'un peuple. Le sanctuaire remonte à 1221, Egelolphe de Ribeaupierre revient de croisade et rapporte une statuette de la Vierge, la remet à l'ermite de la vallée de Dusenbach en remerciement, fait construire dans un cadre naturel une chapelle sur le rocher. Cet endroit devient un lieu de pèlerinage très recherché. Une deuxième chapelle puis une troisième furent ajoutées à la première. Havre de paix et de recueillement à notre Dame de Dusenbach.

 

Un chemin de croix est édifié dès 1895, des stations du chemin de croix avec des  personnages grandeur nature, est inauguré le 24 juin 1896. En 1902-03 l'église actuelle de style néo-gothique est construite sur un emplacement du rocher plus spacieux.
Fin de randonnée superbe sur le sentier Maria Raydt par lequel nous débouchons à Ribeauvillé entre vignes et forêt.Temps superbe, randonnée sportive mais combien belle !!

 

Marthe 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marthala - dans Alsace-Lorraine
commenter cet article

commentaires

ziegler 24/03/2009 11:00

Salut à vous, et bien superbe explication pour cette randonnée, vraiment un très bon travail, Marthe il serait souhaitable que tu te trouve un boulot au Syndicat d'initiative; schoutz
yves

MarieNicole 23/03/2009 19:02

Très belle randonnée dans notre coin, merci de me faire participer virtuellement et les commentaires super. Connaît bien Dusenbach, déjà fait plusieurs fois la montée à partir du parking.
Bisous Marthala, à bientôt.