Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 11:49
                  Val d'Arpette 1627 m – La Barme 2140 m – Fenêtre d'Arpette 2671 m   - prise du Bisse 1583 m  - Trient 1300 m

Enfin !! le jour J, tant attendu et redouté à la fois ... grosse journée 6 h30 petit déjeuner, départ 7 heures, il fait beau, condition essentielle pour entreprendre cette randonnée.

Nous sommes tous persuadés que nous allons vivre une journée exceptionnelle !! alors en avant .....

Micca ne sera pas avec nous pour cette sortie pour cause de passage impossible pour un mulet. Nous laissons l'endroit idyllique qu'est le relais d'Arpette pour un sentier qui nous monte à 2671 m d'alt. Dès le départ il faut gérer son effort et ne pas oublier de boire, peu mais souvent ... ordre de Florent ! La pente devient plus raide et nous dévoile des paysages de rêve d'une pureté sauvage extraordinaire, végétation dense avec comme les parcours des jours précédents tout autour de nous de superbes rhododendrons, que c'est beau ...

Nous continuons à monter, le chemin devient plus escarpé mais la flore alpine est toujours présente, tant de beauté nous fait oublier les moments difficiles ... à enjamber de gros rochers. Je pense à tous les articles que j'ai lus sur la montée à la fenêtre, je commence à croire que cette randonnée reste un des passages mythiques du TMB. Dans la première partie aucun névé en travers de notre route. À perte de vue un défilé de randonneurs en file indienne prend d'assaut cette célèbre fenêtre. Bientôt les rochers se transforment en escaliers pour géants, tout va bien, nous progressons normalement. Zut voilà les névés sur le chemin, rien de grave, nous continuons l'ascension et quand on aperçoit la fenêtre faut prendre une bonne inspiration tant elle impressionne depuis le bas !! c'est superbe !!

à travers le chaos des éboulis, encore un petit effort et ouf, nous y sommes ! La preuve .. La Fenêtre d'Arpette, passage étroit d'où son nom, entre le Génepi et la pointe des Ecandies, au milieu d'énormes blocs de rochers. La vue est saisissante du côté du vallon d'Arpette sur les coulées de pierres venant de tous les sommets qui le bordent, mais l'impression est plus forte encore lorsque l'on passe le col, et que l'on voit, face à soi, majestueux et tourmenté, le glacier du Trient qu'on domine, spectacle rare pour un randonneur. D'ici on pourrait se demander comment poursuivre notre chemin !! nous faisons confiance à notre guide et le suivons bien sagement. Dommage, la brume recouvre le glacier lorsque nous entreprenons la descente dans les rochers devenus glissants par la pluie qui s'est mise à tomber sérieusement. Nous perdons rapidement de l'altitude sur cette piste rocailleuse qui demande une grande prudence. La vue se dégage très vite et nous avons la chance d'apercevoir le lac d'Emosson face à nous. Nous croisons de nombreux randonneurs faisant la randonnée le sens contraire, bon courage pour la montée, d'ailleurs elle n'a rien à envier à l'autre versant.

Un peu plus bas, pause casse-croûte, face au grandiose glacier du Trient, le ciel a repris sa belle couleur bleue, quel bonheur !! Le spectable est magnifique tout prêt du glacier, un moment magique !! nous mangeons de bon appétit, la matinée était rude et ce n'est pas fini !!

Le sentier reste un moment en balcon le long de la langue terminale du glacier puis entre en forêt, passe entre de magnifiques pins, quelques lacets et on traverse une forêt de mélèzes pour arriver, enfin ! à la Prise du Bisse. Arrêt à la buvette !! au chalet du Glacier, une plaque du Club Alpin Suisse nous informe qu'il avait été détruit par une avalanche en février 1978 et reconstruit, grâce à la générosité de nombreux amis de la montagne.

Des panneaux informent les passants sur l'historique des activités passées, notamment le transport de glace ... un train partant de Martigny à destination de la France transportait des blocs de glace de 20 à 30 000 kilos.

«Les Bisses : Bisse est un terme valaisan désignant un canal d' amenée d'eau taillé dans le roc ou dans du bois pour conduire le précieux liquide qu'est l'eau dans les régions des terres cultivables, sur les coteaux ou en plaine. Les bisses sont nés de la volonté paysanne d'échapper aux conséquence de la sécheresse. Véritables (monuments historiques), une vaste campagne a été entreprise pour essayer de sauver un maximum de ces ouvrages témoignant de l'habileté, du courage et la persévérance de nos aïeux ainsi qu'une d'une intelligence aiguisée par une observation continue de la nature» extrait d'un article de Roland Gay - Crosier

La descente continue jusqu'à Trient au Relais du Mont Blanc où nous passerons notre dernière nuit de notre TMB.



 



 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marthala - dans T M B
commenter cet article

commentaires