Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2008 7 19 /10 /octobre /2008 12:15

de Wangenbourg à Urmatt

Wangenbourg alt.490 m – Schneeberg 961 m – MF du Nideck -MF Weinbaechel 455 m – Oberhaslach – Urmatt 240 m

distance 20 km + 789 m - 1042 m

Wangenbourg Engenthal sont deux communes associées depuis 1974 regroupant 7 hameaux.

Ancienne station touristique, elle s'est enrichie de l'appellation «station Verte de Vacances. Dès le début du siècle, la station était appréciée pour son aspect climatique avec son micro-climat de montagne, protégée des vents d'Ouest, de nombreux curistes viennent s'oxygéner de cet air pur de sapins et de pins tout en profitant de merveilleux paysages. L'habitat dispersé à travers vallons et petit plateaux forme un paysage bucolique et alpestre qui a valu à la région le surnom de la «Petite Suisse d'Alsace».

L'altitude varie entre 400 et 961 m avec le Schneeberg, point culminant qui domine en toile de fond.

Le phare touristique de la station est incontestablement le château de Wangenbourg, vaste enceinte médiévale du XIII ème siècle avec son célèbre donjon pentagonal qui offre une magnifique vue sur les vallées et sur le massif du Schneeberg.Château de Wangenbourg

Arrivés à Wangenbourg à 9h15, sac au dos nous commençons la grimpette du Schneeberg, le ciel s'est assombri, quelques gouttes de pluie, rien de bien méchant, il fait doux ...

Être si proches du château et ne pas le visiter me laisse un petit regret, le connaissant pour l'avoir visité en avril 2006 je vous offre une vue de ce superbe édifice ... la route est longue, il ne faut donc pas s'écarter du tracé ...                    

Une bonne montée jusqu'au Schneeberg, une flèche indique la table d'orientation, le brouillard est si dense que personne ne songe à faire ces quelques pas. Une descente mal aisée nous mène à la MF du Nideck pas d'abri dans le coin, nous faisons notre halte déjeuner sous le préau de la Maison Forestière.

Nous descendons un tronçon de route, puis nous traversons un fouillis de broussailles, plus aucune indication, nous avançons tant bien que mal et retrouvons enfin un chemin forestier menant au château supérieur du Nideck.

L'Histoire du Nideck à 534 m alt. le château du Nideck est célèbre à travers une grande partie de l'Europe germanophone grâce à la légende du «Riesenfraülein» la fille du géant.

Le château est accroché à un éperon de rhyolite, témoin de l'activité volcanique dans le secteur il y a 250 millions d'années. La roche qui forme une épaisseur de 300 m tombe à pic vers le sud. C'est le long de cette paroi, formant un cirque de montagne que se précipitent les eaux d'un petit ruisseau qui donne naissance à l'une des plus charmantes cascades des Vosges.

Nous laissons le château supérieur et descendons directement au château inférieur. Le donjon se dresse devant nous, fermé ! plus possibilité de visiter. L'entrée est surmontée d'une plaque commémorative en bronze apposée par le club vosgien le 6 juillet 1884 en l'honneur d'Adalbert von Chamisso, le poète qui composa le «Riesenfraülein» disparu en 1838 âgé de 57 ans.

Ce poème devint un classique et des générations d'écoliers allaient apprendre le texte, ducoup, la ruine du château du Nideck devint célèbre à travers tout l'empire germanique.

En voici un petit résumé : il y a longtemps, résidait dans ce château une famille de géants, la fillette du châtelain s'ennuyait fort et aimait se promener dans les alentours. Un jour, elle découvrit ce qu'elle prit pour un jouet merveilleux, un paysan labourant son champ avec ses deux bœufs. Elle ramassa le jouet, le plaça dans le creux de son tablier et l'emporta au château. Là, elle posa son trésor sur une table. La fillette fut grondée par son père. Papa géant expliqua à sa fille qu'elle venait de s'emparer d'un brave paysan et que c'était cet être minuscule qui leur permettait, à eux les géants, de trouver leur nourriture. Une légende moralisatrice faisant comprendre que les grands de ce monde ne sont rien sans le travail des petites gens !!

Le sol glissant nous suggère la prudence, et nous ne descendons pas aux cascades du Nideck. Il faudrait descendre le long de la pente raide, caillouteuse, par de nombreux lacets qui serpentent le long du rocher. Nous descendons donc à Gensbourg pour remonter, à travers de magnifiques paysages aux couleurs chatoyantes à la MF Weinbaechel.

Nous arrivons à Oberhaslach, qui tire son nom de Haslach et provient du cours d'eau de la Hasel (Haselbach) dont la première mention connue date de 817 (Rivolus Hasla), le ruisseau Haslach de l'allemand primitif Hasalah, qui se traduit par point d'eau planté de noisetiers.

L'emblème du village comporte d'ailleurs une branche de noisetier et une houlette de berger, cité pour la première fois en 1576 sur cachet trouvé sur acte de l'époque. Dès 1216 apparaît le nom latin d'Oberhaslach, Hasela superior, devenu en 1389 Oberhaselahe.

Le territoire était déjà fréquenté à l'époque Romaine et une station romaine y était implantée.

Ce fait serait prouvé par la découverte de pierres tombales romaines du 2è siècle après JC, découvertes en 1937 et en 1973. (renseignements copiés sur le site officiel de la commune sur le net) je vous invite à consulter la totalité de l'histoire de ce village sur le site, très enrichissant.

Après Oberhaslach nous arrivons au terminus de la journée avec Urmatt.

Urmatt, on ne connaît pas de façon certaine l'origine de ce village, mais il est cependant établi qu'en 250 avant JC, une population clairsemée de Celtes peuplait le bas de la vallée de la Bruche. Le chemin, le long duquel s'implanta plus tard Urmatt, serait un ancien chemin

Celte date de l'époque où une tribu d'origine germanique vint peupler les rives du Rhin vers 70 avant JC, repoussant les Celtes vers l'intérieur des terres. Les menhirs érigés sur le Landsberg consolident cette thèse. Les Celtes furent repoussés de plus en plus vers les montagnes...... Au cours du 2 ème siècle après J.C., l'Alsace est a nouveau envahie, mais par des Allamands franchissant le Rhin. Saint Florent, venu pour évangéliser la région, eut une grande influence sur elle vers 660. Il semblerait qu'Urmatt soit nommée pour la première fois dans l'histoire en 810, au temps de Charlemagne. (renseignements trouvés également sur le net sur le site officiel d'Urmatt) site très riche en histoire, merci à ces communes qui nous dévoilent leurs origines.

En arrivant à Urmatt nous apprenons que la voiture balai est en rade, un comble pour une voiture balai !!

Nous passons la nuit dans ce village .... à demain pour la suite


Partager cet article

Repost 0

commentaires